Se débarrasser de l’influence du communisme dans les Beaux-Arts

Dans le domaine des beaux-arts, si tous les artistes pratiquant le Falun Dafa pouvaient s'améliorer et se perfectionner sur la base des principes du Falun Dafa, je pense que la profession artistique se redresserait progressivement.


Outre l'esthétique, il s'agit aussi d'aborder d'autres aspects, tels que l'influence du communisme sur les artistes en Chine et dans d'autres pays communistes ou post-communistes.


Style des Beaux-Arts

Avec une solide base d'éducation, les étudiants en beaux-arts ou les artistes en Chine peuvent produire des œuvres qui sont relativement réalistes, et sont souvent considérées comme précises. Mais ce n'est pas nécessairement vrai.


Nous avons trouvé de nombreux artistes en Chine, y compris des pratiquants de Dafa, qui tendent à ignorer l'influence du communisme dans le style et les techniques de leurs œuvres.


De tels problèmes peuvent être facilement identifiés dans la profession de l'art en dehors de Chine. Je sais que certains critiques ou professionnels de l'art dans la société occidentale peuvent dire si une peinture, une gouache ou un croquis provient d'un artiste chinois, même sans le nom de l'artiste ou la source de l'œuvre.


C'est pourquoi ils s'y réfèrent souvent comme au " goût de la Chine continentale". Ce style, originaire de l'Union soviétique, n'est pas bien accepté dans le monde de l'art occidental.


Lorsque l'on apprécie la peinture occidentale traditionnelle, il est essentiel de comprendre son contexte culturel et son héritage historique.


Par exemple, si un portrait est de style vénitien, les gens peuvent ressentir sa passion et sa gloire ; s'il date de la Renaissance tardive du Nord, on peut sentir l'influence de la Réforme protestante.


Quand le même portrait vient de Chine ou d'autres pays communistes, on peut sentir l'influence du communisme et sa répression des citoyens.


Au cours d'une campagne nationale menée par le communisme soviétique dans les années 1930, un grand nombre d'artistes ont été exilés ou emprisonnés parce que leurs œuvres n'étaient pas conformes au réalisme socialiste. Certains artistes qui ne se sont pas adaptés à la nouvelle politique ont même été exécutés dans le cadre des Grandes Purges de Staline.


Influence du Communisme

Pour quelqu'un qui connaît bien la peinture traditionnelle, il ou elle peut voir la lignée d'un artiste avec juste un aperçu de son travail. Par exemple, le style de l'école hollandaise ou le style espagnol est facilement reconnaissable dans de tels chefs-d'œuvre.


L'essence de l'œuvre d'art est définie par la technique et les caractéristiques de ce style. C'est-à-dire, sans certaines méthodes de cette école, telles que la composition, la lumière, la couleur, la matière et la technique, même une peinture réaliste est incapable de refléter ce goût particulier.


Par conséquent, bien que la peinture traditionnelle mette l'accent sur la précision, une œuvre d'art réaliste ne signifie pas nécessairement qu'elle est traditionnelle. Par exemple, même si quelqu'un peut dessiner une personne ou un arbre de façon très vivante, cela peut ne pas être une œuvre d'art traditionnelle.


Pour quelqu'un venant d'un pays communiste, il peut considérer le style du réalisme socialiste comme un art authentique.


Beaucoup de gens qui apprennent à peindre concentrent leur passion et leurs efforts sur l'amélioration de leurs compétences, et peuvent ne pas être intéressés par de telles théories. Un professeur d'art dans la Chine moderne, d'un autre côté, ne dirait pas à ses élèves que ce qu'il enseigne est un style communiste.


Mais dans l'histoire de l'art occidental, le réalisme socialiste est un terme pour décrire ce style - une littérature et un style artistique de l'époque soviétique qui aident à laver le cerveau d'une population avec l'idéologie communiste. Hérité du communisme chinois, le réalisme socialiste se manifeste à travers la théorie et la pratique, du débutant qui prend d'abord un crayon pour apprendre à dessiner jusqu'à l’artiste professionnel.


C'est ce qui a été enseigné dans les écoles d'art chinoises après l'arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois (PCC).


Parmi les soi-disant artistes promus par le communisme soviétique, certains ont produit des œuvres qui étaient assez réalistes. Par exemple, le coup de pinceau et le style de couleur de plusieurs des artistes favoris de Staline se retrouvent souvent chez les artistes figuratifs d'aujourd'hui en Chine.


Malheureusement, les œuvres d'art de certains pratiquants du Falun Dafa présentent aussi des traces de ces coups de pinceau et styles de couleurs. Mais c'est aussi compréhensible - après tout, la plupart d'entre eux dans la profession des beaux-arts ont appris ceci en Chine sous l'influence du communisme.


De toute évidence, il est noble que ces pratiquants veuillent valider Dafa en utilisant leurs compétences artistiques. Si nous pouvons éliminer complètement l'influence du spectre communiste en créant des œuvres d'art, le résultat sera encore meilleur.


