Que nous a appris la chute soudaine du mur de Berlin ?

Le mur de Berlin semblait aussi solide qu’il l’avait été jusque-là le soir du 9 novembre 1989. Tout juste un mois plus tôt, l'Allemagne de l'Est avait organisé, le 7 octobre, un grand défilé militaire pour célébrer le 40e anniversaire de la fondation de l'État et le pays avait obtenu la deuxième place au classement des médailles aux Olympiques de Séoul l’année précédente.


Cependant, lorsque le dirigeant de l'Allemagne de l'Est de l'époque, Honecker, a arrêté plus de 1 000 manifestants pour assurer le bon déroulement du défilé, même l'ancien secrétaire du parti communiste soviétique, Gorbatchev, le principal invité du défilé, s’est senti mal à l’aise. Il a dit à Honecker : "La vie punit ceux qui arrivent trop tard." Cependant, son avertissement ne semble pas avoir réveillé le partisan de la ligne dure communiste.


Deux jours plus tard, des manifestations de masse ont éclaté à Leipzig, en Allemagne de l'Est, et Honecker, 77 ans, a été contraint de se retirer neuf jours plus tard. Le mur de Berlin, qui coupait l'Allemagne de l'Est du monde libre, est finalement tombé.


Le mur était déjà lourdement chargé de douleur et de misère.


Le mur apparemment indestructible ne peut pas résister à la poussée de la liberté
L'Allemagne de l'Est a construit en août 1961 le mur de Berlin, qui était long de 169,5 kilomètres, avec une hauteur moyenne de 4,2 mètres et 50 centimètres d'épaisseur. Au total, 192 rues ont été fermées et le mur a été clôturé avec 3,5 mètres de haut de fils barbelés électrifiés. Il y avait également une zone de no-man’s land de 50 à 100 mètres entre le mur et la clôture de barbelés. Des tours de guet et des fortifications se trouvaient partout le long du mur, attentivement surveillé par des soldats armés de balles réelles.


Il semblait si solide et insurmontable, beaucoup de gens ayant payé le prix de leur vie pour avoir essayé de le franchir pour accéder à la liberté.


Avant que le mur de Berlin ne s’effondre, personne ne croyait qu'il allait tomber. Après sa chute, personne ne croyait qu'il avait pu tenir si longtemps.


De même pour l'Union soviétique, avant sa désintégration, personne ne pensait que le redoutable géant allait tomber, et après sa chute, il était difficile d'imaginer que le régime stalinien, qui avait apporté de grandes catastrophes au peuple soviétique, ait pu avoir une influence aussi profonde.


Les gens ont commencé à réfléchir, à découvrir la vérité de l'histoire et à la comprendre à nouveau, même s'il y avait tant d'épisodes choquants qu'ils préféraient ne pas voir, parce que les gens, par instinct, ne voulaient pas croire qu'ils avaient été trompés à ce point.


Mais les faits sont plus éloquents que les mots, et même si la rhétorique avait été très convaincante, ils n'ont pas pu dissimuler la dictature criminelle et ses massacres.


Le nouveau mur de Berlin en Chine
Nous avons constaté une situation similaire avec l'épidémie actuelle de coronavirus. Aussi positive que soit la propagande du Parti communiste chinois (PCC), elle ne peut pas cacher le fait que sa dissimulation de l'infection par le virus a entraîné une large propagation de l'épidémie.


Le PCC a toujours cru son régime indestructible, et ceux qui ont subi le lavage de cerveau des doctrines du PCC essaient aussi de justifier sa conduite.


Lorsque le nombre de cas infectés est passé à plusieurs centaines en Italie, un blogueur chinois a posté le message sarcastique suivant :
"Vous n'avez ni Huoshenshan, ni Leishenshan, ni Zhong Nanshan, sans parler du PCC comme votre kaoshan [solide soutien]. Donc, quand vous êtes infecté, vous ne ferez que gravir le shan [montagne]". (Huoshenshan et Leishenshan font référence aux hôpitaux de fortune mis en place pour les patients infectés. Zhong Nanshan est un épidémiologiste et pneumologue chinois. Ce message voulait dire que le peuple italien, une fois infecté, ne ferait face qu'à la mort [en faisant transporter les corps à la montagne pour les enterrer] car il n'a pas le PCC ni les hôpitaux de fortune).


Des dizaines de milliers de personnes ont été infectées par le coronavirus et l'économie chinoise s'est arrêtée avec la fermeture des villes et des foyers. Pourtant, le PCC continue d'exiger que le peuple chinois ou même le monde entier lui soit reconnaissant.


