Pratiquante de Falun Dafa, Mme Wang Yunjie, est décédée suite aux tortures subies au camp de travaux forcés de Masanjia (photos choquantes)

Mme Wang Yunjie, de la ville de Dalian, province du Liaoning, a été illégalement arrêtée à son travail en 2002. Elle a été condamnée aux travaux forcés. Les agents du département de police du district de Ganjingzi, de la ville de Dalian, ont prononcé la sentence la condamnant au camp de travaux forcés de Masanjia. Les gardes l'ont cruellement torturée, elle a développé des ulcères au sein. Elle est morte en juillet 2006.

Les deux photos suivantes montrent Mme Wang Yunjie après qu'elle ait été menottée, accrochée, et électrocutée avec les matraques électriques au camp de travaux forcés de Masanjia. Après un moment, quelques parties de son corps étaient ulcérées. (Il est déconseillé aux enfants et aux personnes sensibles de regarder de telles photos. photo1 photo2)

Mme Wang vendait des articles sur un marché à 15h, le 14 mai 2002, quand deux officiers de police et deux officiers de la sécurité du commissariat de police Paoyazi, dans la ville de Dalian, l’ont arrêtée. Elle a été conduite au département de police du district de Ganjingzi à minuit et a été détenue dans un petit hangar en métal, avec des dizaines d'autres pratiquants du Falun Gong. Mme Wang a été conduite au centre de détention de Yaojia le lendemain matin. Le 4 juin 2002, les autorités l'ont envoyée au camp de travaux forcés de Masanjia, où elle a été informée qu'elle avait été condamnée à deux ans de travaux forcés.

Dans les cinq mois entre le 5 juin et la mi-novembre 2002, le garde Wang Xiaofeng, chef de la division no 1, le garde Shi Yu et d'autres, l'ont torturée sauvagement. Mme Wang Yunjie a été exposée sous un soleil de plomb sur un terrain de séchage des vêtements dehors, pendant presque 20 jours, suivis de plus de 30 jours de détention dans des toilettes sombres et humides, de 4h30 du matin jusqu'à minuit passé, chaque jour. Elle a été également forcée de se tenir debout et de s’accroupir. Elle a été alors enfermée à clef dans la salle de la chaudière, une réserve triangulaire, et un sous-sol pendant presque quatre mois. Une fois, le garde Shi Yu a saisi les cheveux de Mme Wang et d'un coup de pied l'a envoyée au sol. La torture est devenue plus grave.

Une équipe de «réforme » du Département de la Sécurité publique de la province du Liaoning est venue au camp de travaux le 3 décembre 2002. Ils ont commencé une autre ronde de tortures impitoyables qui a duré presque un mois.

L'équipe de « réforme » se compose de féroces gardes masculins de différents camps de travaux et prisons. Parmi eux, Sun, le chef adjoint du Département de la Sécurité Publique, et Guo Tieying, l'ancien chef de l'Institut de réadaptation des drogués de Benxi, étaient les plus méchants. Le premier jour, ils ont enfermé à clef Mme Wang dans une salle séparée, ont ordonné à deux détenus de la surveiller, et ont refusé de la laisser dormir. Ils l'ont forcée à se tenir dans un coin. Le lendemain, ils l'ont menottée derrière le dos à une chaise. En soirée, ils ont mis un casque de moto sur sa tête. Les gardes ont également obtenu une chaise et un bassin d'eau froide. Ils versaient l'eau froide sur elle si elle inclinait la tête, suivi de frappes incessantes sur le casque avec des baguettes. Les tortures qui ont suivi étaient pire encore.

Un des seins de Mme Wang Yunjie a développé des ulcères suite aux décharges électriques. Deux gardes ont tenu les matraques électriques et lui ont choqué les seins. Alors, ils l'ont forcée à se tenir debout pendant toute une nuit. Le garde du lendemain matin, Guo Tieying, a demandé à Mme Wang qui elle suivrait. Elle a dit : « Je suivrai le Maître de Dafa. » Guo Tieying a appelé deux gardes et plusieurs détenus. Ils ont déchiré des bandes dans un drap et ont attaché ses jambes dans la position assise en double lotus. Ils lui ont également attachée les mains et par la suite, lui ont attachée les mains et les jambes ensemble, de sorte qu'elle était en forme de boule. Ils l’ont alors accrochée par les menottes derrière son dos. Après un long moment accrochée ainsi et menottée, Wang Yunjie ne pouvait plus redresser son dos, ni s’asseoir.

Elle est devenue très faible suite à cette torture qui a durée longtemps, cependant elle a été encore forcée de travailler après qu'elle soit revenue à la division. Elle a dû faire des fleurs de papier et d'autres articles qui ont été exportés vers les pays étrangers. Quatre mois plus tard, elle a été transférée au groupe 2, de la Division no 1. Encore deux mois plus tard, les gardes ont vu que Mme Wang pouvait à peine se soutenir et ont pensé qu’elle pourrait vivre pendant encore deux mois tout au plus, ainsi ils ont demandé en hâte à sa famille de la prendre et ont également exigé 2.000 yuans de sa soeur. C'était en avril 2003.

Après le renvoi à sa maison dans la ville de Dalian, Mme Wang Yunjie avait la poitrine blessée et des ulcères au sein suite aux tortures brutales subies au camp de travaux de Masanjia qui se sont aggravés. Elle est décédée, il y a quelques jours, en juillet 2006.

Traduit de l’Anglais au Canada le 11 août 2006.
Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/8/11/76634.html
Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2006/7/28/134203.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.