Les Lignes Nasca

Les anciennes marques dans le désert péruvien demeurent un secret
 


A 600 kilomètres d’altitude, les « pistes d’atterrissage » de la plaine Nasca sont clairement visibles sur cette photo du satellite ASTER, prise en Décembre 2000

Sur une étendue isolée de la route Pan-American, à 440 kilomètres au sud de Lima, Pérou, se trouve une ville appelée Nasca. La ville se situe dans la région de Pampa, une plaine désolée à l’extrémité nord du Désert d'Atacama. Ce qui rend cette région unique sont les Lignes Nasca -- une toile d’araignée de lignes et de formes sillonnant 400 km² de désert aride. Leur origine et leur but ont déconcerté autant les scientifiques que les profanes depuis leur « découverte » dans les années 1920.

Les Lignes Nasca se composent de trapèzes et de spirales, d’animaux géants et de figures d’humanoïde, et de lignes droites qui s'étendent sur des kilomètres. Ces lignes et dessins sur le sol, appelés « géoglyphes » sont attribués à la race Nasca qui a peuplé cette terre entre 200 avant J-C et 600 après J-C. Elles ont été créées en retirant la couche supérieure de la roche sombre du sol du désert, révélant un contraste de sable blanc-jaune. Ce qui est intéressant est que les dessins sont mieux observés et appréciés des airs.

Le taux moyen des précipitations dans ce désert est de 12,5 mm par an. Communément reconnu comme l’endroit le plus sec sur terre, les Lignes Nasca d’Acatama ont été préservées durant des milliers d'années.

Quand les lignes aériennes commerciales ont commencé leurs vols au-dessus du désert péruvien dans les années 20, les pilotes et les passagers disaient voir des « pistes d’atterrissage » sillonnant le sol au-dessous. Des histoires de ces lignes mystérieuses se sont vite répandues. Beaucoup d'experts ont depuis lors essayé de démêler le mystère des dessins du désert.

Le Dr. Paul Kosok est venu au désert de Nasca dans les années 30 pour étudier les antiques canaux d'irrigation. Au début, on pensait que les Lignes Nasca étaient les restes de ces canaux. Voyageant souvent à pied, le Dr. Kosok a peu après découvert des dessins d’animaux à grande échelle et d'autres objets. Avec le temps, il a conçu la théorie que les dessins représentaient un grand graphique astronomique.

Au milieu des années 40, une fille allemande du nom de Maria Reiche a travaillé pour développer davantage la théorie astronomique du Dr. Kosock. Sa formation en mathématique et en astronomie lui a permis de tracer et d’étudier les formes du désert. Elle a noté que beaucoup de lignes s’alignaient avec d’importants solstices, et a découvert d'autres corrélations au cycle solaire. Elle a trouvé de grands dessins de singe, de baleine, d'araignée et de plusieurs oiseaux. En éclaircissant soigneusement, mesurant et reproduisant les lignes sur du papier, elle a découvert une norme de mesure utilisée par les anciens artistes. En 1977, elle a publié un livre « Mystère Sur Le Désert » récapitulant sa recherche sur les Lignes Nasca. Elle a continué sa recherche jusqu'à sa mort en 1998.

D'autres experts ont eu différentes théories. Toribio Nejia, un archéologue renommé péruvien, a supposé que les lignes étaient des chemins sacrés, ou des « ceques » et que les clairières étaient utilisées pour des rassemblements rituels. L’auteur Erich von Daniken a fait une spéculation des plus fantaisistes dans son livre « Chariots des Dieux ? » Il a spéculé que les lignes étaient disposées pour que les vaisseaux spatiaux extraterrestres débarquent sur le désert.

Bien que beaucoup de théories abondent sur le but de ces étranges inscriptions, il ne reste aucun consensus quant à leur signification.

A mesure que différents chercheurs ont prêté plus d'attention aux lignes Nasca, le désert normalement isolé a été soudain menacé. Comme elle l’a fait des années plus tôt quand les lignes étaient menacées par un plan du gouvernement d’irrigation de la Pampa aride, Maria Reiche a pu mener l’effort pour préserver ces inscriptions uniques en limitant les foules roulant sur le terrain fragile. En 1994, les Lignes de Nasca ont été reconnues comme un site d'Héritage Mondial par l’Organisation Educative, Scientifique et Culturelle des Nations Unies.

À ce jour, les Lignes Nasca restent un vestige mystérieux d'une civilisation antique.


Version anglaise disponible à:
http://www.clearharmony.net/articles/200402/18088.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.