CIFDF -Un pratiquant de Falun Gong, qui était professeur dans un collège, est mort après 200 jours de torture par des officiels

NEW YORK, le 27 octobre 2001 www.faluninfo.net (Centre d’Information du Falun Dafa).Mr Wang Jinghuo était un professeur accompli et aimé qui est mort tragiquement de lésions internes après avoir souffert plus de 200 jours de torture dans une prison chinoise, selon des sources en Chine. Wang avait 34 ans et laisse derrière lui une femme et un jeune enfant. Les trois membres de la famille avaient commencé à pratiquer le Falun Gong en 1996.

Selon ceux qui le connaissaient, il était un individu généreux et intrépide. On le connaissait pour être un bon père et un bon mari, et il était grandement respecté comme professeur, ayant reçu au cours de sa vie plusieurs récompenses municipales pour son enseignement. Il était en particulier connu pour son talent de chanteur et de musicien, de peintre et de calligraphe. Wang est parti le 23 Mai de cette année, mais ; les tentatives de bloquer l’information concernant la persécution du Falun Gong venant de Chine, ont empêché que la nouvelle de sa mort ne se sache jusque là.

Selon certaines sources qui connaissaient Wang, depuis l’interdiction du Falun Gong le 20 juillet 1999 par le régime Chinois, Wang ne comprenait pas pourquoi quelque chose qui avait donné à sa famille santé et bonheur et une plus grande conscience de la valeur de la vie, pouvait à présent être interdit. La famille, qui était de la ville de Shuangcheng dans la province Nord de Heilongjiang, avait essayé de nombreuses fois d’aller à Beijing pour faire appel au gouvernement central, mais avaient chaque fois été arrêtés par la police locale.

En juin de l’année dernière, selon des sources en Chine, les autorités locales avaient arrêté Wang et falsifié les documents afin de le garder en détention, et le 3 Décembre, il avait été jeté dans une cellule de prison avec des criminels endurcis. Les gardes avaient ordonné aux prisonniers criminels de « s’occuper » de lui. Et Wang et les autres pratiquants de Falun Gong dans la cellule avaient été forcés à dormir pendant plus de 40 jours sur le sol de ciment glacé, ils étaient aussi battus chaque nuit après le repas du soir.

Durant une de ces séances, Wang avait malgré lui laissé entendre un gémissement de douleur, qui avait rendu les criminels enragés, selon des sources internes. Trois d’entre eux l’avaient soulevé et laissé tomber si brutalement sur le plancher de bois que le sang avait jailli au coin de sa bouche, un signe d’hémorragie interne. Plus tard, comme Wang était légèrement myope, les détenus avaient inventé une méthode de torture atroce où ils le forçaient à garder les yeux ouverts tandis qu’ils donnaient des chiquenaudes à ses globes oculaires, irritant les yeux et les faisant pleurer. Ils donnaient aussi des coups de botte dans la poitrine de Wang, dirigeant les coups à l’endroit du cœur, lui causant de grandes difficultés à respirer et de grandes douleurs.

La liste des tortures infligées dans cette cellule est longue, et les vêtements de Wang Jingguo étaient souvent tâchés de son propre sang.

Certaines sources en Chines disent que peut-être le plus grand dommage fut causé lorsqu’un des criminels, encouragé par les gardes et officiels, décida de frapper sans cesse le visage de Wang, d’innombrables fois, avec les deux poings, au point où Wang ne pouvait plus rester assis. Wang commença à vomir violemment. Il ne put plus ni manger ni boire pendant trois ou quatre jours à cause des vomissements. A ce point, les sources disent que le cœur de Wang Jinguo, les poumons et les fonctions rénales s’affaiblirent rapidement et qu’il y avait des tumescences dans le cerveau. Sa respiration était poussive, il y avait du sang dans ses urines, et il était si faible qu’il pouvait à peine bouger.

Craignant finalement qu’il ne meure, le centre de détention rapporta la condition de Wang au « Bureau 610 » - un bureau créé en juin 1999 dans le seul but de persécuter le Falun Gong - et extorqua 2 000 yuan (environ neuf mois de salaire) à la famille de Wang jusqu’au moment où ils finirent par le renvoyer chez lui.
En janvier 2001, la condition de Wang ne s’était pas améliorée, et le dernier espoir de la famille était de chercher un meilleur traitement médical à Beijing. Mais même alors, les autorités locales les arrêtèrent à Harbin et les forcèrent à retourner. Il mourut Le 23 mai 2001

A ce jour, trente huit pratiquants de Falun Gong de la province de Heilongjiang sont morts suite aux tortures alors qu’ils étaient détenus par la police.

La dernière volonté de Wang et son testament manifestent sa compassion innée et sa décence. Il écrivit « Si je meurs, ce sera définitivement du à leur torture et abus… Mais quoi qu’il en soit, s’il reste le moindre espoir qu’ils puissent revenir à la bonté et à la gentillesse, vous devez faire tout ce que vous pouvez pour les y aider, y compris ceux qui ont directement participé à ma persécution. »

Le nombre total de morts documentées de ces deux années de persécution du Falun Gong en Chine a maintenant atteint les 303, bien que les sources du gouvernement en Chine dévoilent un nombre dépassant en fait les 1000.

Plus de 100 000 pratiquants de Falun Gong ont été illégalement arrêtés et détenus depuis que le Chef du parti communiste Jiang Zemin a interdit la paisible pratique spirituelle en juillet 1999. Au moins 20 000 ont été envoyés dans des camps de travail sans jugement, et des milliers ont été illégalement enfermés dans des hôpitaux psychiatriques où ils sont torturés et maltraités.

Source: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/10/28/15169.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.