Le point de vue de Confucius sur le fait de "Prier"
 

Le point de vue de Confucius sur le fait de "Prier"

 

Wang Sungu était un des disciples de Confucius dans le Royaume de Wei. Bien qu’il fut un fonctionnaire de haut rang, Wang appelait quand même Confucius son professeur. Un jour Wang posa une question à Confucius : " Il existe un ancien dicton : ‘il est plus astucieux de plaire au Dieu Au que de plaire au Dieu Zao’ Qu’en pensez-vous ?"


Le Dieu Au se situe au coin sud ouest d’une maison. C’est le lieu à vénérer le plus prestigieux , mais il n’y a pas de divinité spécifique à cet endroit. Le Dieu Zao est une divinité spécifique mais avec une position moins élevée. Wang entendait indiquer que, grâce aux efforts de Wang, Confucius avait pu obtenir un poste opportun au gouvernement mais que Confucius pourrait n’aboutir à rien s’il attendait d’être directement appointé par l’empereur.


Confucius dit à Wang sérieusement : “Quiconque agit contre la volonté des divinités n’aboutira à rien, aussi diligentes soient ses prières."


Confucius ajouta : “Une personne disciplinée suivrait des règles décentes. Il ne flatterait pas le Dieu Au, ni ne flatterait le Dieu Zao."


Confucius tomba un jour sérieusement malade. Un disciple, Zi lu, prit soin de lui pendant un mois sans jamais quitter son chevet. Zi Lu s’inquiétait beaucoup en voyant Confucius perdre du poids sans montrer aucun signe d’amélioration. Il sentit que la seule chose qui lui restait à faire était de prier les divinités puisque personne d’autre ne serait capable de sauver la vie de son professeur.


Zi Lu demanda donc à Confucius la permission de prier pour lui. Confucius lui demanda : "Existe-t-il le principe que les patients peuvent se rétablir en priant les divinités ? "


Zi Lu répondit : " Oui, ‘je prie les divinités pour vous’ est cité dans l’ancien livre de sagesse le Zhou Li. " Confucius dit alors : " Alors tu n’as pas besoin de prier pour moi puisque je prie pour moi depuis longtemps. "


Voyant Zi Lu confondu, Confucius ajouta : “Une authentique prière vient d’un cœur pur et satisfait aux principes du ciel. Autrement dit, on doit respecter et obéir aux principes du ciel sans les enfreindre. C’est pourquoi j’ai dit que je priais depuis longtemps. "


Le jour suivant, Confucius se remit miraculeusement de sa maladie.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.