Les médias d’information britanniques appellent à mettre fin au prélèvement forcé d'organes en Chine

Plusieurs grands organes de presse du Royaume-Uni ont récemment publié des articles ou produit des émissions appelant à mettre fin au massacre de prisonniers d'opinion pour des organes en Chine, notamment la BBC, The Guardian , le Sunday Express et Scotsman.


Une discussion intitulée "Forced Live Organ Extraction in China" (Extraction forcée d'organes vivants en Chine) a eu lieu à la Chambre du Parlement britannique le 26 mars 2019, offrant aux médias une opportunité d'attirer l'attention sur la question. Accueillis par le député Jim Shannon, président du groupe parlementaire multipartite sur la liberté de religion et de conviction, 12 parlementaires de différents partis politiques se sont joints à la discussion, exprimant leur indignation et leur inquiétude face aux crimes sanctionnés par l'État de prélèvement forcé d'organes en Chine. Radio BBC a couvert cet événement avec une séquence qui a été diffusée le lendemain lors de son émission "Yesterday in Parliament".


Sunday Express: Non au massacre de prisonniers politiques

 
Un article paru dans le Sunday Express du 31 mars 2019, exposant le prélèvement forcé d'organes en Chine.

Un article de David Williamson, rédacteur politique adjoint du Sunday Express, intitulé "Des militants mettent en garde contre le massacre de prisonniers politiques par la Chine pour leurs organes" a été publié le 31 mars. Williamson a écrit que les Britanniques avaient été avertis de ne pas participer involontairement au meurtre sanctionné par l'État de prisonniers politiques et religieux en Chine pour leurs organes.


Amnesty International a déjà demandé la tenue d'une enquête indépendante sur les allégations de " prélèvement d'organes " en Chine ", a écrit Williamson, ajoutant que " ... les politiciens ont exprimé leurs préoccupations au sujet des allégations de prélèvements forcés d'organes à l'échelle industrielle ".


L'article de Williamson citait la députée Fiona Bruce, qui a qualifié les meurtres commis dans les institutions d'État chinoises de " génocide potentiel du XXIe siècle ". Elle a déclaré à d'autres députés : "Nous discutons ici du prélèvement forcé d'organes de prisonniers d'opinion en Chine, qui aboutit finalement à la mort des personnes soumises à cette pratique, une pratique qui équivaut à un homicide involontaire ou, plus probablement dans la plupart des cas, à un meurtre".


Williamson a également cité le député Jim Shannon, qui, lors de la récente discussion parlementaire, a déclaré : "Nous parlons d'un régime qui est responsable de la plus grande incarcération massive d'un groupe religieux depuis les Nazis".


L'auteur a également attiré l'attention sur un rapport de 678 pages, publié en 2016 par l'ancien secrétaire d'État canadien David Kilgour, le journaliste d'investigation Ethan Gutmann et l'avocat David Matas, qui déclare : "Le pillage d'organes en Chine est un crime dont le parti communiste, les institutions publiques, le système de santé, les hôpitaux et la profession des transplantations sont tous complices.


"Aucune nation ne devrait permettre à ses citoyens d'aller en Chine pour obtenir des organes tant que la Chine n'aura pas autorisé une enquête complète sur le prélèvement d'organes de prisonniers d'opinion, passés et présents."


Williamson a également cité le China Tribunal, qui a été créé pour enquêter sur les allégations de prélèvement d'organes et pour interroger des témoins qui avaient été faits prisonniers en Chine. Williamson a cité le président du tribunal, Sir Geoffrey Nice QC, qui a déclaré : " Les membres du tribunal sont tous certains - à l'unanimité et au-delà de tout doute raisonnable - qu'en Chine, le prélèvement forcé d'organes de prisonniers d'opinion est pratiqué depuis un certain temps et implique un très grand nombre de victimes ".


"Il ne fait aucun doute, au vu des preuves actuellement reçues, que le prélèvement forcé d'organes s'est produit à grande échelle par des organisations et des individus soutenus ou approuvés par l'État ", a poursuivi le jugement provisoire du tribunal.


L'article de Williamson comprenait le témoignage des pratiquants de Falun Gong Yu Xinhui et Dai Ying, qui ont raconté au China Tribunal les mauvais traitements qu'ils avaient subis en Chine pour leur croyance. Ils ont été victimes d'emprisonnement illégal, de passages à tabac, de torture, de gavage, de privation de sommeil et de chocs électriques.


"Mme Dai souffrait d'une maladie cardiaque qui a entraîné l'arrêt de ses examens médicaux, mais elle a rappelé que certains pratiquants de Falun Gong avaient disparu après la fin des procédures de test, a écrit Williamson, citant un rapport de Médecins contre le prélèvement forcé d'organes.


The Guardian: Interdire le tourisme d'organes

Un article intitulé "Call for UK to ban patients travel to China for'organ tourism'" écrit par Owen Bowcott, correspondant aux affaires juridiques pour The Guardian, a été publié le 31 mars.


L'article indiquait que 40 députés soutenaient un appel visant à interdire aux patients britanniques de se rendre en Chine pour y subir une transplantation d'organes, avant la prochaine session des audiences du Tribunal chinois, début avril. M. Bowcott a cité le député Jim Shannon, qui a déclaré aux députés lors d'un débat parlementaire la semaine dernière que le gouvernement britannique devrait envisager d'imposer une interdiction du tourisme des organes comme celles déjà adoptées par l'Italie, l'Espagne, Israël et Taiwan.


Bowcott a écrit que le China Tribunal " a recueilli des preuves sur des allégations de mauvaises pratiques de la part d'experts médicaux


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.