Un député canadien sensibilise le public au prélèvement forcé d'organes en Chine

La persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine, comprenant le prélèvement forcé d'organes sur des prisonniers d’opinion par le régime chinois, a été soulevée et fait l'objet d'une discussion lors d’un débat parlementaire canadien le 25 mai . David Sweet, membre du Parlement et ministre pour les Droits Internationaux et la liberté religieuse, a appelé à sanctionner la Chine pour ses graves violations des droits de l'homme.


Le député David Sweet, Ministre fantôme pour les Droits Internationaux et la Liberté religieuse, lors d'une audition sur les droits de l'homme en 2013.


Dans sa lettre de félicitations du 13 mai 2020, à l'occasion de la Journée Mondiale de Falun Dafa, le député Sweet a écrit: " C'est le 28e anniversaire de la Journée du Falun Dafa et cette année est plus significative que jamais. Parce que dans un monde changé par le COVID-19, nous sommes plus soucieux de ceux qui, en Chine, ont été persécutés durant des décennies par le régime communiste pour s’être exprimés pour la transparence et la liberté et contre la persécution."


Prélèvement forcé d'organes
Lors de son discours au Parlement le 25 mai, Sweet a mis l'accent sur la souffrance des pratiquants de Falun Gong en Chine aux mains du Parti communiste chinois (PCC). Il a ajouté que le système de méditation est une pratique spirituelle ancestrale et pacifique.


"Ceux qui pratiquent Falun Gong en Chine font face à une persécution sévère aux mains du PCC et de ses forces de police. Comme si les arrestations arbitraires, les travaux forcés et la torture ne suffisaient pas, nous avons entendu des témoignages de prélèvements d'organes au Sous-comité sur les Droits de l'Homme Internationaux," a t-il dit.


"Notre ancien distingué collègue, l'Honorable David Kilgour et le célèbre avocat des droits de l'homme, David Matas, ont fourni à maintes reprises des preuves irréfutables sur ces prélèvements menés par le PCC. Réfléchissons à cela : "Détenir des Falun Gong, les emprisonner arbitrairement, les torturer à mort, puis prélever leurs organes à des fins lucratives," a t-il continué.


Répression de nombreux groupes
En plus des pratiquants de Falun Gong, le député Sweet a aussi parlé des autres groupes et minorités religieuses réprimés en Chine, parmi les lesquels les Ouighours, les Tibétains et les Chrétiens.


Il a également fait la distinction entre le PCC et le peuple chinois. "Les Chinois sont des personnes gentilles et douces qui ont un profond respect pour la famille, la tradition, la foi et se souciant des personnes âgées. Ce sont là quelques-unes des nombreuses belles qualités de leur caractère, mais c'est un peuple opprimé, opprimé par le régime communiste du Parti populaire chinois à Pékin", a-t-il expliqué.


Les canadiens sont au courant de la répression en Chine. "Aujourd'hui, c'est probablement le problème le plus souvent soulevé parmi mes administrés. C'est la raison pour laquelle la Chambre a voté, en décembre, la création d'un Comité Spécial sur les Relations Canada-Chine, sur une motion de mon collègue, l'honorable membre pour Durham," a t-il ajouté.


Sweet a souligné que le PCC ne se soucie pas du peuple chinois. Il a aussi mentionné l' histoire "déchirante" dans laquelle le fils handicapé d'un père est mort de faim, alors qu’il était en quarantaine due au coronavirus. "Ce n'est qu'un exemple de ce régime sans cœur" a t-il dit.


Avec la répression récente du mouvement démocratique à Hong Kong, Sweet a proposé une motion visant à surveiller davantage la situation à Hong Kong et mettre fin à la persécution religieuse en Chine.


Version anglaise disponible à:
https://en.minghui.org/html/articles/2020/5/31/185298.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.