Certaines tendances artistiques populaires en Chine sont en fait dérivées du communisme. En voici quelques exemples : préférer le carré au rond, préférer le désordre au vide, diviser l'espace en blocs à faces planes, afficher le coup de pinceau, un ton gris général et un dessin structurel.


Ce sont des dérivés de l'influence du communisme sur l'art et ils sont dégénérés.


Retourner à la tradition

Quelqu'un pourrait demander : comment peut-on dessiner ou peindre sans ces techniques ? Les professionnels pourraient même penser que nos œuvres d'art sont des œuvres d'amateurs.


En fait, c'est la viciosité du communisme - il vous fait sentir que vous ne pouvez pas vivre sans lui. Mais ce genre de style lié au communisme est en fait démoniaque.


Mais il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Pour apprendre l'art traditionnel, nous devons éliminer l'influence du communisme. Il ne s'agit toutefois pas de démolir nos aptitudes existantes.


Il s'agit plutôt d'un processus de retour à la tradition. En comparant les œuvres d'art des maîtres européens, on constate que les lignes nettes utilisées par les étudiants en art chinois pour commencer une esquisse sont influencées par le communisme.


Ces lignes de contour et de structure sont dérangeantes, et elles n'existaient pas dans les œuvres d'art classiques. Même tenir un crayon ne devrait pas être fixé de la même manière qu'un chef d'orchestre tenant la baguette.


Tête d'un apôtre, un dessin de Raphaël. Ce dessin est riche en lignes rondes et lisses, sans lignes de contour droites.


Certains artistes modernes étudient l'art figuratif. Mais au nom du "réalisme", ils se concentrent sur des sujets vulgaires qui détruisent la moralité.


Pour faire ressortir la grossièreté, le trait et la couleur dans leurs techniques sont également conçus de cette façon. C'est complètement différent des maîtres classiques qui, par des traits lisses, propres et invisibles, ainsi que par la couleur, dépeignent la divinité ou les saints.


En niant la divinité et l'essence traditionnelle, l'art sous influence communiste a adopté des changements et incorporé le style communiste à des fins politiques et de lavage de cerveau. De plus, la divinité n'est plus un sujet dans de nombreuses œuvres d'art.


La plupart des compétences en beaux-arts en Chine ont été introduites de l'Union soviétique dans les années 1950. Plusieurs générations se sont écoulées et beaucoup supposent qu'il s'agit de compétences authentiques.


Un exemple est la présentation en bloc des muscles et l'accent mis sur la structure musculaire du visage pour montrer une texture solide. Certains pensent que cela vient de la tradition du dessin à partir de moulages en plâtre de sculptures anciennes.


En réalité, les débuts de l'enseignement des beaux-arts en Occident n'exigeaient pas que les élèves dessinent des statues ou des têtes de plâtre. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que les élèves ont appris à dessiner des copies de statues déterrées de la Grèce antique et de Rome.


Le but était d'étudier le style ancien et d'apprendre l'art traditionnel, au lieu d'apprendre les bases du dessin. Dans de nombreuses œuvres d'art chinoises, la structure musculaire est souvent trop accentuée et certains passages lisses ont été transformés en cubes ou en blocs.


Même pour la couleur, les blocs de coups de pinceau sont clairement visibles. Ces techniques datent de l'époque où le matériel de propagande mettait en évidence le communisme, la révolution et un sens du pouvoir.


Pour revenir à la tradition, nous pouvons étudier les œuvres d'art réalisées à la Renaissance et 200 ans après. Après les avoir étudiées encore et encore, nous développerons progressivement l’esprit de la tradition.


Nous sommes d'accord qu'une œuvre d'art devrait être une présentation exacte et précise, mais c'est différent du réalisme, une école d'art qui a vu le jour dans les années 1800.


L'art classique se concentre sur la réalité conceptuelle, qui est liée à l'esprit, à la perspicacité et à l'expérience de l'artiste, et n'est pas nécessairement la même chose que la vie réelle. L'art doit aller au-delà de la vie de tous les jours et fournir une orientation droite.


Nous savons tous que si quelqu'un regarde toujours un contenu vulgaire, de mauvaises substances vont entrer dans son corps. Il n'y aura pas de contamination si l'on ne regarde que ce qui a un bon contenu.


Maître Li a dit :

    “ Parce qu’on pouvait étudier et comparer avec des choses antérieures, l’art occidental a donc mûri rapidement ; après la Renaissance, si Léonard de Vinci et d’autres artistes sont apparus, c’était aussi l’intention des divinités qu’ils guident les êtres humains vers une maturité dans l’art et leur disent comment accomplir ces œuvres, ce qui fait qu’à l’époque leurs œuvres ont eu une très grande influence sur l’humanité.” (“Enseignement de Fa au séminaire sur la création des beaux-arts”)


Beaux-Arts traditionnels

Plus spécifiquement, l'utilisation de la couleur dans la peinture à l'huile traditionnelle était basée sur l'observation et l'expérience, et a été réalisée grâce aux effets optiques de couches colorées et des techniques de glaçage.


