Horreurs à la prison de Benxi

La prison de Benxixihui, connue sous le nom de prison de Benxi, est l'une des prisons de la province du Liaoning tristement connues pour torturer les pratiquants de Falun Gong dans le cadre de la persécution de la discipline spirituelle par le Parti communiste chinois.


En première ligne pour persécuter

Peu après le début de la persécution, plusieurs agences de la province du Liaoning ont publié conjointement un ordre demandant à toutes les prisons de la province de lancer un " projet spécial "pour " transformer " les pratiquants de Falun Gong emprisonnés.


Ces agences comprenaient le bureau 610 (une agence extra-légale chargée d'éradiquer le Falun Gong et ayant tout pouvoir sur le système judiciaire), le comité des affaires politiques et légales, le Bureau de la stabilité, le Bureau judiciaire provincial et le Bureau de supervision provincial.


La prison de Benxi a été la première à assumer ce projet spécial.


Un " modèle " pour enseigner la persécution

Au fil des ans, la prison de Benxi a utilisé de nombreuses méthodes brutales pour torturer les pratiquants de Falun Gong, afin de les forcer à renoncer à leur croyance et atteindre l'objectif d'un taux de " transformation "de 100%.


Elle s’est vue, dans la logique tordue du PCC, décerner le titre de " prison civilisée" au niveau provincial et a été saluée comme une " prison modèle " et donnée en exemple aux autres prisons. En septembre 2010, le bureau 610 au niveau du gouvernement central a organisé une conférence et annoncé: " Toutes les provinces devraient tourner le regard vers la province du Liaoning et toutes les prisons prendre Benxi en exemple."


Méthodes méprisables

La prison de Benxi a adopté la méthode de « gestion des hooligans » pour traiter les détenus. Sous couvert de « maintien de l’ordre public civilisé» et de « réforme de l'éducation », la prison a désigné des « détenus responsables », généralement des criminels, pour gérer d'autres détenus.


Les détenus responsables étaient au-dessus des règles et règlements et autorisés à utiliser n'importe quelle force pour amener les détenus à se soumettre. S'ils rencontraient de la résistance, ils en rendaient compte aux gardiens de prison, qui les soutenaient en soumettant les détenus dissidents à des sévices et tortures encore pires

Les cas de persécution documentés suivants ne sont que la partie visible de l'iceberg.


Hémorragie cérébrale et coma

En raison de la torture, M. Hu Guojian a fait une hémorragie cérébrale massive tout juste 22 jours après son transfert à la prison de Benxi. Il est resté dans le coma jusqu'à son décès deux ans plus tard.


M. Hu Guojian, né en 1970, a été arrêté pour la dernière fois le 7 juillet 2015 ; il a été condamné à quatre ans de prison cinq mois plus tard, le 9 décembre.


Il a été transféré à la prison de Benxi le 4 mai 2016 et soumis au travail forcé, à la privation de sommeil et au manque de nourriture. Lorsque sa femme lui a rendu visite cinq jours plus tard, le 9 mai 2016, elle a été alarmée de constater qu'il avait perdu le tiers de son poids.


M. Hu était soumis à la punition s'il ne pouvait pas terminer sa tâche ou atteindre son quota de travail. Il était complètement déshabillé par les détenus responsables, forcé à s'asseoir sur un petit banc et empêché de dormir.


Lorsqu'il a perdu connaissance, les détenus lui ont donné des coups de pied et l'ont réprimandé. Lorsque leurs coups ont échoué à le ramener à lui, il a été transporté à l'hôpital. On lui a diagnostiqué une grave hémorragie cérébrale nécessitant une neurochirurgie.


M. Hu est tombé dans le coma 22 jours après son transfert à la prison de Benxi. Il n'a jamais repris connaissance.


Décès causé par la torture deux mois après avoir été libéré

M. Lu Yuanfeng a été arrêté en novembre 2014 et condamné à trois ans de prison en juin 2015. Il a ensuite été transféré à la prison de Benxi.


La famille de M. Lu n'a été autorisée à le voir que deux fois pendant les trois ans de son emprisonnement. Il a dit à ses proches que les gardes de la prison de Benxi l'avaient battu, électrocuté avec des matraques électriques et forcé à s'accroupir pendant de longues périodes de temps. Il y a eu une plainte manuscrite détaillant la torture par choc électrique de M. Lu.


