Coronavirus - "La vérité en quarantaine"

Il existe beaucoup plus d'inconnues sur la pandémie du coronavirus (COVID-19) actuelle que sur la grippe. La comparaison erronée des deux maladies est devenue un outil politique pour le gouvernement chinois, comme l'a démontré lors d'un point de presse quotidien, Hua Chunyin, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Chine, le 3 février.


Elle a déclaré : "Selon un récent rapport du Centre de contrôle de prévention des maladies (CDC en anglais), de 2019 à 2020 aux États-Unis, 19 millions de personnes ont été infectées par la grippe et au moins 10 000 sont mortes. En revanche, au 2 février, 17 205 cas de pneumonie de COVID-19 ont été confirmés et 361 sont morts."


" Le contraste est révélateur ", a-t-elle ajouté.


Ce commentaire faisait partie de la réplique de Hua à la première question du jour, après la critique du retrait partiel du personnel des ambassades des États-Unis et la restriction des voyages comme des mesures qui " ne pouvaient que créer et répandre la peur ".


Mais Hua a omis de mentionner que selon une étude conjointe du CDC et de l'université Fudan, le nombre annuel de décès dus à la grippe en Chine pendant les saisons 2010-11 à 2014-15 a été de 88 100 (intitulée « Surmortalité de maladies respiratoires associées à la grippe en Chine, 2010-15 : Une étude basée sur la population », cette étude a été publiée dans The Lancet en septembre 2019).


Néanmoins, les commentaires de Hua et les articles qui s'y rapportent sont apparus dans les médias contrôlés par le gouvernement, déclenchant une autre vague d'anti-américanisme. C'est encore un exemple de la manière dont le PCC manipule la divulgation d'informations à son avantage dans le cadre de l'épidémie de coronavirus.


Coronavirus versus grippe
Un indicateur utilisé par les scientifiques pour évaluer la manière dont le virus se répand est appelé le "taux de reproduction de base " ou R0 (prononcer " R zéro "). La grippe saisonnière a une valeur R0 de 1,3, la pandémie de grippe de 2009 (également appelée grippe porcine et qui a entraîné la mort de centaines de milliers de personnes) avait un R0 de 1,48, et la grippe espagnole de 1918 (responsable de la mort de 50 à 100 millions de personnes) avait un R0 de 1,80.


Le R0 du coronavirus ne fait pas l'objet d'un accord complet. Certains le considèrent comme se situant entre 2 et 3. Eric Feigl-Ding, chercheur en santé publique à l'université de Harvard depuis 15 ans, a dit que le R0 du COVID-19 pourrait atteindre 3,8, ce qui signifie qu'une personne contagieuse transmettrait le virus à une moyenne de 3,8 autres personnes. Pour cette raison, il s’est référé à la maladie comme à " un mauvais niveau de pandémie thermonucléaire ".


Les taux de mortalité des deux maladies sont également très différents. Le taux de mortalité de la grippe saisonnière est généralement d'environ 0,1 % aux États-Unis, mais le taux de mortalité pour la COVID-19 apparaît être plus élevé. Selon une étude publiée dans l'Hebdomadaire CDC de Chine, le 18 février, les chercheurs ont constaté que le taux de mortalité lié au COVID-19 était d'environ 2,3 % en Chine continentale.


La grippe a un profil saisonnier distinct et il existe des vaccins et des traitements bien établis contre la grippe. Les épidémiologistes ne savent toujours pas quel est le profil de propagation du COVID-19, que l'OMS a déclaré pandémique le 11 mars, et il n'existe pas encore de vaccin contre ce virus. Comme l'a expliqué Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses : " Il existe beaucoup d'inconnues."


La grippe a une période d'incubation de 1 à 4 jours avec une moyenne de deux jours, mais la période d'incubation de COVID-19 peut aller jusqu'à deux semaines, pendant lesquelles ceux qui sont infectés peuvent ne montrer aucun symptôme, rendant la maladie plus facile à se propager et plus difficile à contrôler.


