Etudes archéologiques et mythes

Vous souvenez vous encore des mythes à propos de Dieu créant l’homme, de la légende chinoise de Nuwa créant les hommes et de Pangu ouvrant les cieux, ainsi que de l’histoire de l’Arche de Noé ? Lorsque la théorie de " l’homme descendant du singe " a remplacé le point de vue de divinités créant les hommes, ces mythes ont été soit graduellement oubliés soit considérés comme d’anciens fantasmes des hommes auxquels la compréhension scientifique faisait défaut. Mais quelle est la nature d’un mythe ? De nombreuses reliques excavées et d’anciens livres montrent que, que ce soit en Orient ou en Occident, les anciens croyaient et adoraient les dieux. Ils suivaient les principes enseignés par les dieux (mythes) pour se comporter et gérer les problèmes, et les ont transmis de génération en génération. Plus tard, cependant, les êtres humains n’ont pas pu comprendre les connotations plus profondes des mythes, et ont graduellement commencé à penser que ces mythes relevaient d'imaginations confuses primitives . Récemment, de plus en plus de savants ont commencé à faire des recherches sur d’anciens mythes, et ont découvert des preuves crédibles, qui diffèrent des idées antérieures. Jetons y un coup d’œil :


Shan Hai Jing (Le Livre des Montagnes et des Mers)
En Chine, il y a un livre très ancien appelé Shan Hai Jing (Le Livre des Montagnes et des Mers). L’auteur et son époque n’ont pas pu être retrouvés, bien qu’on l’ait généralement attribué à Da Yu et Bo Yi du temps de l’Empereur Yao et de l’Empereur Shun (2357-2205 a.J.C). L’information sur d’anciens temps consignée dans le livre est très riche, et inclut la mention de cinq cent cinquante noms de montagnes, trois cent noms de rivières, quatre cent cinquante divinités, plus d’une centaine de figures historiques, plus d’une centaine de pays et plus de cent quatre vingt espèces animales et végétales. Le livre se divise en cinq sections, « “Wu Zang Shang Jing” (Le Livre des Cinq Montagnes Cachées) dans la partie "Montagnes" “Hai Wai Si Jing” (Le Livre des Terres au-delà de la Mer ), “Hai Nei Si Jing” (Le Livre de la Terre dans la Mer), “Da Huang Si Jing” (Le Livre de la Terre Non Cultivée) dans la partie "Mers", et “Hai Nei Jing” (courts articles du Livre de la Terre dans la Mer ) dans l’appendice.

Quand l’homme moderne parle de Shan Hai Jing, Il le catégorise généralement comme des mythes incompréhensibles. Mais d’un point de vue historique, les anciens pensaient très différemment de nous, et le considéraient comme quelque chose d’une grande valeur. Par exemple, le livre Han Shu (Annales de la Dynastie Han) le voit comme une œuvre de science naturelle géographique. Lorsque Wang Jing se vit conférer la tâche de réguler les rivières et les cours d’eaux durant la Dynaste Han Orientale, l’Empereur Ming lui donna une copie de Shan Hai Jing, ce qui montre que le livre était considéré comme ayant une valeur pratique. Dans le livre Sui Shu (Annales de la Dynastie Sui), Shan Hai Jing fut listé dans la catégorie géographie, qui était alors classée sous la catégorie histoire.

Il semble tout à fait probable que Shan Hai Jing n’est pas quelque chose de créé par les fantasmes des anciens mais qu’il contient beaucoup de sagesse. C’est seulement parce que nous avons trouvé de plus en plus difficile de comprendre sa connotation profonde que nous l’avons considéré comme un produit de l’imagination des anciens. Si nous pouvions le comprendre, peut-être que nous serions capables de voir un tableau extrêmement vaste, tout comme les savants modernes Wang Hongqi et Sun Xiaoqin l’ont fait dans leurs illustrations faites en collaboration, “L’Empereur de la Montagne et de la Rivière de Yu ” (4.5 mètres de haut, 7.8 mètres de large).

Wang Hongqi était un physicien atomique. Il tomba par hasard sur Shan Hai Jing au milieu des années 1970 et fut immédiatement fasciné. Mais, en même temps, il avait beaucoup de questions aussi sur les contenus. Après vingt ans d’études approfondies, il découvrit peu à peu certaines clés, en particulier dans la partie de “Wu Zang Shan Jing.” Il prétend qu’à l’époque Day, voici quatre ou cinq mille ans, il y avait un projet d’inspection géographique à grande échelle, et non seulement une carte fut dessinée, mais un rapport fut également écrit. “Wu Zang Shan Jing” était le rapport d’inspection, mais la carte se perdit .

