Discussions sur l’ancienne culture et prophétie chinoise en commençant par l’auteur du "Poème de la fleur de prunier "


L’auteur du « Poème de la fleur de prunier » (un ancien poème chinois bien connu communément considéré comme une prophétie) est Shao Yong, un célèbre érudit de la dynastie des Song du Nord spécialisé dans l’étude du Livre des changements. Son nom de style est Raofu, et il a été honoré d’un titre posthume de Kangjie. [Dans la Chine ancienne, de nombreuses personnes, en particulier les léttrés, avaient un prénom, un nom de style qu’on se choisissait en entrant dans l’âge adulte et un titre posthume, qui était un titre honorable pour les morts. ]


La légende raconte que Shao Yong a choisi de vivre en reclus sur une montagne afin de se concentrer sur l’étude du Livre des changements. Bien qu’il ait étudié le Livre des changements sans ménager ses efforts, il était loin de comprendre l’essence du Nombre des changements. [Le nombre des changements est une technique complexe dérivée et décrite dans Livre des changements pour la divination.] Il avait peu progressé jusqu’à un après-midi quand une souris est venue le voir alors qu’il faisait la sieste. Le bruit de la souris le dérangeait tellement qu’il a attrapé son oreiller en porcelaine et l’a lancé sur la souris. Il a manqué la souris et l’oreiller en porcelaine s’est brisé en morceaux. Parmi les morceaux de l’oreiller cassé, il a trouvé une note disant : " Un certain jour d’un certain mois d’une certaine année, Shao Yong cassera cet oreiller en morceaux. " La note a laissé Shao Yong sans voix. La prédiction de la date et de l’évènement était tout à fait exacte ; chaque caractère chinois de son nom correspondait exactement.


Shao Yong s’est montré curieux de l’écrivain qui avait pu faire une prédiction aussi précise et exacte Avec les indices de la note, Shao Yong a réussi à trouver la maison de l’auteur du message. Alors qu’il s’apprêtait à frapper à la porte, un homme d’âge moyen est sorti à la rencontre de Shao Yong comme s’il l’avait attendu. L’homme a dit : " Avant de décéder ,il y a plusieurs jours, mon père m’a dit de transmettre ce livre à un homme du nom de Shao Yong, qui viendrait visiter la maison aujourd’hui. " Il a ensuite présenté un livre à Shao Yong. Après avoir étudié le livre une seule fois, Shao Yong est devenu un devin précis. C’est l’origine de la divination par le Nombre des changements de la Fleur de prunier. [Shao Yong a depuis maîtrisé le Nombre des changements et fait de nombreuses prédictions précises. L’une des plus célèbres était le poème La fleur de Prunier. Le nombre des changements a donc été appelé le nombre des changements de la fleur de pruniers.]


Il est très " facile" de trouver le symbole divinatoire dans la divinitation par le Nombre des changements de la Fleur de prunier. [A l’école des Changements, un devin doit d’abord trouver un nombre ou un symbole initial. Le nombre ou le symbole est indispensable car il fournit l’indice crucial. Le devin devra alors combiner l’indice avec une autre information receuillie auprès de celui demandant de dire l’avenir. ] On trouve le symbole divinatoire à partir du cœur. Le symbole divinatoire peut être une couleur, un nombre, un son, un rythme et ainsi de suite. Le décodage des symboles divinatoires nécessite de prendre en compte de nombreux facteurs, tels que le temps et la direction avant la divination, et la posture du demandeur à savoir s’il est debout, assis, immobile ou se déplace. Finalement, on trouvera les correspondances dans les cinq éléments de ces facteurs. Fondé sur les théories que les cinq éléments se développent ou se restreignent mutuellement, on interprètera ces correspondances et on dira l’avenir. En fait, l’utilisation des symboles divinatoires dans l’école du Nombre des changements de la Fleur de prunier est la véritable étude des " nombres " en ce que les facteurs étudiés correspondent aux variables d’équations multivariées dans l’algèbre moderne occidental. Excepté que le Nombre des changements de la Fleur de prunier est davantage une science avancée des nombres, car il intègre les facteurs de temps et d’espace.


