Le resserrement du contrôle des visas américains dissuade les auteurs d'actes de persécution à l'encontre du Falun Gong en Chine

Le département d'État américain a récemment resserré son processus d'approbation des visas. Ceux qui ont commis des violations des droits de l'homme peuvent se voir refuser un visa, qu'il s'agisse d'immigration ou de non-immigration, et même les personnes qui ont obtenu la résidence permanente (carte verte) peuvent se voir refuser l'entrée.


Tout en expliquant les diverses lois relatives à l'inéligibilité des visas, un fonctionnaire du Département d'État américain a mentionné qu'une partie du contrôle s'appliquait également aux conjoints et aux enfants des auteurs de ces actes.


Minghui.org a récemment publié un avis demandant aux pratiquants de Falun Gong de recueillir des informations sur les responsables, les membres de leur famille et leurs biens, afin de localiser et vérifier leur identité. En juillet 2019, les pratiquants de Falun Gong aux États-Unis ont soumis une liste d'auteurs de ces actes au département d'État, qui a promis de prendre des mesures dans les cas soumis.


Après que la nouvelle se soit répandue en Chine continentale, de nombreux responsables gouvernementaux et policiers impliqués dans la persécution du Falun Gong se sont inquiétés de l'éligibilité de leur futur visa ainsi que de celui des membres de leur famille. Certains ont choisi d'arrêter de persécuter les adeptes du Falun Gong.


Libération de pratiquantes

Des pratiquants d'une ville de la province du Heilongjiang ont distribué des dépliants dans toute la ville avec des informations sur le resserrement des visas et la notice de Minghui. En voyant les imprimés, les agents de la police municipale et du bureau 610 ont libéré quatre pratiquantes après seulement quinze jours de détention (dans le passé, elles auraient été détenues beaucoup plus longtemps). La police a également restitué tous leurs effets personnels confisqués.


"Je ne vous ai pas maltraitée, n'est-ce pas ?" a demandé un policier à l'une des pratiquantes, "S'il vous plaît ne me mettez pas sur la liste ; sinon, mon enfant ne pourra pas aller aux États-Unis dans le futur."


Province du Shandong : des pratiquants libérés le lendemain

Lorsque deux pratiquants de la ville de Shouguang, dans la province de Shandong, se sont rendus dans une autre ville pour parler du Falun Gong aux gens, ils ont été arrêtés par la police. Parmi les documents confisqués à l'un d'eux il y avait plus de 10 exemplaires de livres et de dépliants du Falun Gong concernant le renforcement par le gouvernement des États-Unis de la procédure d'approbation des visas pour les transgresseurs des droits humains.


Les deux pratiquants ont expliqué à la police que persécuter des pratiquants de Falun Gong innocents était illégal. Certains agents ont dit qu'ils comprenaient, tandis qu'un autre a spécifiquement mentionné les dépliants au sujet de l'approbation des visas.


Les deux pratiquants ont été relâchés et sont rentrés chez eux le lendemain. Leur moto leur a également été rendue.


Un chef de police préoccupé

De nombreux responsables ont participé à la persécution du Falun Gong à des fins personnelles et prévoient de transférer leurs biens et d'émigrer ultérieurement à l'étranger pour leur sécurité. Les mesures prises récemment par le département d'État américain les ont inquiétés et certains se demandent ce qu'il faut faire.


Un chef de police a fait part à un pratiquant de son inquiétude, craignant que ses enfants ne puissent pas se rendre aux États-Unis en raison de son implication dans la persécution du Falun Gong.


Libération d'un pratiquant malgré les pressions exercées par le bureau 610

Après qu'un pratiquant ait été arrêté fin juin, il a été interrogé au poste de police local. Il a évoqué l'avis de Minghui et a demandé à l'agent chargé de l'interrogatoire s'il avait entendu parler de la position du gouvernement américain à l'égard des auteurs de violations des droits humains.


Le pratiquant a exhorté le policier à cesser de suivre aveuglément le Parti communiste chinois (PCC) dans sa persécution du Falun Gong. L'agent a dit qu'il était déjà au courant de la question du contrôle des visas et il a assoupli son attitude envers le pratiquant.


Un autre pratiquant local a appelé le chef de la police pour demander la libération inconditionnelle du pratiquant détenu. Le chef a reconnu que lui et ses agents étaient déjà au courant des nouvelles initiatives du département d'État américain. Il a libéré le premier pratiquant le lendemain, malgré les pressions exercées par le Bureau 610 pour le maintenir en détention.


De hauts responsables sentent monter la température

Un haut responsable à Pékin a déclaré que de nombreux responsables à différents niveaux du système du PCC ont entendu parler de l'avis Minghui et sont devenus pessimistes quant à l'avenir du Parti. Certains organismes gouvernementaux ont retiré les photographies et les coordonnées des fonctionnaires de leurs sites Web ou de leurs bulletins électroniques.


Voir également en chinois
http://www.minghui.org/mh/articles/2019/7/26/让通告发挥出应有的作用-390553.html>让通告发挥出应有的作用


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.