D’après la distance entre l’est et l’ouest dans “Wu Zang Shan Jing,” qu’y a-t-il dans le Yang, et qu’y a-t-il dans le Yin, quelle eau coulera dans quel sens, ainsi que les chiffres actuels de la distance marquée, Wang Hongqi prétend que le texte lui même dans le livre dévoile la nature d’un rapport d’inspection géographique. Il a opéré la percée dont il avait besoin pour déchiffrer le livre lorsqu’il a soudain réalisé que la situation de l’auteur ressemblait beaucoup à celle de la Montagne Hua et de la région de Tongguan aujourd’hui . De là, il a été capable de graduellement extrapoler le situation des vingt six montagnes mentionnées dans le livre sur la base de leur distance relative de l’une à l’autre comme déclarée dans le livre. Sur cette base, lui et sa femme Sun Xiaoqin ont fini une reproduction de la carte des montagnes de C morceau par morceau. Dans la carte reproduite, nous voyons que la péninsule du Shandong était coupée par l’eau de mer, une partie de la Plaine Huabei était submergée sous l’eau de mer, et le Lac Dongting submergeait une étendue beaucoup plus importante qu’aujourd’hui . Tout ceci reflétait l’impact sur la terre durant l’ère Glaciaire. En coordonnant ses recherches avec la science naturelle, il indiqua aussi qu’il y a environ sept mille ans, du fait de l’élévation générale de la température, qui accéléra la fonte des glaciers, l’eau de mer avait avancé au pied de l’actuelle Montagne Taihang, qui est maintenant la région de la voie ferrée de Jingguan. Et “Wu Zang Shan Jing” reflétait précisément la dernière période de la terre submergée par la mer.

Cette histoire nous a rappelé que si nous changeons notre manière inhérente de penser, et réévaluons la connaissance héritée des anciens temps, nous pouvons faire un bond en avant dans notre pensée. Tout comme les efforts faits par Wang Hongqi, nous serions non seulement capables de comprendre les cartographies géographiques chinoises des anciens temps, mais nous obtiendrions aussi davantage d’opportunités de faire des recherches en coordination avec les nouvelles découvertes scientifiques.


L’Arche de Noé
La bible dit, “Après six cent ans de l’age de Noé, dans le soixante dixième jour du second mois, dans cet éon qui s’ensuivit les sources de l’abîme jaillirent avec une grand force et les cataractes du ciel rompirent leurs liens. Et il y eut la pluie sur terre quarante jours et quarante nuits. En ce temps, Noé, Shem, Kham, Japeth, les fils de Noé, et la femme de Noé et les trois femmes de ses fils, entrèrent dans l’arche de Noé… ”

“Et il y eut une inondation pendant quarante Jours sur la terre, et les eaux enflèrent et soulevèrent l’arche et il flotta au-dessus de la terre. Et les eaux pénétrèrent la terre complètement et s’élevèrent au-dessus d’elle, installant l’arche au-dessus de la surface des eaux …” “Et les eaux couvrirent la terre complètement pendant cent cinquante jours …” “Et l’arche descendit le septième mois, au soixante dixième du mois, sur les Montagnes des Singes.”

“Et les eaux descendirent et reculèrent jusqu’au dixième mois, au premier jour du dixième mois, on put voir les cimes des montagnes …” “ Et il demeura encore sept jours de plus puis retourna et envoya la colombe de l’arche. Et la colombe revint à lui le soir et il y avait une feuille d’olivier dans son bec …” “Et c’était dans la six centième et première année, le premier du premier mois, que les eaux asséchèrent la terre, et Noé écarta le plafond de l’arche, et vit que la surface du sol était desséchée. Et dans le deuxième mois, le vingt-septième jour du mois, la terre était sèche … …” “Et Noé sortit avec ses fils et sa femme, et les femmes de ses fils avec eux. Et toutes les créatures et tous les animaux, tous les oiseaux et tout ce qui rampait sur la terre, selon leur espère, sortirent de l’arche..”

Ce qui est consigné dans la Bible montre que, pour reconstruire le monde, Dieu ordonna à son disciple Noé de construire une arche immense, et de prendre avec lui mâles et femelles de tous les animaux et des plantes sur terre, par catégories dans l’arche avant le grand déluge. Par la suite, le déluge inonda toute chose sur la terre excepté l’arche flottant au-dessus des eaux. A la fin l’arche atterrit sur la seule terre qui émergeait hors de l’eau.

A l’époque moderne, excepté les personnes qui ont des croyances religieuses qui leur demandent d’accepter l’authenticité de l’histoire de Noé, la plupart des gens ne traitent pas cela comme si c’était effectivement arrivé dans l’histoire. Cependant le numéro de Septembre 1960 du magazine Life publiait la photo d’un satellite prise de 10 000 pieds au-dessus de la terre par un avion éclaireur, dans laquelle on peut facilement voir une relique en forme de bateau près du Mont Ararat en Turquie. Après qu’elle soit publiée, elle a attiré quantité d’explorations scientifiques. Bien qu’une recherche plus poussée soit nécessaire pour découvrir si la relique est bien l’Arche de Noé, cette découverte scientifique nous a fourni une clé pour que nous réfléchissions à l’authenticité de ce mythe, et à la raison de ce grand déluge, et à pourquoi Dieu choisit Noé et lui permit d’échapper à la grande catastrophe !


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.