Une étude montre l'impact positif de la méditation sur le cerveau, et les anticorps


Cindy Lee pratique la méditation du Falun Gong sur la Plage de l’Etat de Santa Monica à Santa Monica, CA. Une équipe de recherche de l’université de Wisconsin-Madison a constaté que la méditation, longtemps promue comme une technique pour réduire l'anxiété et le stress, pourrait produire des effets biologiques importants qui améliorent la résistance d'une personne. Photo David McNew/Newsmakers

Une équipe de recherche de l’université du Wisconsin-Madison a découvert, pour la première fois, qu'un programme court de « méditation d’observation attentive» produit des changements positifs durables sur le cerveau et le fonctionnement du système immunitaire. Les résultats suggèrent que la méditation, longtemps promue comme une technique pour réduire l'anxiété et le stress, pourrait produire des effets biologiques importants qui améliorent la résistance d'une personne.

Richard Davidson Vilas Professeur de Psychologie et de Psychiatrie à UW-Madison, a dirigé l’équipe de recherche. L'étude, menée à la compagnie de biotechnologie Promega près de Madison, apparaîtra dans une prochaine édition du Journal de la Médecine Psychosomatique.

La « méditation d’observation attentive », souvent recommandée comme antidote contre le stress et les douleurs liées aux maladies chroniques, est une pratique conçue pour concentrer son attention intensément sur le moment, observant les pensées et les sentiments quand ils se produisent mais s'abstenant de juger ou d’agir sur ces pensées et sentiments. L'objectif est d'approfondir la conscience de l’instant présent, de développer une capacité à concentrer l'attention et à cultiver les émotions positives telles que la compassion.

Dans l'étude du UW, les participants ont été aléatoirement affectés à un de deux groupes. Le groupe expérimental, avec 25 sujets, a reçu une formation à la méditation profonde avec l'un de ses adhérents les plus remarquables, Jon Kabat-Zinn, un auteur populaire de livres sur la réduction du stress qui a développé le programme de réduction du stress basé sur l’observation attentive à l'université du centre médical du Massachusetts. Ce groupe a assisté à des cours hebdomadaire et à une retraite de sept heures pendant l'étude ; on leur a également assigné une pratique à la maison d’une heure par jour, six jours par semaine. Les 16 membres du groupe de contrôle n'ont pas reçu de formation à la méditation jusqu'à la fin de l'étude.

Pour chaque groupe, en plus de demander aux participants d'évaluer comment ils se sont sentis, l’équipe de recherche a mesuré l'activité électrique dans la partie frontale du cerveau, un secteur spécialisé dans certains types d'émotion. La première recherche a prouvé que, pour les personnes qui sont généralement positives et optimistes et pendant des périodes d'émotion positive, le côté gauche de ce secteur frontal devient plus actif que le côté droit.

Les résultats ont confirmé l'hypothèse des chercheurs : Le groupe de méditation a montré une augmentation de l'activation de la partie gauche de la région frontale. Ceci suggère que la méditation elle-même ait produit plus d'activité dans cette région du cerveau. Cette activité est associée à la diminution de l’anxiété et à un état émotif plus positif.

L’équipe de recherche a également examiné si le groupe de méditation avait un meilleur fonctionnement immunitaire que le groupe de contrôle. Tous les participants de l'étude ont reçu un vaccin contre la grippe à la fin des huit semaines du groupe de méditation. Puis, quatre et huit semaines après l’administration du vaccin, les deux groupes ont eu des analyses de sang pour mesurer le niveau des anticorps qu'ils avaient produits contre le vaccin de la grippe. Alors que les deux groupes avaient développé des anticorps accrus - comme prévu - le groupe de méditation connaissait une augmentation sensiblement plus importante que le groupe de contrôle, pour les deux périodes.

« Bien que notre étude soit préliminaire et que plus de recherche soient clairement justifiée », Davidson dit, « nous sommes très encouragés par ces résultats. Les employés de Promega qui ont participé nous ont donné une occasion merveilleuse de démontrer un véritable impact biologique de cette pratique antique ».

Davidson, qui est complètement impliqué dans l'Institut de Recherche Santé et Emotion à UW, projette davantage de recherche sur l'impact de la méditation. Il étudie actuellement un groupe de personnes qui ont pratiqué la méditation pendant plus de 30 ans. Son équipe de recherche a prévu également d’étudier l'impact de la méditation profonde sur des patients présentant des maladies particulières.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.