En fait, la propagation du coronavirus a mis en évidence de nombreuses failles fondamentales dans la bureaucratie du PCC, caractérisée par l'évasion des responsabilités, l'incompétence et la corruption.


Des personnes perspicaces ont fait de tels commentaires en analysant l'"avantage" du système du PCC : Ils affirment qu'ils ont pu mettre en commun leurs ressources pour mener à bien rapidement des projets majeurs. Il est vrai qu'ils ont pu construire l'immense hôpital de Huoshenshan en neuf jours, mais ils ont également été capables de propager le virus dans le monde entier en l’affaire de quelques jours.


D'autres commentaires ont été formulés : Si le coronavirus avait été correctement contenu à un stade précoce, il ne se serait pas transformé en une urgence nationale de santé publique. Le régime du CCP a dû mener à bien des "projets majeurs" tels que la mise en place rapide d'hôpitaux de fortune, car il avait fait un très mauvais travail au départ.


En fait, les énormes hôpitaux de fortune construits rapidement, dont le PCC est très fier, sont comme le mur de Berlin, en apparence solides et insurmontables, et construits au nom de la protection des personnes, mais derrière le mur il y a un contrôle total de l'information et la réduction des dissidents au silence .


Des dizaines de milliers de comptes WeChat et de microblogs ont été interdits. Le véritable bilan des morts est également dissimulé.


Le soi-disant avantage de pouvoir "mettre en commun des ressources pour traiter des problèmes majeurs" reflète effectivement la politique totalitaire du PCC, qui le plus souvent met en commun des ressources pour faire de mauvaises choses.


Mao Zedong a lancé la campagne destructrice du "Grand Bond en avant" et la "Révolution culturelle" ; Deng Xiaoping a qualifié le mouvement étudiant du "4 juin" d'"émeute contre-révolutionnaire" ; Jiang Zemin a qualifié le Falun Gong, une pratique de raffinement de l'esprit et du corps basée sur les principes de Vérité-Bonté-Tolérance, de "secte" et sa politique de persécution a eu pour conséquence que des pratiquants ont été arrêtés, emprisonnés, torturés, ou même eu leurs organes prélevés de leur vivant.


Bien que pleinement consciente des cas de "transmission interhumaine", la Commission nationale chinoise de la santé et médicale a donné le 3 janvier 2020 l’ordre de mettre fin aux tests de dépistage du virus chez de tels patients afin de dissimuler les cas d'infection.


Une telle dictature totalitaire n'est pas un signe de pouvoir, mais une source de danger.


Tout comme Heinz Hoffmann, qui a pris le poste de ministre de la défense de l'Allemagne de l'Est, a déclaré une semaine après la chute du mur de Berlin, "Le mur de Berlin n'est pas un symbole de puissance pour l'Allemagne de l'Est, mais un témoignage de sa faiblesse. Ce mur a apporté de la souffrance aux gens".


Il se peut que, précisément en raison de sa faiblesse, une dictature autoritaire ait besoin d'une violence endémique et de mensonges pour maintenir son pouvoir.


La chute du mur de Berlin et la désintégration de l'Union soviétique semblent être un accident historique, mais ce n'est pas une coïncidence. C'était ce que le peuple désirait ardemment.


Avant la chute du mur de Berlin, il y avait eu de nombreuses manifestations en Allemagne de l'Est, et les gens brisaient scrupuleusement mais aussi constamment l'emprise du gouvernement sur eux.


Avant la désintégration de l'Union soviétique, des écrivains tels que Soljenitsyne ont écrit le choquant et stimulant "Archipel du goulag", dans lequel il a exposé les crimes de l'ère stalinienne.


Bien que le régime chinois du PCC interdise la liberté d'expression, les gens peuvent toujours apprendre la vraie réalité du monde extérieur, soit par l'expérience personnelle ou par ce qu'ils entendent et voient, soit en contournant les pare-feu pour naviguer sur des sites web bloqués par la censure d'internet du PCC.


Ils ont progressivement vu à travers la corruption et l'incompétence du PCC, leurs mensonges et leur perversité. À ce jour, pas moins de 350 millions de personnes ont choisi de quitter les organisations du PCC.


Une personne s’exprimant sous le pseudonyme de "brise chaude" a dit dans sa déclaration de démission du PCC le 25 février : "Un jour, le mur de Berlin [se référant au pare-feu internet pour empêcher le peuple chinois de connaître la vérité] s'effondrera, tant que chacun de nous fera entendre sa voix et fera un effort, et nous embrasserons bientôt la lumière de l'aube après la nuit !


Traduit de l’anglais
Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/3/14/183630.html
Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2020/3/6/柏林墙倒塌之前-没人相信它会倒塌-402076.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.