Les pratiquants de Falun Gong soumettront la liste des auteurs de violation des droits de l’homme aux services de l'immigration des É.-U.

Les Services de l'immigration et de l'application des règles douanières des États-Unis (ICE) ont récemment arrêté 39 fugitifs violateurs avérés des droits de l'homme et vivant actuellement aux États-Unis. Connue sous le nom de ' No Safe Haven' (Aucun refuge sûr), a été menée en collaboration avec 12 bureaux locaux de l'ICE, dont New York, San Francisco, Atlanta, Los Angeles et autres. Les 39 personnes, dont quatre de Chine impliquées dans des avortements forcés et des stérilisations contre des victimes, seront rapatriées dans leur pays d'origine.


Une annonce de Minghui.org publiée plus tôt cette année appelait à fournir des informations sur ceux impliqués dans la persécution du Falun Gong afin d'empêcher leur entrée aux États-Unis. En réponse à cet appel à agir, nous, un groupe de pratiquants de Falun Gong aux États-Unis, avons soumis en juillet une liste de contrevenants au Département d'État américain.


Compte tenu de la récente opération 'No Safe Haven' du Service de l'immigration, nous demandons par la présente à ceux qui ont connaissance de la persécution du Falun Gong de recueillir des informations sur les individus qui ont traité violemment des pratiquants de Falun Gong à l'intérieur et à l'extérieur de Chine et qui sont déjà entrés aux États-Unis. Ces individus peuvent inclure des immigrants légaux et illégaux, ainsi que les personnes en possession d'un visa de visiteur.


Nous espérons que nos compagnons de cultivation et les non-pratiquants sachant quoi que ce soit au sujet de ces criminels les dénonceront. Nous soumettrons ensuite une liste de noms à l'ICE pour que l'agence prenne les mesures appropriées.

L'initiative du HRVWCC et No Safe Haven

Depuis déjà longtemps, le gouvernement américain a pris de nombreuses sanctions, y compris l'expulsion, contre les auteurs de violations des droits de l'homme qui ont commis des crimes contre l'humanité. Les gardiens des camps de concentration et d'autres criminels nazis ont été déportés même des décennies après la fin de la Seconde Guerre mondiale.


Selon les principes fondateurs des États-Unis, tout violateur des droits de l'homme qui a commis des crimes contre l'humanité, où que ce soit dans le monde, et qui tente d'échapper à la punition en restant aux États-Unis n'échappera pas à sa responsabilité pour ses crimes. Le 'Human Rights Violators and War Crimes Center (HRVWCC)' a été créé en 2008 pour enquêter sur ces personnes vivant aux États-Unis, afin d'empêcher les États-Unis de devenir un refuge pour les auteurs de violations des droits de l'homme.


Selon le site Internet de l'ICE, HRVWCC mène des enquêtes axées sur les violations des droits de l'homme dans les domaines suivants :

Persécution
Crimes de guerre
Génocide
Torture
Exécutions extrajudiciaires
Violations graves de la liberté religieuse
et autres


En expliquant la fonction des 'Homeland Security Investigations (HSI)' et la mission de 'No Safe Haven', le site Internet de l'ICE déclare : " Ils [ces individus] peuvent être d'anciens fonctionnaires de régimes qui sont ou étaient potentiellement hostiles à notre nation et à ses intérêts, ce qui en fait non seulement des violateurs des droits de l'homme, mais également des menaces pour la sécurité nationale. L'initiative No Safe Haven de HSI cible ces individus. "


La première opération "No Safe Haven " a eu lieu en 2014, et les récentes arrestations des 39 fugitifs sus-mentionnés étaient la cinquième, également appelée opération "No Safe Haven V ". Cette opération comprend l'arrestation, la condamnation et la déportation des criminels de guerre et des auteurs de violations des droits de l'homme.


Les sanctions contre les auteurs de violations des droits de l'homme, y compris ceux de Chine, se sont intensifiées ces dernières années, depuis la législation jusqu'à l'application de la loi. Le HRVWCC collabore également avec les tribunaux internationaux, les organismes étrangers d'application de la loi et Interpol pour identifier et localiser les auteurs d'infractions. Les organisations non gouvernementales (ONG) ont joué un rôle essentiel dans la recherche de témoins. En expliquant comment poursuivre les auteurs de violations des droits de l'homme au moyen de mesures légales, un agent du gouvernement américain a dit à un certain nombre de groupes persécutés, dont les pratiquants de Falun Gong, que leur aide est nécessaire, en particulier pour fournir des pistes d'enquête.


Recueillir de l'information

Nous demandons des renseignements sur les personnes qui vivent actuellement aux États-Unis et qui ont participé à la persécution du Falun Gong, que les actes d'agression aient été commis en Chine ou dans d'autres pays (surtout aux États-Unis). Nous nous concentrons sur les contrevenants ayant causé de graves préjudices. Une liste de noms sera soumise aux services de l'immigration des États-Unis, qui pourront alors prendre les mesures qui s'imposent en vertu de la loi.


Pour ceux qui résident actuellement aux États-Unis et qui ont commis des violations des droits de l'homme en Chine, les renseignements à recueillir comprennent (sans toutefois s'y limiter) :

La nature du crime, qu'il s'agisse de torture, de coups, de décharges électriques ou d'assassinats (aussi bien pour ceux qui ont donné les ordres que pour ceux qui les ont exécutés) de pratiquants de Falun Gong.


L'agence où ils opéraient : le système judiciaire (police, parquet), y compris les tribunaux impliqués dans l'emprisonnement des pratiquants et les détentions dans les camps de travail qui ont entraîné la torture et la mort.


Renseignements sur les personnes qui ont fourni aux autorités chinoises des renseignements qui ont causé l'arrestation, la torture et la mort des pratiquants. Il peut s'agir de responsables du lieu de travail des pratiquants, de collègues, de camarades de classe, de voisins et de membres du public.
Pour ceux qui résident actuellement aux États-Unis avec des crimes commis à l'extérieur de la Chine (y compris aux États-Unis), les renseignements demandés comprennent, sans toutefois s'y limiter, ce qui suit :

Les actes d'humiliation, y compris les insultes verbales, frapper les pratiquants de Falun Gong ou la saisie ou le dommage aux effets personnels dans des lieux tels que des sites touristiques.
Les actes d'humiliation et de violence verbale à l'égard des pratiquants de Falun Gong dans les lieux où Shen Yun se produisait.


L'information peut être envoyée par courriel à l'adresse suivante : ReportFugitive@minghui.org ou ERenBang@minghui.org avec le sujet répertorié comme " No Safe Haven ". On peut aussi le signaler sur le site Internet de l'ICE à l'adresse : https://www.ice.gov/webform/hsi-tip-form

Les renseignements personnels des auteurs devraient comprendre, dans la mesure du possible, ce qui suit :

Nom (nom en chinois et en pinyin, ainsi que le nom anglais sur le passeport, si disponible)
Genre
Date de naissance (ou âge approximatif)
Photo récente
Ancien lieu de travail et titre en Chine
Ville et État de résidence aux États-Unis
Description des violations des droits de l'homme


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.