À la recherche du vrai soi, 7e partie : Naviguer autour de l'envie

 
"Ulysse (Odysseus) et les sirènes ", 1891, de John William Waterhouse, montre le guerrier-roi grec lié au mât de son navire alors que l’appellent le chant des sirènes. (Domaine public)


Nous avons vu Ulysse lutter avec ce qu'on pourrait appeler la léthargie du corps, sur l'île des Mangeurs de Lotus, le type Neuf ; puis au type Huit, la rage ou la convoitise du corps pour la puissance pure, avec le Cyclope. Puis, au Sept, l'esprit devient plus important que le corps, comme l'imagine l'optimiste Sept, qui aspire à un avenir illimité et beau. Au type Six, cependant, cela vire à la paranoïa mentale, à la méfiance et à la peur ; et au Cinq, il y a un autre problème mental dans la mesure où le type Cinq ne peut jamais en savoir assez, et peut finir par accumuler avaricieusement la connaissance.


Alors qu'Ulysse continue son voyage de retour - à la recherche de son âme véritable - et dirigé par les instructions très précises données par son amante, la déesse Circé, il doit s'éloigner de ce qui est dans l'esprit pour aborder ce qui est dans le cœur, dans le plus profond de son âme.


Le psychologue américain James Hollis a observé : "Nous avons tous le fantasme d'arriver à un plateau sans conflit ou à un vallon ensoleillé sans lutte, sans l’exigence d'une prise de conscience accrue, sans être entraînés plus profondément et plus loin que jusque là où nous souhaitons voyager. Il est intéressant de noter qu'un tel endroit existe, c'est la Mort."


Puis, comme il ne sera pas facile de rentrer à la maison et de trouver notre âme véritable, nous devons aller plus profondément en nous-mêmes que nous ne l'avons jamais vraiment voulu. C'est ainsi qu'Ulysse doit maintenant visiter l'Hadès, ou l'enfer, et aussi rencontrer les Sirènes.


Pour résumer ce qu'est le type Quatre : Les Quatres se perçoivent comme "je suis différent", et leur désir est d'être unique ou une personne originale ; leur péché mortel est l'envie. C'est parce qu'ils ne peuvent s'empêcher de regarder les autres, de se comparer et de ne pas se sentir à la hauteur : d'où l'importance accordée à l'authenticité et à l'originalité pour compenser les déficiences comparatives.


Les Quatres sont souvent considérés comme des types artistiques. À leur meilleur, les Quatres sont sensibles, esthétiques et profonds ; au pire, ils ont tendance à être dépressifs, égocentriques et méchants.


Ulysse dans l'Hadès

Ulysse suit les instructions de Circé jusqu'à ce qu'il atteigne la terre des Cimmériens, qui est une "limite extérieure", un lieu où le "soleil n'apporte jamais la lumière" et où "une nuit mortelle sans fin plane sur ces hommes misérables".


C'est ici, à juste titre, qu'il doit rencontrer Hadès. D'abord, il creuse une tranchée, c'est vital. La tranchée représente une limite qui peut le protéger, lui et ses hommes, d'être submergés par les morts.


Puis, dans la tranchée, il verse des offrandes aux morts et fait des vœux de les honorer à son retour à Ithaque. Enfin, des moutons sacrificiels sont massacrés et les dieux sont priés, en particulier le dieu de la mort et sa femme, la reine de l'enfer, la "redoutable Perséphone ".


Le sang attire les morts, d'immenses armées d'entre eux, surgissant à mesure que le sang coule, à tel point qu'Ulysse déclare : "La terreur blanchissante m'a saisi. Mais il a tiré son "épée tranchante", et, la tenant entre le sang et les fantômes, il les empêche de le boire. Il peut contrôler qui parle par son épée.


Rencontrer ceux qui envient

Ce qui est important ici, c'est de comprendre qu'avec le type quatre, les émotions peuvent être accablantes et extrêmement dramatiques. La tranchée est vitale - une frontière et l'établissement de limites - si l'on ne veut pas être dépassé par l'intensité émotionnelle du type Quatre. Nous voulons dire, non seulement en rencontrant les Quatre, mais aussi en étant un Quatre. Les Quatres peuvent facilement se submerger, surtout avec des pensées sombres et négatives. Souvenez-vous, nous sommes dans un pays où le soleil ne brille pas.


