Lorsque les principes sont négligés, des problèmes surgissent - Réflexion sur le virus du Parti communiste chinois :

La pandémie de coronavirus en cours s'est propagée à plus de 190 pays et territoires, infectant 335 000 personnes et causant 14 641 décès au 22 mars.


Initialement nommé d'après son épicentre, l'agent pathogène a été appelé le virus de Wuhan. Au fil du temps, de plus en plus de gens ont commencé à reconnaître comment la dissimulation d'informations sur le coronavirus par le Parti communiste chinois (PCC) avait conduit à la pandémie d'aujourd'hui.


" Appelons-le simplement le "virus du PCC ". C'est plus précis et n'offense que ceux qui le méritent", a écrit Josh Rogin dans The Washington Post .


Il est vrai que le PCC est responsable de cette calamité. Mais la difficulté à laquelle nous sommes confrontés est de savoir comment sortir du chaos. Beaucoup de gens essaient de trouver une solution rapide, mais l'explosion des cas a prouvé que la tâche pouvait être décourageante. Alors que de nombreux pays s'efforcent de contenir le virus, il vaut la peine de faire une pause et de réfléchir à ce qui sous-tend la pandémie.


Ceux qui sont les plus proches du PCC sont le plus durement touchés
En dehors de la Chine, l'Italie a été la plus lourdement touchée, suivie par les États-Unis, l'Espagne, l'Allemagne, l'Iran, la France et la Corée du Sud. Il a été démontré que tous ces pays ont des liens étroits avec le PCC.


Italie
Après que le régime chinois ait proposé son initiative Belt and Road (BRI) en 2013, beaucoup l'ont considérée comme une extension de l'influence économique et politique de la Chine de l'Asie de l'Est à l'Europe. Ignorant de telles préoccupations selon lesquelles la BRI pourrait être un cheval de Troie pour le développement régional et l'expansion militaire menés par la Chine, l'Italie est devenue le premier et le seul pays du G7 à rejoindre l'initiative en mars 2019.


Après la signature de 29 accords entre les deux pays, le vice-Premier ministre italien a déclaré à CNBC: "Il n'y a pas lieu de s'inquiéter"selon un article de cityam.com du 27 mars 2019, intitulé "L'accord commercial de l'Italie avec la Chine joue avec le feu."


États-Unis
Les relations entre les États-Unis et la Chine continuent d'évoluer. Selon le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, " permettre à la Chine d'entrer à l'OMC en 2001 a été une erreur historique qui a coûté aux États-Unis des millions d'emplois et des milliards de dollars en déficits commerciaux accumulés ".


" Les États-Unis contournent à présent les règles de l'OMC et menacent Pékin de droits de douane d’une valeur pouvant atteindre 500 milliards de dollars de marchandises importées ", a rapporté un article du Wall Street Journal intitulé "When the World Opened the Gates of China" (" Quand le monde a ouvert les portes de la Chine") en juillet 2018.


L'article du WSJ indiquait que, contrairement à ce que les défenseurs de l'OMC avaient espéré, "Pékin a apprivoisé l'internet en limitant son utilisation au commerce, à la technologie et aux médias sociaux. Il a bloqué l'organisation politique en menaçant et parfois en emprisonnant ceux qui publiaient des commentaires critiques. Plus récemment, il a fait d'Internet lui-même un instrument de l'État en l'utilisant pour identifier et suivre les dissidents. C'est orwellien", a déclaré Jerome Cohen, professeur de droit à l'université de New York et spécialiste de la Chine.


Espagne
Bien que l’Espagne n’ait pas officiellement adhéré à la BRI, Josep Borrell, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères, actuellement haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne, a déclaré avant d'assister au Forum Belt and Road à Pékin en avril 2019: "[The Belt and Road] est la preuve que la Chine ne se considère plus comme un simple receveur et qu’elle a commencé à se considérer comme un contributeur au monde, et c'est quelque chose que l'Espagne salue ".


Les entreprises chinoises ont acquis en 2016 deux sociétés d'ingénierie espagnoles, Aritex et Eptisa, dans le cadre de la volonté de Pékin de dominer les secteurs de haute technologie. Cette décision a été dictée par son plan industriel national, "Made in China 2025", qui sert de modèle à la Chine pour devenir une puissance manufacturière technologique.


