11 pratiquants de Falun Gong détenus à Pékin meurent suite à l’administration de drogues inconnues

L’ancien dirigeant du Parti communiste Jiang Zemin a lancé, en juillet 1999, une campagne à l’échelle nationale contre le Falun Gong. Suite à ses ordres de " ruiner la réputation des pratiquants de Falun Gong, les acculer financièrement et les détruire physiquement ", un génocide systématique a été mis à exécution dans toute la Chine. Plus de 100 formes de tortures sont utilisées sur les pratiquants de Falun Gong en détention pour tenter de les forcer à renoncer à leurs croyances.


Administrer des substances toxiques aux pratiquants de Falun Gong pour détruire leur système nerveux et leurs organes internes est l’une des tactiques extrêmes et insidieuses que les agences d'application de la loi du Parti communiste chinois (PCC) utilisent. Les victimes souffrent énormément des jours voire des mois entiers avant qu’elles ne meurent.


Selon le site web Minghui, 128 pratiquants de la région métropolitaine de Pékin avaient été torturés à mort au 25 novembre 2019. On sait qu'au moins 11 d'entre eux sont morts après l’administration de substances inconnues.


M. Li Shouqiang interrogé et torturé
Après que la persécution du Falun Gong a débuté, M. Li Shouqiang est allé de nombreuses fois au bureau des Appels de Pékin faire appel pour le droit de pratiquer sa croyance. Alors que le Congrès national du Peuple du PCC était en session le 8 mars 2000, il est allé informer ces représentants des fait à propos du Falun Gong. Il a été arrêté.


La police a fait une descente dans son appartement et confisqué ses livres de Falun Gong, ses cassettes audio et ses enregistrements vidéo. Il a été emmené au Centre de détention de Changping en dehors de Pékin, où il a été interrogé et torturé de manière répétée et on ne lui a pas donné à boire.


Quand la torture a échoué à ébranler la foi de M. Li en Falun Gong, les gardiens ont mêlé une grosse dose de substances " endommageant les nerfs " à du Coca et le lui ont fait boire.


La famille de M. Li a été avertie de venir le chercher 10 jours plus tard. Sa mère et son frère l’ont vu enfermé dans une cage dans le centre de détention. M. Li a murmuré à son frère sur le chemin du retour à la maison : " Les gardiens ne m’ont pas donné d’eau à boire, puis ils m’ont forcé à boire du Coca après y avoir ajouté quelque chose. Ils m’ont prévenu que j’allais à présent mourir à petit feu. Ils veulent que je meure à la maison pour ne pas en être tenus responsables. Vous ne devriez pas me ramener à la maison ! J’aurais dû mourir ici ! "


Après être rentré chez lui, M. Li était souvent confus et désorienté. Il n’a ni mangé ni bu pendant deux jours. Il est décédé le 20 mars 2000, après être tombé de son balcon. Il n’avait que 37 ans.


D’atroces douleurs à l’estomac : Mme Zhang Shuzhen s’est vue administrer une substance par voie anale

Mme Zhang Shuzhen, une enseignante du secondaire, a été arrêtée pour avoir distribué des informations sur le Falun Gong en 2001 et emmenée dans le Camp de travail forcé de Qinghe. Elle a été privée de sommeil pendant plusieurs jours. Les gardiens l’ont soumise aux décharges dematraques électriques et lui ont cogné la tête contre un mur pour lui faire donner les noms des autres pratiquants, mais elle ne l’a jamais fait. Ils lui ont ensuite administré de force par l’anus une dose d’une substance inconnue, qui lui a causé d’atroces douleurs abdominales et des ballonnements.


Elle a été transférrée au Camp de travail forcé de Tuanhe, toujours dans d’atroces souffrances, pour y être détenue pendant un an et demi. Pour se soustraire à leur responsabilité pour son état, le camp a demandé à sa famille de la ramener chez elle. Elle est décédée le 9 octobre 2002, à l’âge de 51 ans.