La divination chinoise est aussi une petite branche de la cultivation du Taoïsme. Il y a des exigences strictes pour le pratiquant, quelles que soient les écoles de divination. Le devin doit être aussi calme que l’eau et libre de diverses pensées pour être capable de communiquer avec l’univers. Dans ce cas, la divination chinoise n’est pas juste une " simple technique". Elle nécessite aussi que le voyant ait un cœur pur. Plus l’esprit est pur et limpide, plus il lui est facile de communiquer avec l’univers et plus précise sera sa divination. Le nettoyage de son cœur et l’élimination des pensées impures est en fait un processus de purger ses propres attachements à la renommée et à l’intérêt personnel afin d’atteindre la perfection morale.


Selon la légende, Li Zhicai était l’auteur de la note dans l’oreiller de Shao Yong. Li Zhicai était un élève de Chen Tuan, une autre figure légendaire de l’histoire chinoise.


Chen Tuan est une figure connue reconnue à la fois par le Taoïsme et le Confucianisme. L'histoire de Chen Tuan se déroule à l'époque des cinq dynasties et des dix pays, avant que l'empereur initial de la dynastie Song n'unifie la Chine, en temps de guerre et de désastre. Chen Tuan avait choisi de vivre en solitaire sur le mont Hua de manière à échapper au monde chaotique. Lorsque Chen Tuan a appris que l'empereur initial de la dynastie Song avait été inauguré, il est devenu fou de joie et est tombé du dos de son âne en disant : "Le monde sera désormais en paix".Selon la légende, Chen Tuan était capable de dormir pendant une très longue période. Il s’endormait pendant des années sans se réveiller. La population interprétait son sommeil comme un moyen d’échapper à la politique et à la guerre. Outre les légendes, les histoires de Chen Tuan ont aussi été répertoriées dans "Recueil de biographies n° 216" de L’histoire de la Dynastie des Song .


Chen Tuan aimait étudier Le livre des changements. On le voyait toujours avec Le Livre des changements à la main. Il se faisait souvent appeler Sir. Cyclone. Il a écrit 81chapitres du Mystiquequi décrivait la cultivation et la fabrication de pilules d’immortalité. Il est évident d’après les histoires et légendes de Chen Tuan qu’il s’agissait d’un pratiquant. M. Li Hongzhi a dit :

    " Des méthodes de l’école taoïste l’enseignent également, en particulier certaines méthodes de l’école singulière considèrent le sommeil comme une sorte de pratique : on dort d’une traite pendant des décennies sans sortir de l’état de concentration avant de s’éveiller."("Qui pratique le gong obtient le gong", Leçon 8 du Zhuan Falun ).


Je pense que Chen Tuan devait cultiver sa conscience secondaire au lieu de sa conscience principale.


En plus de dormir, ceux qui cultivent leur conscience secondaire boiront afin de désactiver leur conscience principale. M. Li Hongzhi a dit

    " Pourquoi certains pratiquants du Grand Tao doivent-ils boire de l’alcool pour cultiver et pratiquer ? C’est parce qu’ils ne cultivent et ne pratiquent pas avec leur esprit originel principal, c’est pour anesthésier leur esprit originel principal. " ( "Le problème de manger de la viande", Leçon Sept du Zhuan Falun).


À mon humble avis, Li Bai, le grand poète de la Dynastie Tang, est un excellent exemple de cultivation de la conscience secondaire en buvant. Li Bai s’appelait lui-même Li Zhexian. Zhexian signifie divinité déchue en chinois.


Li Bai est célèbre pour sa consommation d’alcool. Son poème " Apporter le vin", en dit long sur lui-même et la boisson :

" Mon cheval fleur tacheté,
Mes fourrures valant mille,
Donnez-les au garçon en échange de bon vin."


Li Bai n’arrêtait jamais de boire avant d’être ivre. LesHistoires comme avertissement au monde décrivent parfaitement son tempérament dans la prose suivante :

"Ayant entendu parler de la réputation du vin de Wucheng à Huzhou, Li Bai a parcouru des milliers de kilomètres seulement pour le savourer. Il est allé dans les bars et a bu à satiété comme si personne d’autre ne remarquait son comportement. Lorsque Jiaye Sima, un fonctionnaire du gouvernement, passant par-là a entendu le chant sauvage de Li Bai dans le bar, il a envoyé son subordonné pour découvrir qui était l’homme. En réponse à leur demande, Li Bai a répondu avec désinvolture par un poème :

