L'histoire derrière le cas d’un chirurgien ayant effectué 568 greffes de rein

Chen Rongshan, ancien directeur et chirurgien en chef du département d’urologie de l'hôpital No.205 de l'Armée de libération du peuple (PLA) de la ville de Jinzhou, province du Liaoning, a pris sa retraite il y a plusieurs années. Il passait l'été dans une maison de vacances dans la province du Yunnan (sud) et rendait visite chaque année à sa fille aux États-Unis à l’occasion du Nouvel An chinois.


La vie semblait lui sourire jusque vers la fin de 2017, lorsque Chen et son épouse se sont vus diagnostiquer un cancer. Il a subi une résection pour traiter son cancer du poumon et sa femme une double mastectomie.


D'après les pratiquants de Falun Gong de sa ville natale, la tournure soudaine prise par la destinée de Chen, surnommé le "roi de la greffe de rein" en Chine, pourrait être une rétribution karmique pour les centaines de transplantations rénales illégales qu'il a effectuées.


Le Falun Gong est une discipline spirituelle et de méditation persécutée par le régime communiste chinois depuis juillet 1999.


Il est peu probable pour un chirurgien d'un hôpital militaire de taille moyenne d’être à même d’effectuer autant de greffes alors que le don d'organes volontaire existe à peine en Chine. Une accumulation de preuves indiquent que des prisonniers d'opinion chinois, principalement des pratiquants de Falun Gong, ont été transformés en donneurs d'organes involontaires.


Les centaines de greffes de Chen pourraient signifier que des centaines de personnes sont mortes après avoir subi l'ablation de leurs reins.


Temps d'attente d'une semaine et 568 greffes

Un article de mai 2006 publié par le Liaoxi Business, un journal local, racontait que Chen avait effectué 568 greffes de rein avec un taux de réussite élevé. Ce qui a fait que «des patients sont venus ici pour des greffes de nombreuses régions, dont Taiwan, Singapour, la Corée du Sud et la Malaisie». L’article cite également deux exemples de greffes de rein réalisées en 2002.


Cet article a été publié deux mois après que le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong encore vivants à l'Hôpital de thrombose Sujiatun soit exposé en mars 2006, amenant des professionnels de la santé et des défenseurs des droits de l'homme en dehors de Chine à mettre en cause la source de ces organes.


À l’époque, l'Hôpital de la PLA n ° 205 où Chen travaillait a dit que des donneurs vivants de rein pourraient être localisés en une semaine. Cela a suscité davantage d'inquiétudes : comment un hôpital militaire de niveau municipal pourrait-il obtenir des donneurs vivants en si peu de temps ? Les Chinois croient qu'il faut garder le corps intact à la mort et très peu sont disposés à donner des organes. Même aux États-Unis, où le don d'organes est beaucoup plus répandu, le temps d'attente pour obtenir un organe est en moyenne de deux à quatre ans.


Investigation du personnel médical

Un témoin a attesté que l'hôpital avait effectué une greffe de rein pour cinq patients en 2001. Le témoin a eu des réactions indésirables après la greffe mais a plus tard survécu grâce à sa pratique du Falun Gong. Les quatre autres patients sont décédés.


À l’automne 2004, une femme de 20 ans de Jinzhou a reçu une greffe de rein à l’hôpital. On lui a dit que le rein de son donneur provenait d'un détenu du camp de travail dans la vingtaine en excellente santé et qu'il serait prêt dans une demi-journée. Durant les deux ou trois jours de son hospitalisation, elle a appris que quatre ou cinq greffes de rein supplémentaires avaient également été pratiquées à peu près au même moment.


Selon un autre témoignage, quatre greffes de rein ont été effectuées à l'hôpital en février 2006. L'un des patients était Li Wei, un responsable de l'hôpital Taihe de Jinzhou. Il a dépensé 60 000 yuans pour l'opération mais est décédé après un peu plus d'un mois. Ses amis et sa famille ont été surpris par la disponibilité rapide d'un rein de donneur (arrangé dans la semaine) et par sa mort soudaine.


Lorsqu'un enquêteur s'est rendu à l'hôpital de la PLA No.205 et a recueilli les noms des professionnels médicaux du département d'urologie, le personnel est devenu nerveux et les responsables de l'hôpital sont intervenus. L'hôpital a alors contacté la police, et des agents en civil sont rapidement arrivés pour patrouiller à l'intérieur et à l'extérieur de l'hôpital.


Bientôt, les photos et les noms du personnel médical du département d'urologie ont tous été retirés des murs de l'hôpital et remplacés par des noms qui n'ont pas pu être vérifiés. L'affichage numérique dans le hall qui présentait auparavant des informations sur les traitements médicaux affichait désormais des phrases diffamant le Falun Gong et un numéro de téléphone de la police.


L'armée chinoise est devenue championne de la transplantation d'organes

L'hôpital de la PLA n ° 205 est un hôpital local spécialisé dans le traitement des brûlures. Ses nombreuses sources de reins, y compris les 568 cas signalés pour Chen, ont soulevé de nombreuses questions. Comparativement, l’hôpital affilié à la faculté de médecine du Liaoning de Jinzhou, directement situé dans le département de la santé de la province de Liaoning, n’effectuait que trois ou quatre transplantations de rein chaque année.