La mise en quarantaine de l’information sur le coronavirus par le PCC
Le PCC a manipulé l'information de différentes manières pendant la flambée du coronavirus. Une citation qui en dit long, tirée de l'article " Comment la Chine s'efforce de mettre en quarantaine la vérité sur le coronavirus" sur le site defenseone.com : "Mais le régime mène également une deuxième bataille : une campagne pour contrôler les discussions mondiales sur la première"


La censure de l'information est possible parce que le gouvernement chinois contrôle les médias dans tout le pays. Lorsque l'épidémie est apparue en décembre 2019, les responsables de Wuhan ont pris des mesures disciplinaires à l'encontre des lanceurs d'alerte et ont averti les autres de ne pas divulguer d'informations sur le coronavirus sous quelque forme que ce soit. Les médias d'État, les employeurs et la police ont tous menacé de poursuivre quiconque oserait répandre des " rumeurs ".


Après que Li Wenliang, l'un des huit médecins qui ont fait connaître l'épidémie, est décédé de la maladie le 7 février dernier, l'information a dépassé les limites de la dissimulation et le public était enragé. Ainsi, en plus de la poursuite de la censure, le PCC a essayé de minimiser la gravité de l'épidémie. C'est alors que Hua Chunying a fait la comparaison entre le COVID-19 et la grippe lors de son point de presse du 3 février. Ses commentaires s’inscrivaient dans une vaste campagne de propagande, tant en Chine qu'à l'étranger.


Outre les médias d'information, les plateformes de médias sociaux ont également joué un rôle essentiel.


Pendant longtemps, les publications ont submergé l'Internet chinois de phrases étonnantes telles que "La grippe la plus meurtrière des 40 dernières années aux États-Unis". Plus de 13 millions de personnes infectées et 6 600 mortes", accompagnées d'une carte des États-Unis colorée principalement en rouge ou en jaune. L’auditoire se comptait par centaines de millions.


Le résultat ironique est qu'au moment où le coronavirus faisait son apparition en Chine, de nombreux ressortissants chinois vivant aux États-Unis ont commencé à être interrogés par leurs amis et parents en Chine sur la situation "désastreuse" de la grippe en Amérique du Nord", selon l'article de defenseone.com.


La dissimulation du PCC transforme une épidémie en pandémie
Le 5 février, Neil Ferguson, directeur du Centre d'analyse des maladies épidémiologiques et infectieuses mondiales du MRC du Collège Impérial de Londres, a déclaré que le nombre de cas « augmentait sans cesse ». Il a estimé que seulement 10 % de toutes les infections en Chine avaient été détectées à ce moment-là.


Après que de plus en plus de gens aient commencé à douter des données du PCC sur les coronavirus, le Parti a adopté une autre tactique. Dans " Comment la Chine s'efforce de mettre en quarantaine la vérité sur le coronavirus " sur defenseone.com, il est dit : "La dernière méthode généralement utilisée pour orienter les discussions en ligne et altérer ainsi les croyances et les actions du monde réel est de faire circuler de faux récits. Pour contrer la colère suscitée par la lenteur de la réaction initiale à l'épidémie, le régime a insisté sur le fait que le contraire était vrai, que le gouvernement a réagi rapidement, que les installations hospitalières étaient plus qu'adéquates. La stratégie de l'autoritarisme – censure, distraction, mensonge – saute aux yeux."


La dissimulation de l'information sur le coronavirus par le PCC a été suivie par la propagation rapide de la maladie au reste du monde. Alors que d'autres pays luttent contre la pandémie, le président chinois Xi Jinping s'est rendu à Wuhan le 10 mars pour la première fois depuis l'épidémie de décembre dernier, pour montrer que la Chine avait "gagné "la bataille contre la maladie. Le lendemain, Pékin a annoncé une quarantaine de 14 jours pour les voyageurs internationaux " pour empêcher l'importation des cas infectés".


Version chinoise
image accompagnant le résumé Symmation

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.