Mme Liu Lianfeng paralysée par une substance inconnue
Après le début de la persécution, Mme Liu Lianfeng parlait souvent aux gens du Falun Gong et de la persécution. Elle a parlé aux fonctionnaires du gouvernement des bienfaits physiques et spirituels du Falun Gong. Pour avoir refusé de céder aux pressions du gouvernement et de renoncer à sa foi et continué à vivre en accord avec Vérité, Bonté et Patience, elle a été arrêtée et incarcérée de nombreuses fois.


Lorsque Mme Liu a une fois de plus été détenue dans le Centre de détention de Chaoyang en juillet 2000, les gardiens ont poussé les prisonniers à la battre. Elle a été forcée à effectuer un travail non rémunéré et torturée par les gardes.


Lorsqu’elle a perdu connaissance sous la torture, elle a été emmenée à l’hôpital et soumise à une injection qui l’a laissée paralysée. Le camp de travail a demandé à sa famille de la ramener chez elle et a dit qu’elle serait "rééduquée hors du camp de travail ". La police allait souvent chez elle pour la harceler elle et sa famille. Après une période prolongée de dévastation mentale et physiquee, Mme Liu est morte le 20 octobre 2001, à l’âge de 48 ans.


Mme Xu Xiuhong affectée mentalement et physiquement par des substances inconnues
Après qu’elle ait commencé à pratiquer le Falun Gong en 1996, Mme Xu Xiuhong a guéri de toutes ses maladies, mais a été persécutée pour son refus de renoncer au Falun Gong après le début de la persécution.


Peu après le Nouvel An Chinois de 2001, la police a fait irruption dans l’appartement de Mme Xu et l’a arêtée. Après avoir été détenue dans le centre de détention de Fangshan pendant un mois, elle a été condamné à cinq ans. Puis elle a été transférée dans le Centre de détention du Canton de Zhengding dans la Province du Hebei et dans la Seconde Prison pour femmes de Shijiazhuang.


Lorsqu’elle a refusé de renoncer au Falun Gong, les gardes lui ont frappé l’arrière de sa tête avec des matraques en caoutchouc jusqu’à ce qu’elle fasse une hémorragie cérébrale et s’évanouisse. Elle a été emmenée à un hôpital de la ville de Shijiazhuang, où elle est restée un mois. Alors qu’elle était inconsciente, les médecins lui ont donné des médicaments qui lui ont causé des saignements vaginaux pendant quatre mois.


Après la libération de prison de Mme Xu, ses jambes étaient gonflées et ses yeux ternes. Elle était très faible et ne pouvait dormir de la nuit.


Mme Xu et son mari ont à nouveau été arrêtés le 21 janvier 2016, et détenus dans le centre de détention du District de Tongzhou. La tension artérielle de Mme Xu est montée à 260, mais le centre de détention a refusé de la libérer. Les médecins l’ont forcée à prendre des comprimés inconnus et punissaient les prisonnières dans sa cellule si elle ne les prenait pas.


Les médecins du centre de détention disent souvent aux pratiquants qui refusent d’être " transformés": " Alors vous refusez d’être ‘transformé’ ? Je vous donnerai un comprimé qui vous tuera ! "


En détention, Mme Xu a commencé à avoir de multiples symptômes : étourdissements, insomnie, serrements de poitrine, sueurs, incontinence, perte de cheveu, hypertension et de fréquentes crises de paniques. Ces symptômes sont similaires à ce qu’ont expérimenté les pratiquants de Falun Gong qui sont morts en raison de substances inconnues ayant endommagé leur système nerveux et/ou leurs organes internes.


Après qu’elle a été libérée, l’état de santé de Mme Xu s’est détérioré. Elle est décédée le 2 avril 2017, à l’âge de 40 ans.


Article correspondant :
Beijing Woman Dies after Years of Abuse in Detention


Mme Yu Huiqin s’est vue injecter des médicaments avant sa libération
Mme Yu Huiqin a guéri d’une grave maladie rénale après avoir pratiqué le Falun Gong. Après avoir été témoin de sa guérison, son mari a également entrepris la pratique.


