Se rappeler de sauver les gens durant l’épidémie de Wuhan

Une compagne de pratique de ma région est de Wuhan et elle a parlé avec ses proches à plusieurs reprises. Elle voulait partager les histoires suivantes.


Sauver la police qui surveille nos téléphones
Ma sœur fait partie du personnel médical de la ville de Wuhan. Elle, son mari et leur fille pratiquent tous le Falun Dafa. Ma sœur a été récemment arrêtée alors qu’elle parlait aux gens de quitter le parti communiste chinois (PCC). Après le début de l’épidémie de coronavirus, il y eu une pénurie de personnel médical à Wuhan. Ma sœur a été libérée après que son hôpital ait demandé à la police de la libérer pour qu’elle puisse travailler.


Le jour du nouvel an chinois, je lui ai de nouveau téléphoné. J’ai demandé pourquoi notre conversation avait été interrompue la dernière fois. " N’est-ce pas évident ", a-t-elle répondu. Je me suis immédiatement souvenue qu’elle m’avait dit que son téléphone personnel était surveillé par la police du PCC.


"Je ne dirai pas grand-chose alors, " ai-je dit. " Oh, tu peux dire tout ce qui doit être dit ", a réagi ma sœur. « C’est bon de les laisser (la police qui écoute les conversations) entendre cela. Ils devraient être sauvés. "


J’ai compris et j’ai dit : "Très bien, j’espère que tous les policiers écoutent. Avec la propagation rapide de l’épidémie, votre vie est en danger. Même les policiers sont enfermés à l’intérieur de Wuhan. Maintenant, seul le Falun Dafa peut vous sauver ! " Cette fois, notre connexion téléphonique n’a pas été coupée.


Ma sœur a dit : "La dernière fois que nous avons parlé, notre connexion téléphonique a été coupée. J’ai reçu un message de la police qui surveille mon téléphone. Ils m’ont avertie de ne pas accepter les appels téléphoniques comme celui-ci car ils me mettraient en danger. "


Elle a poursuivi : " Je voulais leur dire : Vous êtes ceux qui êtes vraiment en danger ! C’est tellement triste que vous ne compreniez toujours pas. Les pratiquants de Falun Dafa sont à l’abri du virus ! "


Ma Nièce : " Nous devons avoir de la compassion et sauver des gens. "
J’ai téléphoné à la fille de ma sœur, qui est également pratiquante. J’ai parlé de l’épidémie en cours et je lui ai rappelé d’acheter plus de nourriture et de la stocker.


Ma nièce a répondu : "Tante, il y a plusieurs jours, lorsque je suis sortie, toutes les rues habituellement fréquentées étaient désertes. Je me suis dit : " Regarde, ces gens ne pensaient pas qu’une catastrophe leur arriverait. Maintenant, ça y est et ils paniquent ! "


Elle a dit : " Quand je suis rentrée à la maison, tout mon corps était très douloureux. Les symptômes ressemblaient de plus en plus au coronavirus et s’aggravaient chaque jour. Toutes mes articulations me faisaient mal. Allongée dans mon lit, j’ai pensé, je suis une pratiquante de Falun Dafa. Pourquoi ai-je ces symptômes ? J’ai étudié le Fa avec ma mère et j’ai regardé à l’intérieur. J’ai trouvé que mes pensées sur les personnes qui avaient contracté le virus étaient erronées. Je n’avais aucune compassion. Etais-je encore en train de cultiver ? "


"J’ai eu honte de moi. Après m’être excusée auprès du Maître, mes symptômes se sont atténués. J’ai dit à maman que nous ne pouvions pas être des spectateurs. C’est une opportunité pour nous de sauver plus de monde. Nous devons avoir de la compassion et les sauver. Nous devrions téléphoner aux gens et leur dire la vérité."


Dès que j’ai eu dit cela, j’ai senti la douleur dans mon corps descendre de ma tête à mes pieds, puis elle a quitté mon corps. Je savais que ma pensée était correcte. »


Puis elle a dit : " Tante, ce que tu as dit n’était pas juste. La chose la plus urgente pour nous maintenant est de sauver plus de gens. Mais tu me disais de faire le plein de nourriture. "


"Ma mère avait aussi de mauvaises pensées au début. Elle avait également des symptômes d’infection. Dès que nous avons réalisé ce que nous devions faire, elle s’est sentie mieux. Elle se sent très bien maintenant. "


Je voulais partager cette histoire qui reflète le statut de nombreux pratiquants à Wuhan. Si nous nous comportons comme des gens ordinaires, alors nous sommes des gens ordinaires. Nous devons placer en premier le sauvetage des gens.


Seul le pratiquant de Falun Dafa n’était pas infecté
Les gens à Wuhan disent que les hôpitaux sont tellement surpeuplés que la plupart des patients ont été refoulés. On leur dit de rentrer chez eux pour se mettre eux-mêmes en quarantaine. Chaque lit d’hôpital est occupé ; la plupart sont occupés par le personnel médical et les membres de leur famille. L’information montre également que le nombre de morts rapportés par le PCC est faux.


C’est dommage que beaucoup de gens à Wuhan ne comprennent toujours pas la vérité concernant le Falun Dafa.


Mon frère vit à Wuhan. Il m’a téléphoné et m’a dit que sa femme, sa fille et son gendre, tous non pratiquants, sont malades maintenant. Seul lui, le pratiquant de Falun Dafa, est resté en bonne santé.


Quand j’ai appelé mon oncle à Wuhan, il m’a dit qu’ils allaient très mal – mon oncle et sa femme sont infectés. À un moment donné, ils sont restés à l’hôpital. Mais bientôt, on leur a dit de rentrer chez eux parce qu’il n’y avait pas assez de lits.


Ils ne pratiquent pas le Falun Dafa. Je leur ai dit de ne pas oublier de réciter : " Falun Dafa est bon ", ce qui les aiderait.


Traduit de l’anglais :
http://en.minghui.org/html/articles/2020/2/7/183126.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.