"Quelqu’un doit faire un pas en avant et dire la vérité"

"C'est terrible ! C'est déjà suffisamment dur de faire face à une telle catastrophe, mais ils [le Parti communiste chinois] restreignent encore les gens, dissimulent les infections au coronavirus et interdisent aux gens de dire la vérité. Tout cela a provoqué la terrible situation actuelle. C'est vraiment déchirant ! "


Mme Yu (alias) a déversé sa colère et ses griefs sur son collègue chinois dès son arrivée au travail. C'est une chinoise américaine qui vit aux États-Unis depuis plus de vingt ans.


Mme Yu venait juste de lire un article sur un lanceur d'alerte du coronavirus ce matin-là, qui était publié dans le périodique chinois People. Ses amis en Chine lui ont recommandé l'article et lui ont dit de se dépêcher de le lire avant qu'il ne soit supprimé d'Internet. En effet, l'article a été retiré très rapidement.


Les Lanceurs d'Alerte
L'article traitait d’un entretien entre Ai Fen, dirigeant le service des urgences de l'hôpital central de Wuhan et d’un collègue Li Wenliang, un ophtalmologiste de l'hôpital. Le 30 décembre 2019, Ai a pris une photo d'un rapport de test viral d'un patient atteint d'une pneumonie inexpliquée, a dessiné un cercle rouge autour des mots "SRAS coronavirus" et l'a envoyé comme message à ses anciens camarades de classe et médecins, en espérant qu'ils prendrait des mesures préventives.


Le rapport a été largement diffusé parmi les médecins et huit d'entre eux, dont Li Wenliang, en ont également transmis une copie à d'autres. Les huit médecins ont été rapidement convoqués et sévèrement réprimandés par la police et ont été forcés d'admettre par écrit qu'ils avaient "agi illégalement" en "publiant de fausses informations sur Internet" qui "avaient gravement perturbé l'ordre social". Ils ont accepté de coopérer activement avec la police et "d'obéir au conseil et de mettre fin à toute conduite illégale".


L '"Exhortation" avertit aussi les médecins qu'ils seront "punis par la loi" s'ils "maintiennent obstinément leurs opinions et demeurent impénitents, et poursuivent des activités illégales".


Ai Fen a également été convoquée pour un entretien par le comité de discipline de l'hôpital le 2 janvier pour avoir envoyé une photo du rapport portant la phrase "SRAS coronavirus" marquée comme un avertissement à ses collègues. Elle a déclaré avoir reçu "des réprimandes sans précédents et sévères", l'accusant de créer des rumeurs sous couvert de son statut professionnel. Cette conversation a été un grand choc pour elle, elle senti qu'elle était sur le point de s'effondrer physiquement et mentalement. Plus tard, elle dû se taire lorsque des gens lui posaient des questions.


Ai Fen a déclaré: "Plusieurs fois, j'ai pensé que s'ils ne m'avaient pas réprimandé comme ils l'ont fait, mais enquêté calmement sur la question et demandé à d'autres experts respiratoires de partager leurs opinions, la situation aurait pu être bien meilleure. J'aurais pu au moins consulter mes collègues en interne à l'hôpital. Si tout le monde avait été en alerte depuis le 1er janvier, il n'y aurait pas eu autant de tragédies. "


Dissimulation de l'Épidémie
En effet, si le PCC n'avait pas caché la vérité sur l'épidémie de coronavirus, de nombreuses personnes auraient évité des tragédies.


Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, a accusé la Chine de ne pas avoir initialement géré correctement l'épidémie de coronavirus. "Malheureusement, plutôt que d'avoir recours à de meilleures pratiques, l'épidémie de Wuhan a été dissimulée", a-t-il déclaré.


Il a également fait remarquer que si la Chine avait coopéré au début de l'épidémie, l'Organisation mondiale de la santé et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis auraient pu avoir des équipes sur le terrain en Chine plus tôt pour analyser la séquence du virus. "Nous aurions pu réduire considérablement ce qui s'est passé à la fois en Chine et ce qui se passe actuellement dans le monde."


Le fait est que, comme pour les "trois ans de catastrophes naturelles", la "Révolution culturelle", le "Massacre de Tiananmen du 4 juin" et la persécution du Falun Gong, le PCC n'a cessé d’entraîner le peuple chinois dans une trajectoire catastrophique. Cette fois avec le coronavirus, ce sont les gens du monde entier qui sont touchés.


"Je ressens la même chose"
À cause du coronavirus de Wuhan, d'innombrables familles ont été détruites avec des membres soit morts soit séparés.


Un couple, des amis de proches de Mme Yu en Chine, est décédé d'une infection au coronavirus en dix jours. Mme Yu est inquiète maintenant que le coronavirus s'est largement répandu à l'étranger. Elle est préoccupée pour sa propre santé et la sécurité de sa famille.


Elle a dit que le PCC ne se soucie pas le moins du monde des vies humaines et a dissimulé l'épidémie du coronavirus pour se maintenir au pouvoir; il pousse les gens au bord de la mort avec de fausses nouvelles pour créer une fausse impression que tout va bien.


Mme Yu a dit à son collègue chinois, un pratiquant de Falun Gong : "Ayant vécu le ' massacre de Tiananmen', je sais que la propagande du PCC est mensongère, mais je n'ai pas prêté un grande attention à ces choses toutes ces années parce que je sentais que je ne pouvais rien y changer et ne voulais pas me fatiguer pour rien. J'étais en grande partie spectatrice lorsque je vous ai vus, vous les pratiquants de Falun Gong, clarifier la vérité sur la persécution. Cette fois (avec le coronavirus de Wuhan), tout le monde est impliqué, et je peux vraiment comprendre pourquoi vous faites autant d'efforts. Je ressens maintenant la même chose."


"Quelqu’un doit faire un pas en avant et dire la vérité", tout le monde peut faire un effort
Tout comme Mme Ai Fen l'a dit dans l'interview, "cet incident montre clairement que nous devons garder une indépendance de pensées et d'opinions, parce que quelqu'un doit faire un pas en avant et dire la vérité. Ce monde a besoin d'entendre différents sons de cloche, non? "


"Si j'avais su que les choses se passeraient ainsi aujourd'hui, j'aurais fait savoir la vérité partout, qu'on me critique ou non, n'est-ce pas?"


Mme Yu n'est pas la seule à s'être remise en question et à s'être éveillée à une nouvelle compréhension. Elle a dit que beaucoup de ses amis en Chine sont des personnes d'âge moyen avec de brillantes carrières. "Ils sont plus lucides que moi et plus courageux dans l’expression de leurs opinions!"


Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/3/17/183671.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.