Madrid, la capitale de l'Espagne, possède le plus grand magasin phare de Huawei en dehors de la Chine. Le géant espagnol des télécommunications Telefonica a également choisi Huawei comme partenaire important dans le déploiement de son réseau 5G en juin 2019.


Allemagne
" Les réalisations les plus réussies de la Chine incluent la porcelaine, le papier et la tromperie ", a écrit Bild dans un article le 12 mars, sous le titre " C'est ainsi que la Chine ment en souriant au monde."


L'article de Bild affirme que la dépendance de l'Allemagne à l'égard de la Chine l'a disposée à croire aux mensonges du PCC sur le coronavirus et bien d'autres choses. Par exemple, "Parce que Volkswagen vend des millions de voitures par an en Chine, le patron de VW ne veut rien savoir des camps de rééducation chinois pour les Ouïghours et des prétendus fauteurs de troubles", écrit l'article. "Il n'y a qu'une seule chose à croire concernant la Chine : sur la voie de la superpuissance, ses mensonges n'ont pas été sa dernière tromperie au monde. C'est à nous de décider comment nous allons traiter leurs mensonges", conclut-il.


Iran
"L'intérêt stratégique de la Chine pour l'Iran s'intensifie. Les fabricants chinois cherchent à établir de nouvelles opérations en Iran, et Téhéran est considéré comme un centre de transport et de logistique vital", a rapporté oilprice.com dans un article intitulé "L'Iran va devenir un centre essentiel dans l'initiative chinoise de Belt and Road".


"Le trajet exact du virus n'est pas clair. Mais le partenariat stratégique de l'Iran avec Pékin a créé une constellation de contacts potentiels qui ont aidé à déclencher la maladie, appelée Covid-19 ", a rapporté le Wall Street Journal le 11 mars 2020, dans un article intitulé "Le partenariat stratégique avec la Chine est à l'origine de l'épidémie de coronavirus en Iran "

France
" Lors de réunions à huis clos, les responsables des États membres expriment leur frustration à l'égard de la Chine, mais au bout du compte, l'opportunisme à court terme prévaut ", a déclaré Jonathan Holslag, professeur de politique internationale à l'Université libre de Bruxelles et conseiller spécial du premier vice-président de la Commission européenne, à The Diplomat en janvier 2020.


Lorsque le dirigeant chinois Xi Jinping s'est rendu en France en mars dernier, "Le même jour, [le président français] Emmanuel Macron a appelé [la chancelière allemande] Angela Merkel et le président de la Commission [UE] à rencontrer le président Xi Jinping ensemble à Paris. Le lendemain, il essaie désespérément de vendre des avions Airbus [à la Chine]", a déclaré Holslag. "Je suis maoïste… un bon programme politique est un programme qui fonctionne", a dit un jour Macron.


Corée du Sud
En Asie, la Corée du Sud a le plus de cas confirmés. Le 20 février 2020, Kang Seung-seok, le consul général de Corée du Sud nouvellement nommé dans l'épicentre chinois de Wuhan, a visité la ville avec des fournitures de secours données par son pays d'origine.


Kang a déclaré aux médias chinois à son arrivée qu'il est" très important pour le gouvernement sud-coréen de m’envoyer à Wuhan pendant cette période très difficile", selon le quotidien du Parti communiste chinois, le People's Daily .


Le même jour également, le dirigeant chinois Xi Jinping a eu une conversation téléphonique avec le président sud-coréen Moon Jae-in. Les médias d'État chinois ont déclaré que Moon avait " spécialement appelé à exprimer ses condoléances et son soutien", ce qui "montrait [ndlr] l'amitié entre la Chine et la Corée du Sud, comme des voisins proches qui s'occupent les uns des autres et partagent les hauts et les bas de la vie". .


Taïwan et Hong Kong
Malgré leur proximité géographique avec la Chine, Taiwan et Hong Kong ont relativement peu d'infections. Taïwan a pris une position ferme contre le PCC ces dernières années. La victoire écrasante du président Tsai Ing-Wen affirme également la détermination des Taïwanais à maintenir la démocratie et l'opposition aux menaces d'invasion du PCC. Les habitants de Hong Kong ont également rejeté le PCC, comme le montrent les manifestations de masse des derniers mois.


