Des professionnels de la santé se souviennent du début de l'épidémie de coronavirus à Wuhan

Le nouveau coronavirus est maintenant apparu dans plus de 130 pays et a été déclaré pandémie par l'OMS le 11 mars 2020. À son épicentre, la ville de Wuhan dans la province du Hubei, en Chine, la maladie a coûté la vie à des milliers de personnes.


Les autorités chinoises ont déclaré le 6 mars que plus de 3 000 travailleurs de la santé dans la province du Hubei avaient été infectés, 40% dans les hôpitaux et 60% dans leurs communautés. Presque tous sont des professionnels de santé réguliers, et non des spécialistes des épidémies.


Plus de 40 000 professionnels de la santé d'autres provinces ont été envoyés au Hubei pour aider à traiter les patients atteints de coronavirus. Cependant, étant donné le strict contrôle de l’information par le Parti communiste chinois (PCC), on ne dispose d’aucunes données sur le nombre d'entre eux qui ont été infectés.


L'un des principaux facteurs contribuant au nombre élevé d'infections et de décès a été la dissimulation continue de l'épidémie par le PCC. Le 24 janvier 2020, le lendemain du verrouillage de Wuhan, l'OMS a publié son «Rapport de situation 4», annonçant que les autorités chinoises avaient reconnu 830 cas de coronavirus dans toute la Chine à l'époque. Mais les professionnels médicaux locaux doutaient de l'exactitude de ce chiffre.


Hu Dianbo, un médecin de l'hôpital aérospatial du Hubei dans la ville de Xiaogan, province du Hubei, a révélé dans un article en ligne du 24 janvier que lui et ses collègues médecins estimaient qu'il y avait plus de 100 000 personnes infectées par le virus à Wuhan. "Pour dissimuler les faits, la province du Hubei a déclaré qu'elle avait suffisamment de ressources et elle a refusé l'aide étrangère. Les hôpitaux sont comme l'enfer et les gens courent partout, espérant juste survivre ", écrit-il. «Je sais que faire cela [écrire ce message] pourrait me causer des ennuis. Mais je m'en fiche, sauver des vies est plus important. »


Ce rapport détaillait comment les professionnels de la santé de l'hôpital central de Wuhan ont confirmé le coronavirus en décembre et que leurs tentatives pour attirer l’attention ont été vaines. Parmi eux, Li Wenliang, l'un des huit médecins sanctionnés pour avoir dénoncé l'épidémie, est décédé du virus le 7 février 2020. Depuis, trois autres médecins du même hôpital sont également décédés du virus.


Déclenchement et dissimulation initiale
Le 16 décembre 2019, le Wuhan Center Hospital a admis dans son service d'urgence un patient avec une "fièvre mystérieuse". Le 22 décembre, le patient a été transféré au service de Respiration. Parce que les médecins ignoraient ce qui avait causé la pneumonie "inconnue", ils ont envoyé le prélèvement du patient à un laboratoire de la province du Guangdong pour le séquençage de nouvelle génération (NGS) le 24 décembre 2020. L'hôpital a reçu le résultat le 27 décembre et a appris que la séquence avait 81% d'homologie avec le SRAS, un type de coronavirus.


" Tout indique que c'est le coronavirus ", a déclaré un médecin à Ai Fen, directeur des services d’urgences.


Le 27 décembre 2019, un autre patient a été admis sans problème de santé sous-jacent mais a reçu un diagnostic d'insuffisance pulmonaire. À midi le 30 décembre 2019, Ai a reçu les résultats du NGS et d'autres tests, qui indiquaient à nouveau le coronavirus. Encerclant le mot «SRAS» sur le rapport, elle a partagé des captures d'écran du rapport avec un camarade de classe de sa faculté de médecine. Il a ensuite été distribué aux médecins de Wuhan, dont l'ophtalmologue Li Wenliang.


"Cette nuit-là, Ai a dit qu'elle avait reçu un message de son hôpital, disant que les informations sur cette mystérieuse maladie ne devaient pas être divulguées arbitrairement afin d'éviter de provoquer la panique ", a rapporté The Guardian le 11 mars 2020, dans un article intitulé " Coronavirus: un médecin de Wuhan dénonce les autorités."


L'article du Guardian cite également l'interview d'Ai avec le magazine chinois Renwu (People) qui rapporte que le 1er janvier 2020, Ai a été convoquée au comité d'inspection disciplinaire de l'hôpital, où elle a été sévèrement réprimandée pour avoir " répandu des rumeurs " et "nui à la stabilité ". Peu après sa publication, cette interview a été retirée du magazine ainsi que de tout l'Internet chinois, selon The Guardian .

Restreindre l’information à tous les niveaux
Selon un document obtenu par le magazine Caixin, qui a été confirmé par de nombreux médecins de l'hôpital central de Wuhan, quatre personnes associées au Huanan Seafood Market ont été admises à l'hôpital le 29 décembre 2019. Les tomodensitogrammes et les tests sanguins ont indiqué une pneumonie virale.


Le bureau de santé publique de l'hôpital a enregistré 14 cas de pneumonie "inconnue" entre le 8 et le 10 janvier: neuf cas ont été détectés le 8 janvier, quatre cas le 9 janvier et un cas le 10 janvier. Le 9 janvier, le CDC du district de Jianghan a effectué une analyse épidémiologique et a collecté des échantillons.


