Quelques réflexions sur le 20 juillet, 1999 : l’appel du 25 avril ne peut certainement pas servir d’excuse pour la persécution

Au 20 juillet, la persécution contre les pratiquants de Falun Gong lancée par le régime de Jiang Zemin se poursuit depuis déjà cinq ans. Si on parle aux gens de cette persécution aujourd’hui, ils se souviennent encore de l’événement qui a précédé le 20 juillet 1999. Près de 10,000 pratiquants de Falun Gong faisant appel devant le Bureau National d’Appel, le 25 avril 1999. Certains pensent que l’appel du 25 avril est la cause de la persécution qui a commencé le 20 juillet.

Cependant, j’aimerais préciser que l’appel collectif du 25 avril ne peut certainement pas être la raison de cette persécution.

L’appel du 25 avril s'est produit parce que les policiers de Tianjin avaient arrêté beaucoup de pratiquants de Falun Gong locaux sans aucune raison, leur disant que le sujet ne pouvait pas être résolu localement. Suite à cela, 10.000 pratiquants de Falun Gong sont allés au Bureau National d'Appel de Pékin.

Dès 1996, le régime de Jiang Zemin avait commencé à effectuer secrètement des recherches sur le Falun Gong après l'avoir jugé « coupable » et l’avoir diabolisé dans les médias. Cependant, par leurs explications aimables et sincères de la situation véritable, les pratiquants de Falun Gong ont chaque fois résolu les choses de manière bienveillante, obtenant la compréhension et l'acceptation des chefs et personnels des services correspondants. L'arrestation des pratiquants de Falun Gong à Tianjin avant l'incident du 25 avril fut le résultat d'un effort commun de He Zuoxiu et Luo Gan. Ces hommes faisaient partie des quelques perturbateurs qui dans les années précédentes n’avaient pas pu atteindre leur objectif de discréditer le Falun Gong.

La Constitution maintient que les citoyens ont le droit de faire appel. Le nombre de personnes qui se portent en appel ne change pas la légitimité de l'appel. En outre, les pratiquants de Falun Gong sont allés à Pékin pour faire appel parce que la question ne pouvait pas être résolue à Tianjin, et le Conseil d'état de Pékin est le superviseur direct du gouvernement de Tianjin. Par conséquent, l'appel des pratiquants de Falun Gong respectait la hierarchie. Les pratiquants de Falun Gong étaient silencieux, paisibles, et disciplinés. Ce n’était pas une marche ni une manifestation, ils ne criaient pas de slogans. Ils n'ont causé aucun inconvénient ni effet négatif sur la circulation ou la vie quotidienne des gens. Entre-temps, à la demande du Premier ministre, ils ont sélectionné certains représentants pour lui parler. Cet appel était raisonnable, rationnel et légitime. On pourrait même le considérer comme un exemple pour tout autre groupe d’appel. Cependant, Jiang Zemin a insisté pour dire que l’appel « assiégeait » et « causait des troubles » et pour propager largement ces mensonges. Il s’agit là absolument d’ une diffamation et d’un coup monté.

Les chefs d’état de pays démocratiques voient beaucoup de protestations. Cependant ils ne les répriment pas en imposant des étiquettes comme « assiéger » ou « causer des problèmes ». Il savent que leur puissance leur vient de l’élection du peuple et leur salaire des impôts payés par le peuple. En revanche, Jiang Zemin, le dictateur, s'est placé au-dessus de la loi et contre le peuple qui croit en Vérité-Compassion-Tolérance. Sa façon de réagir lors à l'appel du 25 avril est l'abrégé de son habitude : employer la duperie pour atteindre ses buts.

Traduit au Canada : 7/22/2004

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.