Luo Gan accroît la persécution dans la province de Guangdong en offrant un bonus de 3 000 yuans pour chaque pratiquant arrêté

Informations depuis la province de Guangdong : Toutes les unités de travail des services de sécurité ont reçu l’ordre de donner un bonus de 3 000 yuans (un salarié en ville gagne un salaire moyen de 500 yuans par mois) aux officiers de sécurité pour chaque pratiquant de Falun Gong arrêté. Des informations provenant d’autres chaînes confirment que la persécution devient de plus en plus sévère chaque jour.

Il est dit que cet ordre émane de directives internes de Jiang et Luo afin d’encourager les gardes de la sécurité à attraper les pratiquants de Falun Gong, en leur offrant des primes d’argent. Le document déclarait qu’un officier recevrait une récompense de 3 000 yuans pour chaque « pratiquant de Falun Gong» arrêté.

Lorsqu’un journaliste a appelé le Service de Police de Guangzhou pour se renseigner sur le sujet, la personne qui a répondu au téléphone a demandé où le journaliste avait obtenu ces informations et dit, « nous ferions mieux de ne pas parler de cela ».

Selon d’autres sources, une université de la province de Guangdong a récemment fait circuler un document émanant d’autorités supérieures demandant que son personnel renforce le département d’études politiques pour résister à l’ « infiltration » du Falun Gong. De plus, ceux qui sont envoyés hors de Chine doivent signer une lettre de garantie selon laquelle ils ne contacteront pas le Falun Gong avant leur départ.

Au début de la persécution, les officiels de la province de Guangdong ont dit quelque chose comme, “les pratiquants de Falun Gong sont en général de bonnes personnes. Ne jugez aucun d’entre eux à Guangdong, etc. » Lorsque Jiang Zemin est venu à Guangdong en février 2000, il a critiqué le Guangdong, disant qu’on n’y avait pas suffisamment persécuté le Falun Gong. Après cela, le Guangdong a fait des efforts pour persécuter les pratiquants. En février 2000, la province du Guangdong avait jugé son premier groupe de pratiquants, comprenant Zhang Mengye, camarade de classe au collège de M. Hu Jintao [héritier présomptif de Jiang]. Le « bureau 610 » de la province de Guangdong a été établi au début de 2001 comme agence spécialement créée pour persécuter le Falun Gong. Il détient un pouvoir absolu sur chaque niveau d’administration dans le parti et tous les autres systèmes judiciaires et politiques. Depuis lors, on a commencé des arrestations à grande échelle et des enlèvements de pratiquants de Falun Gong

Selon des sources fiables, un agent secret a monté un coup contre Zhao Jing’an, ancien assistant volontaire pour le Falun Dafa. L’agent a placé 200 copies de matériel de Falun Dafa dans le bureau de Zhao et l’a ensuite fait arrêter pour la détention du matériel. Zhao avait été le vice-président de « Southern Reality Baoli Incorporation »sous le service de logistique générale du PLA. La police a usé de ruses similaires pour arrêter de nombreux anciens volontaires au Centre d’Assistants de Falun Dafa de Guangzhou.

Seulement à Zhuhai, plus de 100 pratiquants ont été arrêtés entre le début de 2001 et le Festival de Printemps. Plus de 800 pratiquants de Falun Gong ont été forcés à assister aux classes de lavage de cerveau à Sanshui. Aussi, au début de l’année 2000, la Maison de Collecte de Guangshou Shahe et l’hôpital psychiatrique de Baiyun ont commencé de persécuter les pratiquants de Falun Gong. Ils utilisaient des matraques électriques pour frapper et des extraits de piments fortement épicés pour torturer les pratiquants de Falun Gong à la Maison de Collecte de Shahe. Ceux qui refusaient de renoncer à la pratique étaient envoyés à l’hôpital psychiatrique de Baiyun. Beaucoup ont été torturés à mort.

Jusqu’à maintenant, les sources ont vérifié que 10 personnes ont été torturées à mort dans la province de Guangdong.

Ecrit le 25 mai 2002
Source: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/6/4/22755.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.