Les greffes de rein nécessitent l’adéquation du type de sang et du type d’antigènes des leucocytes humains (HLA). Des centaines, voire des dizaines de milliers de candidats pourraient être nécessaires pour trouver un donneur compatible pour un patient donné. Sans un système national de dons d'organes, le grand nombre de greffes de rein effectuées dans cet hôpital soulevait d'autres questions sur les sources d'organes.


Mais cet hôpital n’est pas le seul et de nombreux autres hôpitaux militaires ont également procédé à un grand nombre de transplantations d’organes. Zhang Yanling, responsable de la santé au Département de logistique générale de l'APL, a déclaré en 2008: «En 1978, seuls trois hôpitaux de la PLA pouvaient effectuer des greffes de rein. Aujourd'hui, plus de 40 hôpitaux militaires peuvent effectuer des transplantations de foie, de reins, de cœur, de poumons et de multi-organes. Ce chiffre étant partagé avec le public, les chiffres réels pourraient même être plus élevés.


Bénéfices

Outre l'accès facile aux organes dans les camps de travail et les prisons, les hôpitaux militaires favorisent également les greffes d'organes en raison de leurs revenus potentiels. Dong Jiahong, directeur du département hépatobiliaire à l'Hôpital général de la PLA, a déclaré que si un patient subissait une résection du foie, un hôpital de niveau provincial pourrait facturer 20 000 à 30 000 yuans. Pour une greffe de foie, les frais s’élèveraient à 200 000 yuans. En plus du prix plus élevé de la greffe, un patient ayant subi une greffe d'organe doit également prendre des immunosuppresseurs pour le restant de ses jours, rapportant entre 50 000 et 100 000 yuans à l'hôpital chaque année.


Collaboration entre les tribunaux, les prisons et les hôpitaux

Au cours d'une enquête publiée par l'Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) en 2012, Chen a admis que les organes provenaient de pratiquants de Falun Gong détenus et que la détention avait été approuvée par les autorités judiciaires. Il a ajouté que le premier hôpital de l'université de médecine de Chine, un autre hôpital de Jinzhou, était également impliqué.
Un enquêteur a ensuite contacté le tribunal intermédiaire de Jinzhou. Un policier qui a répondu au téléphone a déclaré que des pratiquants de Falun Gong jeunes et en bonne santé étaient disponibles en tant que donneurs pour des greffes d'organes.


Personnel responsable à l'hôpital de la PLA n ° 205

Les enquêteurs ont recueilli les noms du personnel médical du service d'urologie de l'hôpital PLA n ° 205 avant et après le changement de l'information dans ses couloirs. Vous trouverez ci-dessous les noms et titres de la liste précédente:


Directeur et chirurgien en chef : Chen Rongshan ((陈荣山)
Chef adjoint: Zong Bin (纵斌)
Infirmière en chef: Chen Bing (陈兵)
Membres du personnel: Miao Huanyu (苗环宇), Kong Tao (孔涛), Zhang Yang (张阳), Jin Xiangyang (金向阳), Pang Xiaobo (庞晓波), Ma Xiaofeng (马晓风), Tong Haiying (佟海英), Yu Lina (于丽娜), Sun Yuanyuan (孙圆圆), et Zhang Lili (张利利)


Ci-dessous les noms et titres de la nouvelle liste:

Chirurgien en chef: Tu Shuiping (涂水平), Liu Bing (刘冰), et Meng Yang (孟洋)
Chirurgien: Ai Chunyu (艾春雨), Li Jingfeng (李景峰), et Chen Yan (陈艳)
Infirmière supervisors: Chen Xiang (陈翔), Zhang Lu (张露), et Wang Ying (王影)
Infirmières surveillantes: Zhang Shuxiu (张淑秀) et Xue Guanghan (薛广寒)
Infirmières praticiennes: Wang Jinping (王锦平) et Lu Jian (吕健)


Ci-dessous, une photo et les informations de contact de Chen avant sa retraite:
Numéros de téléphone: + 86-13841666988 (C), + 86-416-2963495 (O), + 86-416-2963559 (H)

Numéro de téléphone de l'épouse de Chen (nom indisponible): + 86-13309886289
Informations de contact de l'hôpital PLA n ° 205:
Wang Jia, président; Gao Zhongmin, vice-président
Opérateur: + 86-416-2963880
Département d’urologie: + 86-416-2963479


Voir également :
http://en.minghui.org/emh/articles/2006/6/19/74618.html Investigation Lead: Suspicion Surrounding 568 Kidney Transplants at the Military's 205 Hospital

http://en.minghui.org/html/articles/2012/4/5/132566.html CCP's Military No.1 in Performing Organ Transplants (Photos)

http://en.minghui.org/html/articles/2012/9/4/135275.html New Report on Organ Harvesting Announced by World Organization to Investigate the Persecution of Falun Gong (Photos)

http://en.minghui.org/html/articles/2012/12/2/136507.html Voice Recordings: Chen Rongshan, Transplantation Chief of PLA 205 Hospital, Investigated by WOIPFG

Version anglaise :
The Story Behind One Surgeon Who Performed 568 Kidney Transplants
Version chinoise :
锦州市205医院军医陈荣山遭恶报患肺癌

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.