La persécution du Falun Gong a anéanti sa famille quand tous les deux Mme Yu et son mari ont été arrêtés dans la soirée du 12 janvier 2002. Les fonctionnaires de police ont fouillé leur appartement et les ont détenus dans le centre de détention de Yanqing.


Mme Yu a été de nouveau arrêtée chez elle dans la matinée du 14 août 2003. Elle a été emmenée à Pékin au Camp de travail forcé du Canton de Daxing.


Après sa libération le 4 novembre 2004, son corps était gonflé et elle perdait souvent connaissance et vomissait fréquemment. Elle a dit à sa famille qu’on lui avait injecté une substance inconnue juste avant de la libérer. Elle est décédée le 16 avril 2005, à l’âge de 44 ans.


M. Ji Shuxian confus et désorienté
M. Ji Shuxian est allé trois fois demander justice pour le Falun Gong après que la persécution a commencé. Il a été détenu deux fois en conséquence et contraint de payer de lourdes amendes.


Les fonctionnaires de police et les agents du gouvernement ont fait irruption au domicile de M. Ji le 17 mai 2001, mais il était absent. Pour éviter d’être illégalement persécuté, il a quitté son domicile et est devenu sans abri et sans ressources. Un mandat d’arrêt a été émis à son encontre et sa famille et mêmes des parents très éloignés ont été harcelés de manière répétée.


Il a été arrêté le 13 décembre 2001, et emmené dans le Camp de travail forcé de Tuanhe à Pékin pour un an et demi. Pour le forcer à renoncer au Falun Gong, les gardiens l’ont privé de sommeil, soumis à des décharges de matraques électriques, frappé au visage et lui ont injecté des substances inconnues. De plus, il ne recevait pas suffisamment à manger. La pression artérielle de M. Ji est montée en flèche, ses jambes se sont mises à enfler et il a perdu la capacité de marcher.

Quand M. Ji a été libéré le 13 juin 2003, il était souvent dans un état confus et semblait désorienté. Il a fait un infarctus un mois plus tard, ce qui lui a laissé le côté gauche paralysé. Après avoir souffert plus de deux ans, M. Ji est décédé le 22 septembre 2005, à l’âge de 66 ans.


Mme Qi Shilan gavée
Mme Qi Shilan est allée neuf fois sur la Place Tiananmen pour faire valoir son droit de pratiquer le Falun Gong et a été arrêtée et incarcérée de nombreuses fois.


Quand elle a été arrêtée le 24 février 2006, sa maison a été fouillée. Elle a été enfermée dans un petit bâtiment blanc (près du Centre de Rééducation relocalisé de Pékin). Plus de 20 pratiquants de Falun Gong étaient détenus là.


Elle a de nouveau été arrêtée en février 2007 et détenue dans le Centre de Détention de rééducation par le travail. Elle a entamé une grève de la faim pendant plus de huit mois pour protester contre sa détention illégale. Elle a été torturée sur un "lit du mort" et a été gavée à de multiples reprises. On lui a injecté un agent cancérigène.


Quand Mme Qi a été libérée à la fin du mois de septembre 2007, elle était très faible et ses jambes étaient paralysées. Sa famille l’a emmenée à l’hôpital en mai 2008 où elle a appris qu’elle avait un cancer des poumons à un stade avancé. Mme Qi Shilan est décédée en février 2012.


Mme Yan Yuhua torturée
Mme Yan Yuhua a été arrêtée en août 2012 pour sa pratique du Falun Gong. Une policière l’a traînée au sol et lui a cassé des côtes. Elle a été emmenée à l’hôpital de la Sécurité Publique et où elle a reçu une injection. Les infirmières ont refusé de lui donner le nom du médicament.


