À la recherche du vrai soi, 4e partie : Naviguer à travers l'attrait du toujours-nouveau

 
" Éole donnant les vents à Ulysse ", par Isaac Moillon (1614-1673). Conception d'une tapisserie. Musée de Tessé. (PD-US expiré)


Imaginez un monde de festins et de beuveries perpétuels, où l'on est au-dessus des soucis ordinaires et quotidiens de la plupart des êtres humains, et où l'on peut contempler et apprécier sans fin chaque idée nouvelle et intéressante et chaque bribe d'information - un endroit où, effectivement, les vents puissants des grandes idées sont susceptibles de vous propulser vers le succès où que vous vouliez aller. Tel est l'endroit appelé Éole, où Ulysse et son équipage débarquent ensuite. Assurément bien différent du pays des Cyclopes !


Nous avons remarqué dans les parties 2 et 3 de cette série, comment Ulysse, en essayant de retourner à Ithaque pour être avec sa femme (un voyage à la recherche de sa propre âme), a rencontré deux types très différents de défis ou de désordres de la personnalité : le péché mortel de la Paresse, tel que représenté par les mangeurs de lotus, et le péché mortel du Désir (de puissance), comme exemplifié par le cyclope.


Ces types de personnalité, Huit et Neuf sur la typologie de l'Ennéagramme, dont nous avons discuté dans la 1ère Partie, ont en eux un défaut central, qui pour être surmonté nécessite des actions spécifiques et différentes.


Il n'est donc pas surprenant que tandis qu'Ulysse s'échappe de l'île du Cyclope, son prochain défi pour rencontrer le type de personnalité Sept soit une fois de plus différent, et exige encore plus d'ingéniosité et de ressources.


Pour rappel, les sept sont des personnes joyeuses, optimistes et souvent inspirantes, qui recherchent les expériences positives et se propulsent toujours de l'avant en quête de la prochaine. Mais leur péché mortel est la Gourmandise, ou l'excès, et à leur pire, ils peuvent être irresponsables et superficiels.


L'île d'Éole

 
Gravure tirée du "Concours des Saisons", représentant le Rocher d'Éole, 1652, de Stefano della Bella. Legs de Phyllis Massar, 2011, The Metropolitan Museum of Art. (Domaine public)


De l'île des Cyclopes, Ulysse et son équipage arrivent sur l'île Éolienne. Eole, le roi, est "aimé des dieux qui ne meurent jamais." Son île, avec ses immenses remparts de " bronze indestructible " sur des falaises rocheuses qui s'élèvent de la mer vers le ciel, est une " grande île flottante ". Son emplacement n'est donc pas fixe, car elle flotte partout où son roi souhaite qu’elle aille.


Pourtant, elle est tout de même impressionnante et apparemment indestructible. Elle peut se manœuvrer toute seule parce que Zeus lui-même a donné au roi le contrôle de tous les vents.


Éole a eu six fils et six filles, et les filles ont été mariées à ses fils, lesquels avec lui et sa femme, festoyaient continuellement : "Toute la journée, les couloirs exhalent des saveurs de viande rôtie", et on y entend le "faible gémissement des tuyaux de succion".


Le monde des Sept est en effet une sorte de paradis perpétuel avec une harmonie et une complétude, à la totale différence de l'île des Cyclopes.


De plus, contrairement aux Cyclopes qui sont isolés et hostiles, Éole est curieux, généreux et ouvert. Il a hâte de divertir Ulysse, d'entendre son histoire et de l'aider.


Qu'est-ce qui ne va pas avec tout ça ? Pourquoi est-ce un problème, et en quoi cela affecte-t-il négativement Ulysse ? Tout d'abord, nous pourrions être un peu surpris par la nature incestueuse des six fils qui épousent les six filles : un inceste qui suggère un système fermé, qui ne permet à aucun étranger de vraiment interférer ou de perturber leurs réjouissances.


On pourrait aussi penser qu'après qu'Ulysse ait échappé au Cyclope, le monstre prie son père, le dieu de la mer Poséidon. La prière met notre héros en désaccord avec l'élément eau, ou d'une certaine manière avec le subconscient et ses émotions et toutes leurs turbulences qu'Ulysse doit surmonter - en fait, que chacun de nous doit surmonter dans sa propre vie.