Perspectives de l'histoire
Alors, comment pouvons-nous rationaliser l'observation selon laquelle une collaboration étroite avec le régime chinois est associée à un nombre élevé de cas d'infection? En tant que pays communiste et deuxième économie du monde, la Chine a de nombreux, sinon le plus grand nombre d’incidents de violations des droits de l'homme, comprenant la persécution de nombreuses croyances religieuses.


On peut beaucoup apprendre des épidémies de l'Antiquité, tant en Chine qu'en Occident. Pendant la dynastie Ming, par exemple, une peste a éclaté en 1580 et infecté plus de la moitié des familles de Datong (dans l'actuelle province du Shanxi), et s'est ensuite propagée à Pékin ainsi qu'au sud de la Chine.


Lorsqu'elle a éclaté à nouveau dans la province du Shanxi en 1633, de nombreuses personnes ont fui et certaines familles n'ont eu aucun survivant. Une nouvelle vague de peste en 1641, trois ans avant la fin de la dynastie, a anéanti une partie importante de la population en Chine.


Outre les épidémies, la dynastie Ming a également fait face à d'autres menaces, telles que les forces rebelles de Li Zicheng (également connu sous le nom de Dashing King). Les épidémies cependant, n’ont semblé infecter que les troupes de la dynastie Ming, et pas les soldats de Li Zicheng ou les envahisseurs mandchous. De plus, après avoir infecté la Chine pendant des décennies et affaibli les forces Ming, la peste a diminué en 1644 après que les Mandchous aient établi la dynastie Qing. Dans une certaine mesure, cette peste a semblé être un catalyseur pour la transition des dynasties.


En Occident, les épidémies de l'Empire romain sont également bien connues. Après que Néron ait commencé à persécuter les chrétiens, plusieurs épidémies majeures ont eu lieu : la peste d'automne en 65 après JC, la peste Antonine (165-180), la peste de Cyprien (250-270) et la peste de Justinien (541-542).


Pendant la peste Antonine, par exemple, il y a eu jusqu'à 2 000 morts par jour à Rome. Avec un taux de mortalité d'environ 25%, le nombre total de décès a été estimé à cinq millions. La maladie a tué jusqu'à un tiers de la population dans certaines régions et affaibli l'armée romaine, mettant fin à une période relativement paisible de l'histoire romaine.


Les pestes se sont miraculeusement arrêtées après que les gens se soient réveillés en 680 et aient commencé à réfléchir à la cruauté envers les chrétiens ainsi qu'à la décadence morale générale de la société. En 680, les citoyens romains ont porté les ossements de Saint-Sébastien (256-288, tué lors de la persécution par Dioclétien) et ont fait une procession dans les rues. Alors que les gens se repentaient de leurs méfaits, la peste a disparu à Rome.


Les gens des autres régions de l'empire ont suivi leur exemple, demandant les ossements de Saint-Sébastien pour offrir leur repentir. Quand une peste a éclaté à Venise en 1575, environ 50 000 personnes sont mortes. De même, une peste s'est produite à Lisbonne en 1599. Dans les deux cas, les gens ont marché avec les ossements des saints pour se repentir, et les pestes ont pris fin.


Huangdi Neijing (Le classique intérieur de l'empereur jaune) , l'un des livres les plus respectés sur la médecine chinoise, déclare: " Avec la justice résidant à l'intérieur, aucune méchanceté ne peut envahir" Ce qui explique le lien entre conscience, sécurité et épidémies.


Le Cancer du PCC
Comme l'a décrit Minghui lors d'un récent bilan de l'épidémie sur trois mois, le PCC a eu connaissance de la transmission interhumaine du coronavirus en décembre, mais il n'a pris aucune mesure préventive en dehors de l'armée chinoise. Plusieurs médecins et autres lanceurs d’alerte ont été sanctionnés pour avoir parlé de l'épidémie potentielle.


Selon Chinese Human Rights Defenders, une organisation à but non lucratif basée à Washington, D.C., les autorités chinoises ont arrêté au moins 325 résidents rien qu'entre le 22 et le 28 janvier. La plupart d'entre eux ont été accusés de "propagation de rumeurs", de "création de panique" ou de "tentative de perturbation de l'ordre social". Ils ont été punis par la détention, des amendes ou une éducation disciplinaire.


