"La vision divine est aussi aiguisée que claire "

L'épidémie de coronavirus de Wuhan se propage depuis déjà plus d'un mois. De nombreuses personnes sont confinées chez elles, livrées à un stress énorme et terriblement inquiètes.


Il existe un ancien dicton selon lequel "La vision divine est aussi aiguisée que claire", et qui signifie que la moindre action d'une personne, qu'elle soit bonne ou mauvaise, sera notée par les êtres divins et comptabilisée en conséquence. Ceci est étroitement lié à un autre dicton qui dit que : "Le bien sera récompensé, et que le mal aura sa rétribution".


D’après la culture traditionnelle chinoise, le destin de chacun est lié à ses propres vertu et moralité, ainsi qu'à celles de ses ancêtres.


J’aimerais partager une histoire racontée par Ji Xiaolan (1724-1805), un célèbre érudit de la dynastie Qing (1644-1911). Ji était également un haut fonctionnaire du gouvernement, ayant servi autrefois comme conservateur en chef de la bibliothèque du pays.


Les bonnes actions sont récompensées
Il y avait autrefois à Pékin un pauvre homme. Après avoir quitté sa ville natale pour aller gagner sa vie dans un autre endroit, il se perdit en chemin dans une zone montagneuse. Après avoir erré quelque temps, il rencontra trois ou quatre hommes à la stature imposante. Il apprit en parlant avec eux qu'ils étaient des divinités-tigres, venues pour nourrir les tigres ce jour-là.


Un tigre était à l’affût derrière de hautes herbes. Un homme portant une lourde charge est passé par là. Le tigre allait prendre l’homme en embuscade quand il a soudain battu en retraite. L'homme n'a rien remarqué d'anormal et a poursuivi sa route sans ambages.


Un moment plus tard, une femme est apparue sur la route. Le tigre l'a attrapée et l'a mangée. À ce moment, une divinité-tigre est venue ramasser les vêtements de la femme et a donné l'argent qu’il y avait dans la poche au pauvre homme.


La divinité-tigre a dit : "En fait les tigres ne mangent pas les gens mais seulement les animaux. Ceux qui sont mangés par les tigres sont des animaux sous une forme humaine".


La divinité-tigre a expliqué au pauvre homme qu'une personne ayant une conscience avait une aura au-dessus de sa tête. Les tigres l'évitaient. Celui qui avait perdu sa conscience n'avait pas d'aura et n'apparaissait pas différent des animaux. Alors les tigres le mangeaient.


La divinité-tigre a poursuivi que le tigre n'avait pas attaqué le premier homme parce qu'il aidait les pauvres et qu'il avait un faisceau d’auras de la taille d'un projectile au-dessus de sa tête. Quant à cette femme, elle avait abandonné son ancien mari et s'était remariée, et elle avait brutalisé l'enfant de l'ex-femme de son mari. Elle battait souvent le garçon qui avait des ecchymoses sur tout le corps.


Elle volait aussi l'argent de son mari, qui était l'argent qu'elle avait dans sa poche. Elle ne cessait de commettre ces mauvaises actions, accumulant du karma, et l'aura au-dessus de sa tête avait progressivement disparu. Le tigre l’avait vu comme un animal et s'était donc attaquée à elle.


"Tu m'as rencontré aujourd'hui parce que tu as bien servi ta belle-mère. Tes bonnes actions ont créé une aura de plus d'un pied au-dessus de ta tête." a ajouté la divinité-tigre. " J'ai donc demandé au tigre de t'aider à traverser ces temps difficiles, non parce que tu t'es incliné devant moi et m'as supplié. Si tu fais plus de bonnes actions, il y aura des bénédictions dans l'avenir". Puis, la divinité lui a donné des directions pour poursuivre sa route.


Ji a dit à la fin de l'histoire : "Il est vrai que les principes avec lesquels un saint guide les gens sont des voies divines".