Il est intéressant de noter que la première personne à qui Ulysse parle n'est pas celle à qui il veut et doit parler, Tirésias, mais son membre d'équipage récemment décédé, Elpenor, qui est mort sur l'île de Circé en se soûlant inconsidérément.

 
Jarre (pelike) avec Ulysse et Elpénor dans le monde souterrain. Musée des Beaux-Arts, Boston. (Domaine public)


Elpénor commence par ce qui devient la litanie du type Quatre : une plainte : Il n'est pas enterré et ses obsèques n'ont pas été exécutées ; Ces choses doivent être faites, ce qu'Ulysse reconnaît en toute franchise.


Deux choses sont intéressantes ici : Tout d'abord, les rituels nous protègent, d'une certaine façon, des négativités émotionnelles. (Nous nous concentrons sur quelque chose tandis que nous la faisons, et nous ne sommes plus focalisés sur nos propres états d'âme.) Et deuxièmement, Elpénor, comme tous les morts qu'Ulysse rencontre, est coincé dans le passé, coincé avec sa plainte, et un "dieu en colère" est responsable de son dilemme.


C'est typique des Quatres. Ils se préoccupent beaucoup du passé et de qui d'autre est à blâmer pour leur situation - les dieux, la chance, les femmes, le vin, etc. Nous apprenons plus tard que les esprits qui parlent avec Ulysse parlent tous de "la douleur qui les touche le plus".

 
"L'ombre de Tirésias apparaissant à Ulysse pendant le sacrifice", vers 1780-85, par Johann Heinrich Füssli. (Domaine public)


En effet, Ulysse lui-même alors qu'il est en enfer est décrit (par Tirésias, le voyant) non pas comme l'homme aux nombreux rebondissements, mais comme "l'homme de douleur". Car c'est ce que les Quatres expérimentent dans leurs voyages quotidiens : Le sentiment insupportable qu'ils ne sont pas reconnus pour ce qu'ils sont de manière unique, et le sentiment subséquent que la vie est injuste.


Une certaine injustice au niveau de la racine leur est venue à l'esprit, et ils sont incapables de passer à autre chose. L'auteur Michael J. Goldberg l’énonce ainsi : Hadès est le lieu du "si seulement" et du "qui aurait pu être", et il rend ses habitants enclins à ce vice : "Hadès est le lieu de l'envie des vivants."


Traiter avec les Quatres

Après avoir promis à Elpénor que ses rites funéraires seraient célébrés, Ulysse s'entretient avec "l'ombre géniale" de Tirésias, le "grand prophète aveugle dont l'esprit reste imperturbable".


Il vaut la peine de garder à l'esprit ici, bien qu'Homère n'y fasse pas allusion (probablement parce que tout le monde en Grèce l’aurait su, telle était la renommée de Tirésias), que Tirésias a vécu sa vie mortelle comme un homme et comme une femme. Il serait trop long de s'y attarder maintenant, mais songez à ce que Circé a dit à son sujet : " son esprit reste inébranlable ". En d'autres termes, il est équilibré, et c'est peut-être ce balayage androgyne homme-femme de son existence physique qui stabilise sa pensée, même s'il est en enfer.


L'esprit inébranlable de Tirésias peut offrir sagesse et perspicacité. Ce genre de perspicacité - du plus profond de notre être - est réelle. Tirésias lui dit comment il peut rentrer chez lui - retrouver son âme - et lui donne aussi un conseil apparemment énigmatique sur la façon d'en finir avec la malédiction que Poséidon lui a infligée.


D'abord, on dit à Ulysse que pour qu'il réussisse, lui et ses hommes doivent " endiguer leur désir sauvage ". Deuxièmement, une fois rentré chez lui, Ulysse doit se rendre dans un pays où les gens ne connaissent "rien de la mer" et y faire son offrande à Poséidon. C'est très significatif, car comme nous le savons, la mer représente la turbulence des émotions et des forces subconscientes. Les types Quatre, alors, doivent aller à un endroit où ils sont au-delà de leur propre morbidité émotionnelle et de leurs envies.