Il a fait un accident vasculaire cérébral deux mois avant sa sortie prévue, mais la prison a refusé de lui prodiguer les soins médicaux appropriés ou d'accorder des visites familiales ou une libération conditionnelle médicale. Quand il a été libéré le 19 novembre 2017, il avait des troubles d’élocution, était paralysé et avait une jambe fracturée. Il est tombé dans le coma 21 jours après sa libération et est décédé. Il avait 63 ans.


La peau de la poitrine déchirée

M. Chen Xiu, 56 ans, était ingénieur à la succursale de la banque agricole de Chine du Liaoning. Sa dernière arrestation a eu lieu en février 2015.


La prison a entamé en novembre 2015 ce qu’ils appelaient le "mouvement de transformation de fin d'année " contre les pratiquants. L'hiver était sans précédent cette année-là. La torture a été intensifiée.


M. Xiu a été attaché à une chaise, électrocuté avec une matraque électrique, poignardé avec une aiguille sur tout le corps et sauvagement battu. Les malfaiteurs ont roulé des semelles de chaussures sur sa poitrine jusqu'à ce que la peau soit déchirée et saigne.Dans la soirée, un détenu a fendu et déchiré la veste de M. Chen, qui était restée collé à sa poitrine ensanglantée. La peau sur son front et ses côtes était déchirée.


Torture en isolement et gavage insalubre

Arrêté le 5 septembre 2010, M. Liang Yuncheng, ancien juge d'un tribunal de la ville de Fengcheng dans la province du Liaoning, a été condamné à trois ans de prison pour avoir refusé d'abandonner sa croyance dans le Falun Gong.


Lorsque M. Liang a demandé au chef de division Zhao Gang de transmettre sa lettre de plainte à la cour supérieure de la ville de Liaoning, Zhao l'a remise à la direction de la prison, qui a donné des ordres pour que M. Liang soit torturé davantage.


M. Liang a été envoyé en isolement. Ainsi ont commencé 60 jours de torture non-stop. Ses bras étaient étendus et ses mains attachées à des menottes aux extrémités d'une tête de lit. Ses jambes étaient étirées et attachées à un anneau sur le lit. Une ampoule à haute tension était dirigée sur ses yeux.


M. Liang a entamé une grève de la faim de protestation et a subi un gavage brutal. Sous la direction du médecin de la prison, les gardiens lui ont inséré une sonde dans une narine et l’ont gavé d’une solution à forte concentration de sel. Ils laissaient généralement le tube dans son estomac pendant quatre jours avant de le sortir pour un nettoyage minimal. De temps en temps, le médecin enduisait le tube de produits chimiques pour irriter le nez et l'œsophage de M. Liang.


Traitement médical refusé

Les fonctionnaires du Bureau des Prisons du Liaoning ont déclaré «qu’aucune libération conditionnelle médicale n'était autorisée pour les pratiquants de Falun Gong », même si la prison de Xihu avait accepté la libération conditionnelle de M. Liu Defu en raison de sa piètre santé en résultat de la torture et du travail forcé.


M. Liu, 63 ans, s’est vue diagnostiquer une crise cardiaque, un hématome sous-dural et une hypertension artérielle à l'Hôpital du Fer et de l'Acier de Benxi dans la province du Liaoning.


Parce qu'il a refusé d'abandonner sa croyance, M. Liu a été torturé et frappé à la tête avec des objets lourds, provoquant de graves coupures et saignements. Il a nécessité 21 points de suture en conséquence. Il a ensuite été placé en isolement cellulaire et menotté et enchaîné au sol pendant plus de 20 jours.


Torture sauvage par les gardes et les détenus

M. Meng Xianguang, 52 ans, demeure au commissariat de Danan suite àsa dernière arrestation, le 28 juin 2018. On ignore où et dans quel état se trouve Mme Su Xiaohua, arrêtée en même temps que lui.
M. Meng a été condamné une première fois à quatre ans de prison suite à son arrestation en août 2001. Il a de nouveau été condamné à trois ans et demi, lorsque sa femme et lui ont été arrêtés le 26 mars 2014.


