Quelques courtes histoires de personnes gardant un esprit droit face à la perversité de la persécution en Chine

Par un pratiquant de Chine continentale

1. Un jour, j’ai parlé de la vérité sur le Falun Gong avec un transporteur routier d’huile. De façon surprenante, le chauffeur a dit « Je sais que le Falun Gong est bon, mais comme je suis trop occupé à gagner de l’argent, je ne peux pas le pratiquer maintenant. Mais, je sais qu’un être humain doit agir avec conscience! » Il a poursuivi, « L’année passée je suis allé à la ville de Hegang pour m’occuper de quelques affaires. Quelques agents de la police m’ont arrêté sur mon trajet. Au début, ils ne voulaient que vérifier mon identité, mais je leur ai expliqué que je ne l’avais pas avec moi. Là, ils m’ont demandé d’injurier ‘Maître Li’. Je leur ai dit que je ne connaissais pas cette personne ! Un policier m’a dit que même si je ne le connaissais pas, je devais l’injurier. Je lui ai demandé, ‘Si d’autres gens voulaient que je te calomnie, devrais-je aussi le faire?’ L’agent de police n’a plus pu prononcer une parole, il semblait s’être dégonflé.

2. J’ai eu une réunion avec quelques-uns de mes amis, et un entre eux a mentionné l’incident suivant . Pendant qu’il travaillait dans son entreprise, un de ses collègues lui avait dit que si on dénonçait un pratiquant du Falun Gong, ou qu’on l’attrapait en train d’afficher des documents sur le lieu, on obtiendrait une certaine récompense financière. Mon ami a repliqué en disant, « Je ne pratique pas le Falun Gong, mais je sais que les pratiquants du Falun Gong sont tous de bonnes gens. Voulez-vous vraiment faire de telles choses qui font perdre de la vertu (De)! Pourriez-vous vraiment dépenser cet argent avec une conscience claire? » Son collègue n’a rien trouvé à répondre et est parti.

Le 23 octobre 2001
Version chinoise http://minghui.ca/mh/articles/2001/10/24/18493.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.