Mais à présent, Ulysse rencontre le vent, l'élément air, complètement différent de l'eau. L'air représente invariablement l'esprit, l'intellect, et alors qu’il pourrait plaire à Ulysse, l'homme pensant de nombreux stratagèmes, il est (contrairement à l'eau, qui est fixée dans son subconscient profond) fluide, variable et finalement sans racines.


L'esprit, la raison elle-même, ne peut pas s'établir : C'est un acte de foi que la raison soit raisonnable ! D'où l'île flottante, sans racines, qui se déplace au gré des vents.


 
Une gravure de la caverne d'Éole, une grotte où les dieux du vent soufflent de chaque côté d'Éole, qui est assis au centre et trône. Décor d'après "Il Pomo D'Oro", 1668, par Mathäus Küsel. Harris Brisbane Dick Fund, 1953, The Metropolitan Museum of Art. (Domaine public)

Un gourmand de nouvelles idées et expériences

Le péché mortel du type Sept est la Gourmandise. Nous le voyons dans le festin perpétuel, mais nous avons besoin de comprendre ce festin métaphoriquement, aussi bien que littéralement : C'est une gourmandise d'expériences, d'idées, de visions d'un avenir idéal, paradisiaques et de nature infinie.


Bref, le Sept est l'éternel optimiste : l'intellectuel léger, spirituel, sophistiqué qui aime tout simplement, non, qui dévore chaque nouvelle idée, chaque nouvelle expérience, et qui a une solution pour tout. Cela vous semble familier dans le monde high-tech d'aujourd'hui ?


Et Éole, qui avec les siens "se régale pour toujours", apprécie Ulysse. Il l'héberge pendant un mois entier, puis quand Ulysse est sur le point de partir, il lui offre un cadeau - la solution au problème d'Ulysse - un sac magique (la technologie ?), qui contient en lui tous les vents hurlants du monde.

 
Gravure d'Éole donnant à Ulysse le sac de vents, aux alentours de 1632, par Theodor van Thulden. De "The Labors of Ulysses", Fondation Achenbach pour les arts graphiques, Fine Arts Museums of San Francisco. (Domaine public)


Ne retenant avec lui que le vent d'Ouest, Éole donne à Ulysse le pouvoir de ne pas dévier de son cap et, ainsi, d'avoir une route facile pour rentrer chez lui.


Mais remarquez les mots "route facile", qui devraient nous avertir parce qu'ils sont analogues aux avertissements que nous entendons de Wall Street : Si un investissement semble trop beau pour être vrai, alors il est probablement trop beau pour être vrai !


Mais ça a l'air de marcher. Il ne leur faut que neuf jours de navigation pour presque achever leur voyage. Et notez ce nombre Neuf : Ulysse a apparemment complété toute la typologie des neuf types de l’Ennéagramme, mais sans avoir réellement expérimenté ce que six d'entre eux sont réellement. C'est un raccourci, en d'autres termes.


Ainsi, le 10e jour, au-delà des neuf types, l'équipage semble avoir atteint un nouvel état d'être possible ; il aperçoit Ithaque, et peut même voir des "hommes allumant des feux". L'âme est pratiquement à la maison et au sec.


Il est intéressant de noter que l'élément vent les a aidés à aller aussi loin, mais maintenant des traces de feu apparaissent. Le feu représente souvent la naissance d’un nouvel être, comme dans le Phénix qui renaît des cendres brûlantes. Le Grec Héraclite imaginait le cosmos comme étant principalement composé d'un "éther ardent" et l'âme constituée de la même façon.


Ulysse est si proche d'être réuni avec sa femme, Pénélope, son âme véritable, et donc de devenir intégré, et un homme "nouveau". Si près du but.


Ulysse en tant que Sept

Mais, Ulysse est aussi fatigué ; il a travaillé étonnamment dur. Il s'endort. La fatigue est la cause de son sommeil, ou peut-être plus exactement, de son épuisement complet. Mais une partie de cette lassitude n'est pas seulement due aux efforts qu'il a fournis, mais aussi au fait qu'il n' a " pas de répit, ne faisant jamais confiance à tout autre compagnon. "


C'est une forme d’ergomanie. Ulysse , en suivant le conseil d'Éole, a assumé les caractéristiques des Sept, les mauvaises. L'esprit conduit le corps, mais les émotions ne sont plus synchronisées ; c'est un signe infaillible de désintégration imminente. C'est vraiment un Sept au bout du rouleau : Il s'est appuyé sur de grandes idées et sur sa propre ingéniosité, à l'exclusion de tout le reste et de tous les autres, et cela prouve sa défaite.


