Le kiosque du Falun Gong à Stuttgart - une oasis de vérité dans un monde de mensonges

Le 24 octobre 2020, les pratiquants de Falun Dafa de Stuttgart, sixième plus grande ville d'Allemagne, ont encore une fois organisé des activités dans le centre-ville. Ils ont fait la démonstration des exercices, présenté la méthode de raffinement corps/esprit- et appris aux gens avec quelle cruauté le Parti communiste chinois (PCC) persécute la pratique en Chine.


Après une nuit pluvieuse, l'air du matin était frais et pur. En raison de la pandémie de coronavirus, il y a moins de gens dehors ces temps-ci. Alors que les pratiquants commençaient à faire les exercices de Falun Dafa, certains se sont arrêtés attirés par la musique. En apprenant comment les pratiquants sont persécutés en Chine pour une si paisible pratique, de nombreuses personnes ont signé la pétition et condamné la persécution.


Les pratiquants font la démonstration des exercices de Falun Dafa, le 24 octobre à Stuttgart,.
Les passants s'arrêtent, s'informent et signent

Une queue se forme pour signer
Alors qu'un groupe d'étudiants passait devant le stand de Falun Dafa, une fille a accepté un dépliant et a été choquée d'apprendre l’existence de prélèvements forcés d'organes sur des pratiquants emprisonnés en Chine, et ce de leur vivant. En entendant que ce crime était perpétré par l'État sous l’autorité du PCC, elle a appelé les huit autres étudiants. Ils ont fait la queue et ont signé l’un après l’autre la pétition pour mettre fin à la brutalité.


Deux touristes se sont arrêtés au stand et l'un des deux a remercié les pratiquants pour leurs efforts de sensibilisation à ce qui avait lieu Chine. Il a expliqué avoir vu les activités des pratiquants auparavant et a signé la pétition. En partant il a joint ses mains devant sa poitrine pour exprimer son empathie et son respect et a souhaité bonne chance aux pratiquants.

" Puisse ma signature faire une différence "
Une jeune femme, qui ne savait pas grand-chose du Falun Dafa, a apprécié d’en apprendre davantage. Elle a manifesté sa surprise en apprenant que le PCC persécutait la pratique depuis vingt et un ans allant jusqu’à tuer des pratiquants pour leurs organes pour de juteux profits sur le marché de la transplantation.


" C'est terrible ! J'avais lu que le régime avait établi de nombreux camps de concentration et y détenait des innocents. Puisse ma signature faire une différence ", a-t-elle dit.


Un autre touriste a pris un dépliant et dit qu'il aimerait apprendre le Falun Dafa. " J'ai lu les banderoles ", a-t-il dit. "C'est difficile de croire que des gens sont persécutés par le PCC depuis vingt ans pour une aussi paisible pratique. "


Après avoir signé la pétition, il s'est renseigné davantage sur la pratique. Étant en visite à Stuttgart, il avait peu de temps ce jour-là mais a dit qu’il allait contacter les sites de pratique de Falun Dafa près de chez lui.


Après avoir fait du tourisme toute la journée, une femme élégamment vêtue s'est arrêtée à une fontaine pour se reposer et a regardé les pratiquants faire les exercices, puis elle est venue lire l’information affichée. Après avoir regardé les pratiquants en méditation, elle a demandé : " Me permettez-vous de prendre une photo ? Je souhaite approfondir cela – tout ici semble si serein et si pur. "


Une oasis de vérité dans un monde de mensonges
Une femme d'une cinquantaine d'années est passée en toute hâte. Quand elle a vu le stand, elle a crié : " Mensonges, mensonges, le monde entier ment ! "


"Madame ", a demandé poliment un pratiquant, " avez-vous entendu parler du Falun Dafa ? " Surprise par la question, la femme s'est retournée et a dit : "Le monde entier ment et nous nous dupons nous-mêmes. Au moins 90 % des gens racontent de fausses histoires et vous ne pouvez faire confiance à personne. "


" Vous avez raison ", l’a confortée un autre pratiquant. " Dans un monde de mensonges, être honnête est difficile. " Puis lui présentant un dépliant il a dit : " C'est pourquoi nous les pratiquants de Falun Dafa chérissons le principe de Sincérité-Bonté-Tolérance et le prenons pour guide dans nos vies. "


La femme a souri. Après que le pratiquant a expliqué qu'ils étaient là pour informer les gens à propos de la persécution en Chine, elle a signé la pétition sans hésiter.


Une heure plus tard, la femme est repassée devant le stand, elle avait l'air beaucoup plus calme. Voyant tous les pratiquants paisiblement assis en méditation, elle s'est arrêtée pour les regarder.


Après quelques minutes, elle s’est approchée, s'est assise en face d'une pratiquante, et a commencé à apprendre les exercices.


Traduit de l'anglais
Version anglaise :
https://en.minghui.org/html/articles/2020/11/1/188064.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.