Caractéristiques dangereuses du coronavirus de Wuhan

Radio Free Asia (RFA) a publié le 13 février un enregistrement audio d'une conférence interne par le département de prévention des épidémies de Wuhan. On pouvait y entendre certains responsables ayant accès à des documents confidentiels à la Commission nationale de la santé, dire qu'une des raisons pour lesquelles cette épidémie de coronavirus est difficile à contrôler est que certains patients n'ont jamais présenté de symptômes typiques tels que de la fièvre avant de mourir. Sans fièvre, ces patients n'ont pas pu être identifiés et isolés, ce qui a facilité la propagation de la maladie.


Trois caractéristiques
The Lancet, une prestigieuse revue médicale, a publié le 13 février 2020 un article intitulé "Protéger les travailleurs de la santé contre l’ infection subclinique au coronavirus" et décrivait trois caractéristiques du coronavirus.


On pouvait y lire "Même une personne qui n'est pas symptomatique peut propager le COVID-19 avec une efficacité élevée", "les mesures de protection conventionnelles, telles que les masques faciaux, n'offrent pas une protection suffisante" et, "... les patients peuvent également excréter de grandes quantités du virus et infecter d'autres personnes, même après la guérison de la maladie aiguë."


Difficile à contrôler
Kwok-Yung Yuen de l'hôpital de l'Université de Hong Kong-Shenzhen considérait le coronavirus plus dangereux que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003. L'un de ses articles scientifiques publiés dans The Lancet le 15 février 2020 mettait en évidence la transmission du virus au sein des familles.


Intitulé "A familial cluster of pneumonia associated with the 2019 novel coronavirus indicating person-to-person transmission" (Un groupe familial de pneumonie associée au nouveau coronavirus 2019 indiquant une transmission de personne à personne), l'article de Yuen étudiait une famille de six personnes à Shenzhen qui s'est rendue à Wuhan et constatait que cinq d'entre elles (environ 83%) étaient infectées par le coronavirus et qu'un autre membre de la famille qui ne s'était pas rendu à Wuhan a attrapé le virus après avoir été en contact avec les membres de la famille infectés.


Le 14 février, Public Health Ontario a déclaré que, bien que les deux premiers patients atteints de coronavirus de la province soient sortis de l'hôpital après leur rétablissement, ils demeuraient isolés, car le virus COVID-19 était toujours détectable dans leur corps.


Après qu'un homme ayant débarqué à Hong Kong du bateau de croisière Diamond Princess a été diagnostiqué avec le coronavirus il y a deux semaines, le navire est entré en quarantaine le 3 février dans le port japonais de Yokohama près de Tokyo. Jusqu'à présent, 454 des 3 700 passagers et membres d'équipage ont été testés positifs pour le virus.


Katsunobu Kato, ministre de la Santé du Japon, a expliqué: " Le Japon semble être entré dans une nouvelle phase où la voie d'infection de plusieurs nouveaux cas n'est pas claire. "


Données peu fiables en provenance de Chine
Barron’s , un magazine américain sur la finance et les statistiques, a récemment publié un article intitulé “China’s Coronavirus Figures Don’t Add Up.” (Les chiffres du coronavirus en Chine ne s’additionnent pas). Le nombre de décès cumulés signalés est décrit par une simple formule mathématique avec une très grande précision", a écrit Lisa Beilfuss, " Un écart presque parfait de 99,99% est expliqué par l'équation. " Les analystes de données affirment qu'un tel modèle de prédiction presque parfait n'est pas susceptible de se produire naturellement, ce qui jette le doute sur la fiabilité des chiffres communiqués par la Chine à l'Organisation mondiale de la santé.


L'article de Barron’s citait Melody Goodman, professeur agrégé de biostatistique à la School of Global Public Health de l'Université de New York, disant: "Je n'ai jamais vu de r au carré de 0,99 au cours de mon vivant. En tant que statisticienne, cela m'amène à remettre en question les données. " Elle a déclaré que les vraies données humaines ne sont jamais parfaitement prédictives lorsqu'il s'agit de quelque chose comme une épidémie, car il existe d'innombrables façons dont une personne peut entrer en contact avec le virus. Par exemple, un "très bon" r au carré, en termes de données de santé publique, serait de 0,7. "Quelque chose comme 0.99 me ferait penser que quelqu'un simule des données. Cela signifierait que vous savez déjà ce qui va se passer", a-t-elle ajouté.


L'ambassade de Chine aux États-Unis n'a pas répondu à la demande de commentaires de Barron’s. Cependant, après la publication de l'article le 13 février, la Chine a rapporté le même jour que les responsables de la santé à l'épicentre de l'épidémie avaient constaté une augmentation des nouvelles infections après avoir changé la façon dont ils diagnostiquaient la maladie.


Version anglaise :
Dangerous Characteristics of the Wuhan Coronavirus

Version chinoise :
武汉新冠病毒具三凶险性

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.