L'esprit ne peut nous amener que jusque-là, car si les sources émotionnelles dont nous tirons notre énergie sont épuisées, nous sommes condamnés à l'échec.


Ainsi, alors qu'il dort, la gourmandise réapparaît d'elle-même. Ses hommes, ou " membres " de l'équipage, se mettent à penser qu'Ulysse leur cache un trésor dans le sac magique qui contrôle - retient - les vents contraires. Dès qu'ils l'ouvrent- whoosh ! - un violent orage éclate, qui les ramène jusqu'en Eolie. En d'autres termes, ils n'ont rien accompli.

 
Les vents se sont échappés et ont ramené le vaisseau d'Ulysse à Éole. Une gravure d'"Ulysse dans la grotte des vents". Probablement 1590-1599, par Stradanus. Musée Boijmans Van Beuningen. (PD-US expiré)


Ulysse doit alors retourner, casquette à la main, chez Éole pour lui demander de l'aide une seconde fois. Cependant, cette fois-ci, Éole n'est plus l'ami chaleureux et accueillant. Au contraire, il pense qu'Ulysse est maudit par les dieux et exige qu'il parte.


Cette réaction est le comportement classique d’un Sept : Éole est passé à autre chose ; la cohérence d'approche ou d'attitude n'est pas son affaire. Comme les vents eux-mêmes, il souffle comme il l'entend à tout moment.


Oui, les Sept peuvent fournir une vision du chemin du retour à la maison, et cela peut être très convaincant, mais les détails pratiques ne sont pas si importants pour eux, et lorsque les choses tournent mal, les Sept passent à autre chose. (Cela ne ressemble-t-il pas à la carrière de certains entrepreneurs et chefs d'entreprise visionnaires ? Eh bien, il y en a beaucoup là-bas !)


Ainsi, Ulysse est forcé de quitter l'Éolie sans rien, et tout ce qu'il a pour son travail, c'est l'excitation initiale et le festin", et puis le simple vent vide. L'éternel optimisme et les visions intellectuelles des Sept s'avèrent facilement un piège pour les imprudents, et même pour l'homme aux nombreux stratagèmes, Ulysse lui-même.


Ne prenez pas de raccourcis

Le défi de cette personnalité n'est donc pas si ouvertement menaçant que la rencontre d'un Huit, et il ne requiert pas tant un acte décisif de la volonté (comme avec les Mangeurs de Lotus), mais plutôt une capacité à voir au-delà des apparences, et une réticence à s'engager à fond dans des idées lumineuses qui promettent un raccourci.


Les sept sont des gens à idées, et suivre exactement leurs conseils peut vous perdre définitivement dans un océan d'efforts ne menant nulle part. Avant d'investir dans une idée de Sept demandez-vous quels sont les inconvénients possibles ?


 
Mosaïque représentant Éole à Volubilis, Maroc. (Domaine public)


Ulysse quitte l'Éolie. "Nous avons ramé six jours pleins et six nuits, sans arrêt. Le septième jour, nous avons abordé la terre Lestrygonienne." Après six jours, ils atteignent le type de personnalité Six - le sujet de la cinquième partie de cette série. Cela pourrait s'avérer encore plus terrifiant que de rencontrer le Cyclope.


James Sale est un homme d'affaires anglais et le créateur de Motivational Maps, qui opère dans 14 pays. Il est l'auteur de plus de 40 livres de grands éditeurs internationaux, dont Macmillan, Pearson et Routledge, sur la gestion, l'éducation et la poésie. En tant que poète, il a remporté le premier prix du concours 2017 de la Société des poètes classiques. James se produira à New York le 17 juin 2019 à Bryant Park et au Princeton Club pour des conférences et des lectures de poésie pour The Society of Classical Poets. Pour rencontrer James et pour plus d'informations, rendez-vous à http://bit.ly/Poetry_and_Culture

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.