Ce conseil, bien sûr, est plus facile à entendre qu'à suivre, et en effet très vite après avoir quitté l'Hadès l'équipage ne parvient pas à "freiner ses désirs sauvages" , cela avec des conséquences fatales.


Mais il reste encore une épreuve au type Quatre à laquelle Ulysse doit faire face, une sorte d'extension du voyage vers l'Hadès : à savoir, faire face aux Sirènes. Cependant, Circé, vers qui ils retournent pour rafraîchir et enterrer cérémonieusement Elpénor, donne des conseils salutaires ; le type Cinq, en quelque sorte, favorise le type Quatre.


Suivant ses instructions, Ulysse fait remplir les oreilles de son équipage de cire, tandis qu'il est attaché au mât par des cordes inamovibles ; ainsi, ils voguent en dépassant les Sirènes. Mais Ulysse peut entendre leur chant. Et quel chant !


 
Ulysse et les Sirènes, une mosaïque romaine. Musée national du Bardo. (Domaine public)


Comme le dit Goldberg : La chanson est "Je ressens ta douleur." Une douce, douce chanson, elle vous " attire ", vous réconforte avec tout ce que vous avez traversé, et vous offre leur consolation. Comme c'est séduisant ! Comme une chanteuse de blues avec une voix merveilleuse dans une boîte de nuit sombre (peut-être "Killing Me Softly With His Song" de Roberta Flack), où vous entendez enfin quelqu'un qui vous comprend.


Qui ne serait pas séduit ? L'essentiel est que le Quatre écoute - comme Ulysse le fait - mais qu'il n'agisse pas, qu'il ne soit pas attiré vers leur "terre", parce que faire cela, c'est faire naufrage et se perdre complètement.


Goldberg fait l'observation profonde que si nous nous laissons consumer (sur notre chemin du retour) par notre propre douleur unique et commençons à explorer à quel point elle est triste et belle (à travers, comme il le dit, "des thérapies et des explorations sans fin et pour que les autres comprennent") alors, nous sommes perdus. Nous devons aller de l'avant de manière décisive et dépasser les épaves émotionnelles de notre propre histoire personnelle, de peur que nous nous enlisions dans le passé, coincés dans l'Hadès, en fait.


Ce que nous apprenons d'un type Quatre

De façon critique, alors que nous contemplons Ulysse au type Quatre, nous apprenons que nous avons d'abord besoin de limites (la tranchée, les cordes) pour traiter avec le type Quatre, et que le type Quatre lui-même doit créer ses limites pour lui-même.


Nous apprenons aussi que nous devons écouter les histoires des personnages et des parties incomplètes de nous-mêmes qui réclament de l'attention, mais en même temps faire la paix avec elles, les rejeter et avancer.


Enfin, nous ne devons jamais abandonner. C'est une vérité surtout pour le type Quatre, car la caractéristique essentielle du fait d'être en enfer est le désespoir qui provient de l'envie des vivants. Les quatre sont sensibles au désespoir, et donc la détermination de ne jamais abandonner- de trouver une façon de contourner les obstacles pour rentrer chez soi - est vitale.


C'est ainsi qu'Ulysse navigue pour affronter ce que l'on dit parfois être le type de personnalité le plus typique des Américains : le type Trois, où l'on rencontre Scylla et Charybde et l'île du dieu-soleil.


Dans cette série en plusieurs parties, " À la recherche du vrai soi ", nous discuterons de neuf types de personnalités, de leurs défauts, et montrerons comment Ulysse, à travers ses aventures, les a surmontées pour retrouver son chemin du retour.

James Sale est un homme d'affaires anglais et le créateur de Motivational Maps, qui opère dans 14 pays. Il est l'auteur de plus de 40 livres de grands éditeurs internationaux, dont Macmillan, Pearson et Routledge, sur la gestion, l'éducation et la poésie. En tant que poète, il a remporté le premier prix du concours 2017 de la Société des poètes classiques. James se produira à New York le 17 juin 2019 à Bryant Park et au Princeton Club pour des conférences et des lectures de poésie pour The Society of Classical Poets. Pour rencontrer James et pour plus d'informations, rendez-vous à http://bit.ly/Poetry_and_Culture

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.