M. Meng a été brutalement torturé lors de son deuxième emprisonnement à la prison de Benxi. Le 18 octobre 2015, le garde Chen Geng a ordonné aux détenus de lui fourrer des chaussettes dans la bouche et de lui couvrir la tête avec un sac en plastique. Ils ont scotché ses bras et ses jambes sur une chaise.


Le garde Liu Minghao a déchiré la chemise de M. Meng et lui a versé de l'eau froide sur la tête avant de le frapper. Le garde Liu Sitong a électrocuté M. Meng jusqu'à ce que la matraque électrique soit déchargée.


Quelques heures plus tard, M. Meng a été transféré dans une autre pièce, où le gardien Chen a ordonné à deux détenus de lui tenir les bras. Chen l'a ensuite fouetté sur le dos plus de 20 fois avec un tube en caoutchouc. Lorsque Chen a fait une pause, le garde Liu a ramassé le tube et a continué.


M. Meng a ensuite été ramené à sa cellule, déshabillé et attaché à une chaise. Les détenus le surveillaient à tour de rôle pour l'empêcher de s'endormir.


Le lendemain matin, le garde Chen a ordonné au détenu Shi Jian de toucher M. Meng avec un fil électrique dénudé. Chen a ensuite connecté l'autre extrémité du fil à une matraque électrique. À un moment donné, le gardien Chen a touché le pénis de M. Meng avec le fil dénudé et a dit: " Je vais vous rendre incapable d'avoir des gosses. " M. Meng s’est convulsé pendant que les gardes se moquaient de lui.


Cet après-midi-là, trois autres gardes, Lang Pengcheng, Liu Minghao et Zhang Zhiyu, sont entrés et ont fixé des livres sur les cuisses de M. Meng. Deux d'entre eux ont ensuite frappé les livres avec des tubes en plastique. De cette façon, même s'il subissait des blessures internes, rien ne serait visible en surface. Les coups ont duré plus de deux heures, jusqu’à ce que les gardes soient épuisés.


Privé de visites familiales et de sommeil

Un homme en bonne santé, M. Zhou ne peut pas dormir et reste assis pendant des heures avec une expression vide sur son visage. Deux ans d'emprisonnement ont eu de graves conséquences pour lui.
Il a été battu et privé de sommeil en prison. Les visites familiales ont été suspendues. Quand il a protesté, il a été électrocuté avec des matraques électriques. La chair de son dos a été brûlée, mais les gardes l'ont emmené à l'isolement sans lui donner aucun soin médical.


Au moment où il a été libéré sept jours plus tard, les plaies de son dos étaient déjà infectées. Même aujourd'hui les cicatrices sont encore visibles.


Le banc du tigre

Lors d'une conférence nationale des gardes en octobre 2014, le directeur de la prison de Benxi a appelé à une " transformation " à 100% des pratiquants de Falun Gong. Benxi a alors intensifié les sévices sur les pratiquants.


M. Zhou Lin a été arrêté en janvier 2013. Il a été condamné à quatre ans de prison et transféré à la prison de Benxi.


M. Zhou a été envoyé en isolement cellulaire pendant dix jours, il a été attaché à un banc du tigre avec ses bras et ses jambes scotchés. La peau de son tibia était déchirée. Les agresseurs ont brûlé ses doigts avec des cigarettes jusqu'à ce que la peau éclate et soit carbonisée. Il a été privé de sommeil pendant trois jours et trois nuits consécutives, sans pouvoir le moins du monde bouger et sans recevoir ni eau ni nourriture.


Ces cas documentés révèlent la terrible torture utilisée contre les pratiquants dans la prison de Benxi.


Quelques mots de mise en garde aux auteurs de cette persécution : Vous êtes utilisés par le PCC, sous couvert du maintien de l'ordre, pour priver les gens de leur santé et ruiner leur vie. Les principaux malfaiteurs, Zhou Yongkang, Li Dongsheng et Bo Xilai, ont fait face à la rétribution et ont été emprisonnés pour d’autres crimes.


La justice prévaudra. Ce n'est qu’en vous tournant vers la bonté, en arrêtant cette persécution brutale et en expiant vos péchés que vous pouvez espérer un futur.


Version chinoise :
辽宁本溪监狱迫害法轮功学员的残暴手段(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.