Fang Bin, un habitant de Wuhan, a enregistré des vidéos liées à l'épidémie de coronavirus et les a publiées sur YouTube le 25 janvier 2020, deux jours après le verrouillage de la ville. Le 1er février, il a enregistré des séquences vidéo dans cinq hôpitaux, dont un qui a transféré 8 cadavres en 5 minutes, et les a de nouveau diffusées sur YouTube. Fang a été arrêté par la suite et on ne sait toujours pas où il se trouve depuis le 10 février.


Le PCC a formé un groupe de travail sur le contrôle du coronavirus le 26 janvier 2020, avec des membres choisis au sein du Département Central de la Propagande et le Ministère de la Sécurité Publique. Aucun expert médical de la Commission nationale de la santé n'a été invité à se joindre au groupe de travail.


Le groupe de travail a adopté une politique le premier jour, interdisant au personnel médical de discuter de l'épidémie à la maison ou ailleurs dans le cadre de conversations en personne, d'appels téléphoniques, de messages texte, de messages WeChat, de blogs Weibo ou de courriels. La politique s'applique à toutes les informations relatives au coronavirus, y compris les nouveaux cas, les plans de traitement, le contrôle et la prévention. Quiconque enfreint la politique pourrait être condamné à une peine de 3 à 7 ans de prison.


Lorsque le Premier ministre Sun Chunlan et d'autres responsables ont inspecté un quartier résidentiel à Wuhan le 5 mars, un résident local a déclaré que tout ce que les responsables ont pu voir pendant la brève visite d'inspection était "falsifié". Les fonctionnaires ont également fait en sorte que des gens feignent de livrer de la nourriture aux habitants. "C'est faux, tout est faux !" s'est écriée une femme furieuse depuis son immeuble. Elle a bientôt été rejointe par de nombreux autres.


Alexandre Alexandre Soljenitsyne, l’auteur de L’Archipel du Goulag , a écrit un jour: "Nous savons qu'ils mentent, ils savent qu'ils mentent. Ils savent que nous savons qu'ils mentent, nous savons qu'ils savent que nous savons qu'ils mentent. Pourtant, ils continuent de mentir. "


"La survie a été le principal intérêt du PCC depuis sa création. Le désir de survie a réussi à surmonter la peur cachée sous son apparence en constante évolution. Le PCC est comme un cancer qui se diffuse partout et s'infiltre dans toutes les parties du corps, tue les cellules normales environnantes et se développe de manière maligne, hors contrôle ", peut on lire dans les Neuf commentaires sur le Parti communiste.


Lorsque les principes sont négligés, des problèmes surgissent
"Alors que des historiens et d'autres ont documenté de nombreuses atrocités communistes, une grande partie du public reste encore inconsciente de leur énorme ampleur", a écrit Ilya Somin, professeur de droit à l'Université George Mason, dans un article publié en 2017 dans The Washington Post intitulé " Les leçons d'un siècle de communisme. "


"Collectivement, les États communistes ont tué pas moins de 100 millions de personnes, plus que tous les autres régimes répressifs réunis au cours de la même période. Le plus grand nombre de victimes est dû aux efforts des communistes pour collectiviser l'agriculture et éliminer les paysans propriétaires indépendants. Rien qu'en Chine, le grand bond en avant de Mao Zedong a entraîné une famine provoquée par l'homme, qui a fait 45 millions de morts, ce qui constitue le plus grand épisode de meurtre de masse de toute l'histoire du monde", a écrit Somin.


David Satter, journaliste et auteur américain, est d'accord. "Si nous ajoutons à cette liste les décès causés par les régimes communistes que l'Union soviétique a créés et soutenus - y compris ceux d'Europe de l'Est, de Chine, de Cuba, de Corée du Nord, du Vietnam et du Cambodge - le nombre total de victimes est plus proche de 100 millions. Cela fait du communisme la plus grande catastrophe de l'histoire de l'humanité ", a-t-il écrit dans un article du Wall Street Journal en 2017 intitulé "100 ans de communisme - et 100 millions de morts ".