" Une divinité déchue, intitulée Bouddhiste laïque du Lotus bleu, je suis,
Echappant à la gloire terrestre dans les bars pendant trente ans.
Sima de Huzhou, ne vous souciez pas de demander qui je suis,
Voyez juste Tathagata Jinsu derrière moi et vous devriez savoir qui je suis. »


À la fois son titre de "bouddhiste laïc du lotus bleu " et son identité autoproclamée de " déité déchue" suggèrent qu’il ne venait pas de ce monde. Lorsque sa mère était enceinte de Li Bai, elle a rêvé de la Vénus Taibai entrant dans son sein. C’est pourquoi Li Bai était aussi appelé M. Taibai. Tang Xuan Zong, le deuxième empereur de la dynastie Tang a particulièrement apprécié et fait confiance à Li Bai. Il a demandé une fois à Li Bai quelle était son ambition. Li Bai a répondu : " Je n’ai besoin de rien dans ma vie. Je serai heureux d’avoir juste assez d’argent pour boire tous les jours." Son indifférence à la renommée et à la richesse se manifestait de façon éclatante dans sa poésie. Il y a souvent des pensées fabuleuses dans les poèmes de Li Bai, comme dans "Apporter le vin", " Contempler la cascade sur la montagne Lu" et il est absolument impossible sans l’esprit d’un pratiquant d’écrire ces mots éclairants.


Contempler la cascade sur la montagne Lu
" Où couronne une brume violette
Ashimmer dans les rayons du soleil
La colline appelée pic d’encens incandescent, de loin
Voir, suspendu au-dessus du mur du torrent,
Cette cascade
Une voute diaphane de trois mille pieds diriez-vous
La Voie lactée
culbutant du haut des Cieux, d’une étoile à l’autre. "


Ascension en rêve du Mont Tianmu
Un visiteur marin parlera du Japon,
dont les eaux et les brumes découragent l’approche
Mais le peuple de Yueh parle de notre Mère Céleste la Montagne,
pourtant visible à travers ses nuages d’épaisseurs variables.
En droite ligne vers les cieux, son sommet pénètre le ciel,
Elle coiffe les cinq Sommets Sacrés, et projette une ombre sur toute la Chine,
Avec sa Chaîne de Terrasses merveilleuses longue de cent miles,
Qui à cet endroit amorce un tournant vers le sud-est.
…Mon Cœur et mes rêves sont à Wu et à Yueh
Et toute la nuit, sous la lune ils traversent le Lac Miroir.
Et la lune éclaire mon ombre
Et mon chemin vers le fleuve Yan…
L’ermitage de Xie est toujours là
Et l’appel des singes s’entend clairement au-dessus des murmures de l’eau verdoyante.

Je porte des bottes trouées,
Et monte une échelle de nuage bleue,
À mi-chemin un océan ensoleillé,
Dans l’espace un chant de coq sacré,
Des myriades de cimes et davantage de vallées mais nulle part de route.

Les fleurs me séduisent, les roches me calment. Soudain la journée est finie.
Sur la montagne et sur le fleuve, les ours, les dragons tempétueux,
Effraient la forêt et font trembler les cimes.

Une pluie noire assombrit les nuages,
Les torrents palissent sous le crachin blême
Les Dieux du Tonnerre et de la Foudre fracassent toute la chaîne.
La porte en pierre se brise en deux,
déchargeant dans la fosse des cieux une ombre impénétrable.

…Mais à présent le soleil et la lune illuminent la chaîne d’or et d’argent,
Et drapées de vêtements d’arc-en-ciel, chevauchant le vent,
Arrivent les reines de tous les nuages,
Descendant l’une après l’autre,
Des tigres pour luthistes et des phénix pour danseurs
Comme des champs de chanvre, rangée après rangée, les silhouettes des fées se déploient.

Je bouge, mon âme s’envole,
Je me réveille avec un long soupir,
Dans les nuages perdus que sont mes oreillers et ma paillasse.
…Il en va toujours ainsi de la joie humaine.

Dix mille choses s’enfuient pour toujours comme de l’eau qui ruisselle vers l’est.
Aussi je prends congé de vous, je ne sais pour combien de temps.
…Mais laissez-moi, sur ma verte pente, élever un daim blanc,
et chevaucher jusqu’à vous quand j’en éprouve le besoin.
Ah, comment pourrais-je solennellement faire des courbettes aux hommes de haut rang et aux fonctionnaires
Qui ne souffriraient jamais de se trouver face à un honnête homme.


