Le Monde : " Des députés s'inquiètent des risques de trafic d’organes en Chine "

Selon un article publié le 27 novembre dans Le Monde, Une soixantaine d’élus se sont récemment interrogés sur le prélèvement d'organes sur des personnes vivantes par le Parti communiste chinois (PCC) à des fins de transplantation.


L’article du Monde indique qu'il existe de nombreuses zones d'ombre dans le système répressif du PCC, notamment le prélèvement d'organes sur des dissidents non consentants. Bien que le PCC ait annoncé avoir cessé d'utiliser les organes de condamnés à mort en 2015, les transplantations effectuées dans les établissements privés et publics chinois battent tous les records de disponibilité et de rapidité.


Joshua Rosenzweig, un expert des questions relatives à la Chine, est cité disant : " Amnesty a évoqué depuis longtemps l’existence d’un problème de transparence dans l’industrie de transplantation d’organes en Chine, avec une longue histoire d’utilisation de prisonniers, surtout exécutés,".


L’article souligne que le nombre de prisonniers exécutés chaque année en Chine est un secret d'État, mais certaines ONG ont estimé ce nombre à environ un millier par ans. Le fait que la Chine, [qui n'a pas de système de don d'organes établi], soit capable de réaliser un tel nombre de transplantations aussi rapidement chaque année ne fait que soulever davantage de questions sur la provenance des organes.


L’article compare les temps d'attente pour une transplantation en France et en Chine. En France, le temps d'attente moyen est de trois ans, et entre 15 et 30 % des patients meurent pendant cette période. Mais en Chine, où la transplantation d'organes est devenue une industrie lucrative, le temps d'attente moyen n'est que de 12 jours.


De nombreux éléments indiquent que les pratiquants du Falun Gong et les Ouïgours, dont beaucoup sont détenus dans des camps de concentration et des prisons, sont les deux principaux groupes visés par le PCC pour leurs organes.


Bien que de nombreuses questions restent sans réponse, la soixantaine de députés ont fait part de leurs inquiétudes à ce sujet et déclaré que La vigilance devrait être renforcée. Ils ont déposé le 15 septembre une proposition de loi visant à obtenir davantage de transparence dans les coopérations scientifiques entre les établissements français et chinois


Version chinoise:
- 世界报:法国议员关注中国器官移植来源问题

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.