Lorsque Mme Yan a été libérée à la fin de novembre 2012, elle avait perdu la capacité de prendre soin d'elle-même et a dû emménager chez sa mère. Même si la drogue avait nui à sa santé, les agents du poste de police local et du centre de détention ont continué à la harceler, elle et sa famille. Elle est décédée le 18 mars 2013, à l'âge de 65 ans.


M. Wang Chongjun soumis à l’injection de substances inconnues
M. Wang Chongjun a été arrêté le 14 avril 2008, et emmené dans le Camp de travail forcé de Tuanhe à Pékin. Il est mort quatre mois plus tard le 23 août 2008.


Des membres du Bureau 610 ont fait irruption dans la maison de M. Wang le 14 avril 2008 vers 19 heures, et l’ont arrêté lui et sa femme. Ils ont été détenus dans le Centre de détention du District de Chaoyang et privés des visites de leur famille.


La famille de M. Wang a reçu le 20 juin 2008 note au Camps de travail forcé de Tuanhe à Pékin les informant qu’il avait été condamné le 22 mai à deux ans de travail forcé et que sa femme avait écopé le 20 mai, de deux ans et demi de travail forcé.


Le camp de travail lui a injecté des substances inconnues et il a perdu énormément de poids. Le camp l’a libéré quand il était à l’article de la mort. Sa famille a noté qu’il était tout jaune, et l’a donc emmené à l’hôpital. Il est décédé à l’âge de 65 ans.


Mme Wang Yaqing soumise à l’injection d’une substance inconnue
Mme Wang Yaqing était une coiffeuse réputée, et beaucoup de ses clients parcouraient de longues distances pour qu’elle leur coupe les cheveux.


Mme Wang a été arrêtée en août 2006 alors qu’elle était en train de couper les cheveux d’une cliente.


Le Bureau de répartition de la relocalisation du Travail de Pékin a prévenu sa famille deux mois plus tard qu’elle allait être dans un camp de travail pendant deux ans. Mais le lendemain, un fonctionnaire du Bureau de répartition a dit au mari de Mme Wang de venir la chercher. Les responsables ont dit que Mme Wang avait été malade et pouvait être libérée pour raisons médicales.


D’après Mme Wang, elle avait été emmenée à l’hôpital du camp de travail, où le médecin avait extrait un tube de liquide de son dos puis lui avait injecté quelque chose. Elle s’est tout de suite sentie groggie. Les gardiens l’ont laissée s’étendre et ont reçu l'ordre de la surveiller.


Quelques jours plus tard, Mme Wang a été libérée, mais son état physique s’est rapidement détérioré. Sa vision était trouble, sa mémoire défaillante et elle est devenue lente et léthargique. Elle a également eu des symptômes d’asthme et était gonflée. Elle est décédée sept mois plus tard à l’âge de 46 ans.


Immédiatement après le décès de Mme Wang, une femme qui a prétendu être de la Croix Rouge a appelé et a demandé de ses nouvelles. Quand le mari de Mme Wang a dit qu’elle venait juste de décéder, la personne a raccroché.


Après la mort de Mme Wang, quelqu’un du Bureau de répartition est venu pour établir le certificat de décès. Il s’est dépêché de s’en aller après avoir donné à son mari 70 yuans en liquide.


Mme Zhang Fengmei traumatisée physiquement et mentalement

Mme Zhang Fengmei a été arrêtée pour avoir collé des affiches portant des informations sur le Falun Gong. Elle a d’abord été détenue dans le Centre de détention du Canton de Miyun puis envoyée dans le Camp de travail forcé pour Femmes de Xin’an à Tiantanghe, Canton de Daxing, Pékin. Elle a été gravement torturée et traumatisée physiquement et mentalement. Les gardiens lui ont injecté des substances inconnues qui l’ont rendue infime. Elle a été libérée pour raison médicale en avril 2002 et est décédée trois mois plus tard à l’âge de 31 ans.


Version anglaise
11 Falun Gong Practitioners in Custody in Beijing Die from Unknown Drugs


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.