Une autre caractéristique de Li Bai est que plus il devenait ivre, plus ses poèmes étaient magnifiques et puissants. C'est exactement comme ce qu'a dit M. Li Hongzhi : "Lorsque la conscience principale d'une personne se relâche, la conscience secondaire peut refléter ce qu’elle sait dans le cerveau. Parce qu'elle peut voir la nature des choses dans une autre dimension, on peut alors aboutir à des résultats, terminer son article ou finir de composer sa chanson ". (Extrait de "La pensée" dans le chapitre neuf de Zhuan Falun).


Je pensais que le sommeil de Chen Tuan et le goût de Li Bai pour la boisson étaient des caractéristiques étranges de ces saints ermites et reclus. Après avoir obtenu la Loi, je me suis rendu compte que derrière ces habitudes particulières se trouvaient des voies de cultivation. Dans le passé, beaucoup de gens titubaient dans la cultivation des petites branches du taoïsme parce qu’ils ne pouvaient pas obtenir le Falun Dafa. Ils ont payé un lourd tribut pour leur cultivation et n’ont beaucoup souffert que pour s’éveiller à une toute petite portion du Fa. Bien qu’ils paraissent extraordinaires aux yeux des gens ordinaires, ils ne sont pas beaucoup plus éclairés que les gens ordinaires.


À l'époque de Chun Qiu, il y avait un cithariste chinois nommé Shi Kuang, qui pouvait prédire le résultat d'une guerre en se basant sur la façon dont l'humeur d'une personne était exprimée dans la musique de Shi. Selon la légende, Jin Ping Gong, le souverain de Jin, a demandé à Shi Kuang de prédire l'issue de la guerre lorsqu'il a entendu que les Chu étaient sur le point d'attaquer les Zheng. Shi Kuang a joué de la cithare chinoise et a chanté différents chants dans le nord et le sud de la Chine. Il a ensuite rapporté à Jin Ling Gong : "Chu domine les faibles en étant fort et il finira par perdre définitivement. Comme Shi Kuang s'y attendait, quelques jours plus tard, la nouvelle de la défaite de Chu a été annoncée.


Shi Kuang n’était pas né aveugle. Les archives des pays de la période orientale de Dong Zhou disaient qu’il enfumait ses yeux jusqu’à la cécité avec l’armoise. Son histoire m'a semblé incroyable quand je l'ai lue pour la première fois. Plus tard, j'ai compris que c'est parce qu'il avait l'impression que les choses qu'il voyait avec ses yeux le distrayaient et le troublaient. C'est pourquoi il a choisi d'atteindre la paix en abîmant ses yeux. La simple volonté de couper la distraction de sa cultivation n'était pas différente de celle de Huike, le patriarche II du bouddhisme zen, qui s'est cassé le bras devant Boddhidarma, le fondateur du bouddhisme zen, pour prouver sa volonté de cultiver. Huike était comparable à Shi Kuang dans la manière qu'ils ont tous deux adoptée et la manière "intentionnelle" d'obtenir un esprit clair et propre dans les petites branches du taoïsme... La recherche extérieure ne pouvait cependant pas aider fondamentalement Shi Kuang à atteindre un esprit clair et propre et un niveau de cultivation élevé, de sorte que son accomplissement s'est limité à la divination ou à "dire l'avenir en jouant de la cithare chinoise et en chantant des chansons". Bien qu'il semble avoir acquis des capacités surnaturelles aux yeux des gens ordinaires, il a souffert plus qu'il n'a gagné du Fa aux yeux de quelqu'un qui a obtenu le Fa du Falun Dafa.


M. Li Hongzhi a révélé de nombreux secrets célestes dans Zhuan Falun. Les principes qu'il décrit dans le livre couvrent complètement le mystère profond de l'univers, du plus microscopique au plus macroscopique. En me penchant sur la culture chinoise ancienne après avoir acquis le Fa de Falun Dafa, j'ai commencé à comprendre de nombreuses histoires apparemment étranges et déraisonnables. Ces histoires étranges étaient en fait des histoires de cultivation individuelles à différents niveaux. Lorsque j'ai examiné la vaste et profonde culture chinoise du point de vue d'un pratiquant, j'ai constaté que de nombreuses questions profondes et mystérieuses de l'histoire étaient simples et directes. Je crois que c'est parce que le Fa a libéré ma sagesse.


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.