En expliquant les couleurs transparentes, Léonard de Vinci écrivait : "Quand une couleur transparente est posée sur une autre de nature différente, elle produit une couleur mixte, différente de l'une ou l'autre des couleurs simples qui la composent".


De plus, Léonard de Vinci écrivait : "Pour ces couleurs qui doivent paraître belles, préparez un fond d'un blanc pur. Ceci n'est destiné qu'aux couleurs transparentes."


Lorsque l'on apprécie les peintures à l'huile classiques composées avec la technique de superposition de couches de couleurs, on trouve souvent la couleur si subtile et riche qu'elle est indescriptible. Par exemple, pour la peau d'un personnage dans une œuvre d'art classique, la zone semi-ombragée peut sembler un peu rougeâtre ou un peu verdâtre.


Cela parce qu'elle présente à la fois du vert et du rouge transparents, ainsi que d'autres couleurs transparentes, qui se combinent en un effet optique subtil, riche et au-delà des mots.


De nos jours, dans certaines écoles d'art, on dit aux élèves de ne pas bien mélanger les couleurs sur la palette afin que chaque touche puisse porter des couleurs inégales et variables.


L'intention est d'imiter la couleur riche mentionnée ci-dessus, mais cette méthode est essentiellement une pratique de la théorie de la séparation des couleurs de l'impressionnisme. Cette approche provoque non seulement l'instabilité de la couche de couleur, mais produit également un effet de blocs de couleur fragmentés, comme on le voit dans les œuvres d'art de la Chine ou de l'Union soviétique.


Dans les œuvres classiques de Raphaël, par contre, "la lumière intérieure" était produite à partir de la couche de teinte inférieure avec l'effet optique du glacis multicouche transparent. C'est radicalement différent de la couleur pigmentaire opaque directement mélangée sur la palette.

La Madonna della seggiola par Raphael


Après avoir compris les deux modes de peinture de Chiaroscuro et de Sfumato, Raphaël a appliqué l'Unione, un moyen efficace pour unifier harmonieusement formes et couleurs.


Au sujet du trait, Léonard de Vinci a écrit : "....veillez à ce que les ombres et les lumières soient unies, ou perdues l'une dans l'autre ; sans traits durs, ni lignes : comme la fumée se perd dans l'air, de même vos lumières et ombres doivent passer de l'une à l'autre, sans aucune séparation apparente."


Il a dit aussi que si les artistes appliquaient des traits lourds et grossiers pour un portrait de tête, ce serait se leurrer. Jean-Auguste-Dominique Ingres, peintre néoclassique français, a également enseigné que les gens ne devraient voir que le résultat sur la toile, et non les méthodes employées comme les coups de pinceau.


S'agissant des formes, il a également parlé d'éviter les contours carrés ou angulaires, afin de créer de belles formes. C'est-à-dire que cela devrait être rond et lisse, sans détails saillant de l'intérieur.


Un tel concept de préférer le rond au carré est conforme à la culture traditionnelle chinoise. En raison de la connexion divine, les objets dans ce monde humain devraient suivre le divin - qui est, doux, lisse et harmonieux.


Parce que tout, y compris les êtres humains, vient du divin, ce n'est qu'en suivant la connexion divine que nous pouvons parvenir à l'harmonie du ciel et de la terre ainsi que retourner au divin.


Résumé

Cet article n'a couvert que brièvement plusieurs sujets. La précision que nous décrivons ici est différente du réalisme dont parlent la plupart des gens aujourd'hui. Les pratiquants du Falun Dafa travaillant dans le domaine des beaux-arts à l'étranger en ont également parlé.


L'art a deux composantes principales : la forme et la connexion. La forme fait référence aux méthodes de conception et d'expression d'une œuvre d'art pour transmettre un message ou une idée.


Le message peut être divin, humain, démoniaque ou peu clair. Ces contenus intrinsèques travaillent avec d'autres éléments du même genre, servant de pont pour se connecter au divin ou à l'enfer.


La connexion fonctionne par la forme - y compris la composition, le motif, le thème et d'autres aspects - pour atteindre les spectateurs. Il existe donc un lien entre le spectateur et l'œuvre d'art, puis vers le divin, l'humain ou le démoniaque.


Ce lien continue de s'étendre au-delà de cette dimension physique. C'est ce que porte une œuvre d'art.
Une œuvre d'art excellente et droite est assimilée au champ d'énergie positive, et elle pourrait être renforcée par le divin. De même, les œuvres d'art vulgaires peuvent se connecter au démoniaque.


La création artistique ne dépend pas seulement de compétences exceptionnelles, mais elle reflète aussi directement l'esprit et la spiritualité de l'artiste. Pour les artistes pratiquants du Falun Dafa, l'abandon de l'influence de la culture du Parti aidera nos œuvres d'art à devenir plus pures, plus compatissantes et plus belles, ayant ainsi un effet plus positif et parfait sur les gens.

Voir aussi en chinois :
文艺复兴四大经典绘画风格与技法(图)揭秘美术基本功训练(上)揭秘美术基本功训练(下)


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.