Les mauvaises actions ne s'oublient pas
Dans la Rome antique, l'empereur Néron a lancé la persécution brutale des chrétiens, qui a conduit à quatre grandes pestes dans lesquelles 25 à 50 millions de personnes sont mortes.


Aujourd'hui, le Parti communiste chinois (PCC) persécute depuis plus de 20 ans les pratiquants de Falun Gong, des personnes qui croient et vivent selon le principe de Véracité-Bonté-Patience. L'architecte de cette persécution, Jiang Zemin, a énoncé la politique de persécution : "Ruinez leur réputation, couper leurs les vivres et détruisez leur corps physique".


En appliquant cette directive, les fonctionnaires de tous les niveaux de la province du Hubei et de la ville de Wuhan sont connus pour avoir participé à perpétrer des crimes odieux contre les pratiquants de Falun Gong.


Diffamer leur réputation
Sous le commandement de Zhao Zhizhen, alors directeur de la chaîne de télévision de Wuhan, un long métrage intitulé "A propos de Li Hongzhi, le fondateur du Falun Gong", diffamant M. Li et la pratique, a été produit. C'était le seul et principal outil de lavage de cerveau au début de la persécution.


Le 22 juillet 1999, ce film a été diffusé dans tout le pays par la télévision centrale de Chine (CCTV), une société d'État. Il a servi à justifier la torture des pratiquants de Falun Gong dans les camps de travaux forcés et autres lieux de détention.


Couper leur les vivres
Selon les statistiques rapportées par Minghui.org, de 1999 à 2019, la persécution à Wuhan a causé aux pratiquants de Falun Gong une perte économique d'au moins 20 millions de yuans.


610 600 yuans entre autres provenaient d'objets de valeur confisqués illégalement au domicile des pratiquants ; 575 400 yuans d'amendes imposées aux pratiquants ; 13,2973 millions de yuans provenaient de licenciements, de suspensions ou de sous-paiements de salaires et de prestations de retraite ; et 136 000 yuans ont été collectés auprès des pratiquants pour être utilisés comme soi-disant "dépôts de garantie", "frais de transport" et autres frais d'extorsion.


Détruisez leur corps physique
L'Institut de recherche sur les transplantations d'organes de l'hôpital de Wuhan Tongji est à l'origine des transplantations d'organes en Chine. Il est actuellement le plus grand service médical intégré et le plus grand institut de recherche en Chine, spécialisé dans la recherche clinique et expérimentale sur les greffes d'organes. Il est connu que cet hôpital a été un soutien essentiel dans le prélèvement d'organes du PCC, sanctionné par l'État, sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant.


L'hôpital a effectué plus de 1 000 transplantations de reins rien qu'en février 2005.


Un tribunal fédéral américain a condamné par contumace Zhao Zhifei, ancien directeur adjoint du département de la sécurité publique de la province de Hubei et vice-directeur du bureau 610, pour meurtre et torture le 21 décembre 2001. Zhao a été le premier fonctionnaire du PCC à être condamné en dehors de la Chine pour avoir persécuté le Falun Gong.


Lors du premier congrès mondial des greffes à Boston, aux États-Unis, en juillet 2006, Chen Zhonghua, alors directeur de l'Institut de transplantation d'organes de l'hôpital Wuhan Tongji, a été inculpé au pénal alors qu'il assistait au congrès.


Comme l'implique l'expression "La vision divine est aussi aiguisée que claire", ceux qui persécutent le Falun Gong ou commettent d'autres méfaits auront à assumer la responsabilité pour leurs actes.


Les pratiquants de Falun Gong veulent que tout le monde à Wuhan soit en sécurité face à l'épidémie de coronavirus. Ils poursuivent leurs efforts pour rappeler aux gens de réciter sincèrement "Falun Dafa est bon" et "Vérité-Bonté-Patience est bon", afin d'assurer leur sécurité. Ils espèrent que davantage de personnes recevront la bénédiction divine et échapperont au désastre.


Traduit de l'anglais :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/2/19/183309.html

Version chinoise

Image : capture d'écran youtube, Wuhan, 2020

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.