Histoire de la Chine ancienne : le pardon libèrera votre esprit

 


Fan Chunren, un érudit célèbre et fonctionnaire du gouvernement de la dynastie Song dans la Chine ancienne, a dit un jour : " Ce que j’ai appris au cours de toute ma vie d’étude peut se résumer en deux mots : loyauté et pardon. Toute ma vie a bénéficié de leur mise en pratique. Je vis toujours par ces deux mots en servant l’Empereur, en communiquant avec mes collègues ou mes amis, et dans les relations avec ceux de mon clan. " Il avertissait ses fils en disant : " Même la personne la plus stupide est lucide lorsqu’elle découvre des fautes chez les autres, et la personne intelligente est confuse lorsqu’elle se pardonne ses propres erreurs. Par conséquent, vous devriez trouver les fautes en vous-même de la même façon que vous découvrez les fautes chez les autres, et pardonner aux autres de la même façon que vous vous pardonnez à vous-même. Si vous pouvez vraiment faire ça, vous n’avez pas à vous inquiéter de ne pas pouvoir atteindre le règne spirituel des saints. »


Un des proches de Fan Chenren lui demanda un jour conseil. Il lui dit : " C’est seulement en étant économe et simple que vous deviendrez honnête et propre. Seul le pardon vous aidera à obtenir la vertu. " Le proche inscrivit les mots de Fan sur le coin de sa table, et il les suivit toute sa vie durant.


Fan Chunren offensa le Premier ministre Chun Zhang parce qu’il demandait à l’Empereur de pardonner à Lu Dafang et à d’autres fonctionnaires. En conséquence, Fan fut rétrogradé et devint le gouverneur de Shuizhou City. En l’espace d’un an, il perdit la vue. Il demanda à l’Empereur de le nommer à un poste dans la cité de Yongzhou. Après en avoir reçu l’ordre, Fan alla son chemin calmement. Certains ont dit qu’il fit ainsi pour que les gens aient une haute opinion de lui. Lorsque Fan Chunren l’apprit, il soupira et dit : " J’ai déjà soixante dix ans et j’ai perdu la vue. De plus, j’ai été rétrogradé et forcé à partir à des dizaines à des milliers de kilomètres d’ici. Croyez vous que tel était mon souhait ? Mais je ne peux toujours pas ne pas être loyal envers notre Empereur. " Chaque fois que ses fils exprimaient leur mécontentement à propos de Chun Zhang, Fan se mettait en colère et leur demandait de cesser.


Après qu’ils eussent déménagé dans la cite de Yongzhou, les fils de Fan Chunren voulurent demander à l’Empereur de pardonner à la famille en utilisant le fait que Fan et Sima Guang avaient été fâchés auparavant et que Sima Guang avait juste perdu la faveur de l’Empereur. Fan Chunren leur dit : " J’étais un de ceux recommandés par Sima Guang pour le poste de Premier Ministre. Je peux discuter des affaires d’état avec lui à la cour royale. Mais je ne peux pas utiliser les problèmes entre nous comme une façon de me sortir moi-même d’affaire. Je préférerais mourir sans regret que de vivre avec des regrets." Après quoi, ses fils laissèrent tomber l’idée


Lorsqu’ils étaient dans la cité de Yongzhou, Fan Chunren enseignait ses fils en personne et ils étudiaient toujours jusque tard dans la nuit. Durant les trois ans à Yongzhou, Fan était toujours bien disposé et de bonne humeur, pleinement en paix avec lui-même. Certains le traitaient grossièrement, ce que beaucoup d’autres trouvaient difficiles à supporter. Non seulement Fan Chunren ne laissait pas cela le perturber, mais il n’était pas même en colère contre ceux qui étaient grossiers avec lui. Lorsqu’il parlait à ses invités, il parlait toujours de choses liées à cultiver le cœur et le corps. Il ne parlait jamais d’autres choses.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.