Le 11 janvier 2020, l'Assemblée populaire nationale (APN) du Hubei et la Commission nationale de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CPPCC) se sont tenues à Wuhan. Le processus de déclaration des coronavirus a été modifié après les réunions, a rapporté Caixin. Lorsque l'hôpital central de Wuhan a signalé un autre cas le 12 janvier, il a été rejeté par le CDC du district de Jianghan.


Le 12 janvier 2020, un agent du nom de Xu de la Commission de la santé du Hubei a déclaré que tout rapport sur l'épidémie devait d'abord être approuvé par les autorités municipales et provinciales.


Le 13 janvier 2020, Wang Wenyong du CDC du district de Jianghan a contacté l'hôpital central de Wuhan avec pour instruction de classer les patients atteints de pneumonie "inconnue" comme souffrant d'autres maladies.


Ce n'est que le 16 janvier que le CDC de la ville de Wuhan a dépêché du personnel dans les hôpitaux locaux pour recueillir des échantillons de patients suspectés de coronavirus. À ce moment-là, le nombre de patients atteints de pneumonie «inconnue» était passé à 48. Selon les rapports quotidiens de la Wuhan Health Commission, cependant, aucun nouveau cas n'a été identifié à Wuhan entre le 12 et le 17 janvier.


Dissimulation systématique
Après que le Dr Li Wenliang ait reçu une capture d'écran d'Ai Fen le 30 décembre, il l'a partagée avec plus de professionnels de la santé. À 1 h 30 du matin le 31 décembre, il a été convoqué par des agents de l'hôpital pour s'expliquer à la Commission de la santé de Wuhan. Au travail ce jour-là, il a été contraint d'écrire une déclaration d'autocritique.


Le 1er janvier, les fonctionnaires ont discipliné le Dr Li et sept autres médecins pour avoir" répandu des rumeurs ». Selon des informations obtenues par le magazine Caixin , la Commission de la santé du Hubei a avisé les sociétés de séquençage de gènes ce jour-là de ne pas tester d'autres échantillons de patients et de détruire les échantillons de patients qu'ils avaient déjà reçus.


Le 3 janvier, les responsables de l'hôpital central de Wuhan ont ordonné à tous les membres du personnel de s'abstenir de divulguer toute information liée à la maladie, soit par le biais de textes, d'images ou de conversations. Le même jour, le Dr Li a été réprimandé par la police.


Bien que des fonctionnaires de la Commission nationale de la santé soient arrivés à Wuhan le 31 décembre 2019, le public n'a été informé de l'épidémie que le 20 janvier 2020.


La maladie hors de contrôle
Les médecins du troisième hôpital de Wuhan ont déclaré qu'une femme âgée admise le 3 janvier avait infecté ses trois filles, deux médecins, cinq infirmières et deux autres patients dans la même salle. Le personnel a soumis son cas et des échantillons aux autorités le 9 janvier. Mais personne n'est venu enquêter et la femme est décédée plus tard.


Les hôpitaux de Wuhan ont été submergés par le nombre de patients. Mais la commission de santé de Wuhan a insisté sur le fait que seuls ceux qui avaient été exposés au marché des fruits de mer de Huanan pouvaient être testés pour le coronavirus.


Li Wenliang a eu de la fièvre le 11 janvier, suivie de problèmes pulmonaires. Au 16 janvier, 26 cas d'infection avaient été identifiés à l'hôpital central de Wuhan. " Nous n'avons pas observé de transmission interhumaine ", a déclaré ce jour-là un responsable de l'hôpital. " Cette maladie est évitable et traitable. "


Li est décédé le 7 février à l'âge de 34 ans. Jiang Xueqing, chef de la chirurgie thyroïdienne et mammaire, est décédé de la maladie le 1er mars. Deux autres décès ont suivi: un autre ophtalmologue, Mei Zhongming, le 3 mars et le spécialiste des maladies oculaires Zhu Heping le 9 mars.
Bien que l'interview d'Ai ait été supprimée du site Web Renwu (People), de ses réseaux sociaux et d'autres sites Internet en Chine, les internautes ont pu conserver le texte et le diffuser à l'étranger.


"Dans l'interview, Ai a décrit des moments qu'elle n'oubliera jamais: un vieil homme regardant fixement un médecin lui remettant le certificat de décès de son fils de 32 ans ou un père trop malade pour sortir de la voiture à l'extérieur de l'hôpital. Au moment où elle s'est rendue à la voiture, il était mort ", a rapporté The Guardian .


"En tant que clinicien, quand je découvre un virus très important, comment pourrais-je ne pas le dire à d'autres médecins… J'ai fait ce qu'un médecin, ce que tout être humain normal ferait. Si le public avait été alerté du virus depuis le 1er janvier, il n'y aurait pas autant de tragédies », a déclaré le Business Insider citant Ai dans un article du 12 mars intitulé« "Un médecin de Wuhan dit que les autorités chinoises ont fait taire ses avertissements concernant le coronavirus en décembre, ce qui a coûté la vie à des milliers de personnes".


Version anglaise :
Medical Professionals Recall the Beginning of the Coronavirus Outbreak in Wuhan
Version chinoise :
武汉肺炎-大陆医护死伤惨重

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.