Ce chiffre se traduit en une moyenne d'un million par an, soit plus de 2 700 par jour, dépassant le taux de mortalité maximal pendant la peste Antonine. La différence, cependant, est que cette tragédie se poursuit depuis 100 ans - et qu'elle est entièrement d'origine humaine. et totalement provoquée par l'homme. S'agit-il d'un accident ou d'une erreur de certains responsables communistes ? Ce n'est pas le cas, selon Somin,. "Comme tout grand développement historique, les échecs du communisme ne peuvent être réduits à une seule cause. Mais, dans l'ensemble, ils étaient bien inhérents ", a-t-il écrit.


La liberté de croyance et la démocratie sont quelques-uns des principes fondateurs de l'Amérique, qui sont fondamentalement différents de la dictature et de l'athéisme du PCC. Depuis l'administration Nixon, cependant, les États-Unis ont relâché leur vigilance contre le danger du communisme. Après la dissolution de l'ancienne Union soviétique en décembre 1991, de nombreux pays occidentaux espéraient que la Chine deviendrait un pays démocratique avec leur soutien et ses politiques économiques de porte ouverte.


Mais cela s'est avéré être un vœu pieux. La collaboration et l'assistance des pays occidentaux ont été considérées comme une tentative "d'évolution pacifique", qui a été perçue par le PCC comme "la plus grande menace pour son pouvoir permanent". Le 26 octobre 2010, des œuvres sélectionnées de Deng Xiaoping ont été rééditées dans le China Daily sous le titre "Nous devons adhérer au socialisme et empêcher une évolution pacifique vers le capitalisme". Deng a écrit l’article le 23 novembre 1989, près de six mois après avoir ordonné le massacre de Tiananmen.


Les successeurs de Deng, Jiang Zemin et d'autres, ont poursuivi sa directive visant à adhérer au socialisme et à prévenir le capitalisme. D'une part, ils ont dépeint les États-Unis comme des " forces anti-chinoises" et ont intensifié l'idéologie communiste ; d'autre part, ils ont travaillé avec les pays occidentaux dans un but de gain économique en vendant de la main-d'œuvre et des produits bon marché, formant ainsi une chaîne d'approvisionnement mondiale.


En minimisant les différences idéologiques, le PCC promeut fortement les marchés mondiaux et la "communauté de destin commun". "La Chine est engagée dans une campagne de subversion en trois volets aux États-Unis" connue sous le nom de "Bleu-Or-Jaune ", a écrit The Washington Free Beacon dans un article du 9 octobre 2017, sous le titre " Un dissident révèle les plans de renseignement secrets chinois ciblant les États-Unis " Le bleu représente les opérations chinoises sur Internet et à grande échelle en Chine, l'or représente l'argent et le pouvoir financier, tandis que le jaune fait référence à la corruption par le sexe.


" The economist , quant à lui, estime que la Chine dépense 10 milliards de dollars par an pour promouvoir son image à l'étranger grâce à des efforts comme les festivals culturels, les médias étrangers (pensez aux encarts du China Daily qui sont glissés dans le Washington Post) et les échanges éducatifs. Les Instituts Confucius sont une partie essentielle de cette mission ", a écrit Ethan Epstein, rédacteur en chef adjoint de The Weekly Standard dans son article de 2018 publié par Politico.


Avec une lourde propagande , le PCC a presque fait taire les critiques de la société occidentale concernant le massacre de Tiananmen ainsi que la répression du Falun Gong, des Ouïghours, du mouvement démocratique de Hong Kong et autres. La persécution du Falun Gong à elle seule a eu des répercussions négatives sur des dizaines de millions de pratiquants et leurs familles. Un grand nombre de pratiquants ont été détenus, emprisonnés et torturés simplement pour leur croyance. Certains ont subi des abus psychiatriques ou ont été victimes de prélèvements d'organes forcés.


Comme l'a expliqué Thomas Jefferson, "Tout ce dont la tyrannie a besoin pour s'imposer, c'est que les gens de bonne conscience gardent le silence".


Efforts pour endiguer le virus du PCC
Depuis la publication des Neuf commentaires sur le Parti communiste par The Epoch Times en 2004, plus de 352 millions de Chinois ont renoncé à leur adhésion au PCC et à ses organisations de jeunesse, à savoir la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes pionniers.


