Persécution des pratiquants de Falun Gong dans la prison de Jiazhou |

Les pratiquants de Falun Gong de la province du Sichuan sont généralement détenus dans la prison de Jiazhou, qui est située dans la ville de Leshan. La prison s'occupe principalement de travail de main-d'œuvre intensif telles que la confection de vêtements et de bobines électroniques.


En dehors du travail forcé et non rémunéré, les pratiquants emprisonnés sont également soumis à différentes méthodes de torture. La torture physique comprend la position debout prolongée, les chocs électriques, les passages à tabac et les heures de repas restreintes. Ils sont également obligés d'écrire des déclarations promettant de renoncer à leur foi.


Pulvérisations d’eau pimentée, passages à tabac, heures de repas restreintes
M. Lu Shengli de la ville de Deyang a été arrêté chez lui le 4 juin 2015 et condamné plus tard à cinq ans de prison et à une amende de 5 000 yuans. Il s’est vu ordonner de rédiger des déclarations de garantie à son arrivée à la prison. Lorsqu'il a refusé, les gardiens l'ont obligé à se tenir debout de 7 h à 22 h pendant trois jours, jusqu'à ce que ses mains et ses jambes soient enflées. Ils ne lui donnaient que quelques secondes pour prendre ses repas et jetaient ce qui restait quand le temps était écoulé.


Les pratiquants qui sont placés sous contrôle strict sont soumis aux passages à tabac, à la station debout ou accroupie, la privation de sommeil et on leur ordonne d'écrire des déclarations de garantie. Il leur est également interdit de parler ou de se déplacer. Exposer les pratiquants à un soleil brûlant, couvrir leur tête avec des casques et pulvériser de l’eau pimentée dans leur nez, et restreindre leur temps de repas sont également quelques-unes des méthodes couramment utilisées dans la prison de Jiazhou.

Illustration de torture : Electrocuté avec des bâtons électriques

M. Sun Renzhi a été électrocuté avec des matraques électriques et on lui a pulvérisé de l'eau pimentée dans les yeux pour son refus de porter l'uniforme de la prison. Lorsqu'il a refusé d'écrire des déclarations de garantie, la police l'a placé sous contrôle strict pour le torturer et l'a également exposé au soleil en plein été pendant des périodes de temps prolongées.

Illustration de torture : Se tenir debout sous un soleil brûlant

M. Gu Zhiguang a été affamé pendant quelques jours après qu’il ait refusé d’être transformé. Il a également été puni par une position debout prolongée et a eu les mains et les pieds enchaînés. Pendant plus d'un an, il a été soumis aux passages à tabac, aux pulvérisations pimentées et à la privation de sommeil.

Illustration de torture: passages à tabac

M. Liang Junhua et M. Wei Yongqing ont été placés sous contrôle strict et ont eu leur temps de repas restreint quand ils ont refusé d'écrire des déclarations de garantie ou de mémoriser les règles de la prison. M. Wei, 81 ans, a été forcé de s'asseoir sous le soleil pendant de longues périodes de temps jusqu'à ce que ses fesses s'infectent, et il a été électrocuté avec des matraques électriques. Il a également été soumis à des pulvérisations d’eau pimentée.


Ceux qui ont été placés sous contrôle strict de premier niveau ont vu leur temps de repas limité à quelques secondes. Les détenus avaient 20 secondes pour terminer un petit bol de soupe de porridge par repas, mais en réalité, on ne leur laissait que 15 secondes. Selon ceux qui l'ont vécu, le plus vite qu'ils pouvaient manger était quatre bouchées de riz, et ceux qui étaient plus lents ne pouvaient en manger que deux ou trois bouchées. En général, les gardiens appliquaient une telle torture aux prisonniers pendant 3 à 15 jours. Cependant, la période de temps pouvait être prolongée pour les pratiquants indéfiniment jusqu'à ce qu'ils renoncent à leur foi.


Une autre méthode de torture est appelée "conduire une moto". Les gardiens plaçaient un casque sur la tête du pratiquant avant de le pulvériser à l’eau pimentée et de refermer le casque. Cette torture amenait la victime à étouffer dans l'espace confiné et à tousser de manière incontrôlable. La victime était alors forcée à porter une camisole de force et exposée au soleil sans recevoir d'eau. M. Wang Anneng a été soumis à une telle torture lorsqu'il a refusé de mémoriser les règles de la prison.

Illustration de torture: Porter une camisole de force et être ligoté

Il y a actuellement cinq pratiquants qui sont toujours détenus dans la division n ° 8: M. Zhang Zhigang (condamné à 4 ans), M. Deng Daoheng (8 ans), M. Wen Xingtai (7 ans), M. Liang Junhua (6 ans) et M. Zuo Guocheng (1 an et demi).


Travail forcé
La prison a signé des contrats de production avec certaines entreprises et forcé les détenus à travailler pour exécuter les commandes. Un atelier dans la prison peut rapporter 2 à 3 millions de yuans chaque année.


Les détenus sont contraints de travailler 12 heures par jour et ont 10 minutes pour déjeuner en restant assis à leur place. Ceux qui ne peuvent pas terminer leur travail sont punis. La punition légère comprend de rester debout à un endroit spécifique après le travail jusqu'à 22 heures et réfléchir à ses actions ou marcher sur le terrain en diverses formations. La punition lourde comprend le rationnement de la nourriture (ne recevoir qu'une portion de "repas pour bébé"). Pendant ce temps, la victime n'est pas autorisée à acheter de nourriture ou des produits de première nécessité.


Les pratiquants ne sont pas autorisés à se parler, à rester dans la même pièce et à travailler l'un à côté de l'autre. Leurs appels téléphoniques sont également surveillés.


Un pratiquant âgé du Sichuan qui a été emprisonné une fois dans la prison de Jiazhou a détaillé son expérience sur Minghui.org. Il s'est rappelé que lorsqu'il est arrivé pour la première fois à la prison, quelques pratiquants l'ont aidé à se procurer les produits de première nécessité et lui ont donné de la nourriture. Cependant, un jour, quelqu'un l'a vu avec un autre pratiquant partager leurs expériences de cultivation et les a dénoncés.


L'autre pratiquant, qui avait 65 ans, a été placé sous contrôle strict le lendemain et privé de la nourriture qu'il avait précédemment commandée. Il a également été forcé de manger des «repas pour bébé» et est devenu émacié. Le contrôle strict a pris fin au bout de 52 jours. Comme ce pratiquant âgé était plus âgé, il n'a pas été puni.


Les détenus ne bénéficient que de quatre heures de pause par semaine et doivent subir des contrôles de sécurité avant et après le travail pour s’assurer qu’ils ne rapportent aucun objet interdit dans leur cellule.
Un pratiquant a néanmoins été forcé à exécuter un travail intensif sans aucune pause malgré ses graves problèmes de santé. Il est allé à l'hôpital en mai 2020 et est décédé deux jours plus tard. Il avait 67 ans.


Version anglaise (articles connexes en anglais disponibles) :
Persecution of Falun Gong Practitioners in Jiazhou Prison


Version chinoise:
四川乐山嘉州监狱迫害法轮功学员情况

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.