La pandémie de coronavirus a encore réveillé de nombreux Chinois, y compris des journalistes, qui s'efforcent de faire entendre leur propre voix. C'est le cas de Jacob Wang, journaliste pour un journal d'État en Chine. Alors que le PCC affirmait que la vie à Wuhan revenait à la normale, il " savait que Wuhan était toujours en crise - il s'y était rendu pour faire la chronique des échecs du gouvernement de première main. Il s'est tourné vers les médias sociaux pour rétablir les faits, en écrivant un article accablant le mois dernier sur les patients malades qui luttent pour obtenir des soins médicaux au sein d'une bureaucratie dysfonctionnelle ", a rapporté le New York Times le 14 mars 2020, dans un article intitulé " Alors que la Chine réduit sa couverture du coronavirus, les journalistes ripostent ".


" Des gens ont été laissés pour morts, et je suis très en colère à ce sujet ", a déclaré M. Wang lors d'une interview. " Je suis journaliste, mais je suis aussi un être humain ordinaire. " Lui et d'autres journalistes ont écrit des articles exposant les dissimulations du gouvernement chinois et appelant à la liberté de la presse via les médias sociaux.


Dans un défi aussi rare au parti communiste au pouvoir, ces journalistes ont parfois été submergés par la pression de la censure ainsi que par la mort et le désespoir causés par la pandémie "Vous ne pouviez vraiment pas dormir la nuit en voyant toutes ces histoires horribles ", a déclaré Wang, se référant à son rapport sur le verrouillage de Wuhan. "C'était vraiment bouleversant. "


Tenney Huang, journaliste pour une publication d’État, a également passé plusieurs semaines à Wuhan. "Tout le monde se sent retenu et lésé ", a-t-il déclaré. " La liberté d'expression est un moyen pour nous défendre."


Huang a dit que lui et d'autres journalistes se sont tournés vers les médias sociaux alors que la censure s'intensifiait. " Les faits sont comme du bois de chauffage ", a-t-il fait remarquer. " Plus vous en empilez, plus la flamme est violente lorsqu'une étincelle finir par l'allumer. "


"L'histoire du PCC est un processus d'accumulation progressive de toutes sortes de méchancetés, tant nationales qu'étrangères. Le PCC a perfectionné ses neuf traits hérités du communisme, en leur conférant des " caractéristiques chinoises ": perversité, tromperie, incitation, déchaînement de la lie de la société, espionnage, vol, combat, élimination et contrôle. En réponse à une crise continue, le PCC a consolidé et renforcé les moyens et la mesure dans lesquels ces caractéristiques malignes se sont manifestées ", ont déclarent les Neuf commentaires.


"La plupart des confessions appellent leurs adhérents à regarder au-delà des choses de ce monde. Dans le communisme, ce monde est tout ce qu'il y a - un monde de productivité et de biens matériels, mais rien d'autre. Ainsi, les régimes qui gouvernent en son nom cherchent à détruire l'âme et à nier toute liberté de conscience", a écrit Marion Smith, directrice exécutive de la Fondation du Mémorial des victimes du communisme, dans son article d'août 2019 dans le Wall Street Journal.


Albert Einstein a dit un jour: "Si je devais garder le silence, je serais coupable de complicité." Le coronavirus pourrait être un signal d'alarme pour que les gens comprennent pleinement le danger immédiat du communisme.


L'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a dit qu'il considérait Tchernobyl comme l'un des principaux clous du cercueil de l'Union soviétique, qui s'est finalement effondrée en 1991. Il a déclaré que lorsqu'il était jeune, il était fervent du communisme parce qu'il revendiquait "justice" et " égalité."


" Mais en réalité, cette terrible expérience communiste a provoqué la répression de la dignité humaine. La violence a été utilisée pour imposer ce modèle à la société. Au nom du communisme, nous avons abandonné les valeurs humaines fondamentales ", a-t-il expliqué. " Alors, quand je suis arrivé au pouvoir en Russie, j'ai commencé à restaurer ces valeurs; valeurs d’ouverture et de liberté. "


Maintenant, c'est à notre tour de poursuivre la mission et d'agir pour aller vers un avenir meilleur, pour nos Pères fondateurs et pour l'humanité, avant qu'il ne soit trop tard.

Version anglaise :
Reflecting on the Chinese Communist Party Virus: When Principles Are Neglected, Problems Will Arise
Version chinoise :
武汉肺炎易感染人群分析

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.