Centres de lavage de cerveau dans la province du Hubei : "Ce que je dis est la loi"

M. Lu Yougen, un pratiquant de Falun Gong de la province du Hubei, a été témoin de quelque chose qu'il n'oubliera jamais. Lorsqu’un autre pratiquant a protesté contre le fait d’être gavé alors qu'il était détenu, trois gardes l'ont attrapé: l'un lui a tiré la tête en arrière, l'autre lui a attaché les bras et le troisième a frappé violemment sa mâchoire inférieure.


" Avec un craquement, la mâchoire inférieure du pratiquant a été disloquée et pendait de travers. Alors que les gardes le gavaient, le pratiquant était sans mouvement, comme s'il était mort ", s’est rappelé M. Lu.


Ceci s’est passé en septembre 2009 dans un centre de lavage de cerveau de la ville de Wuhan, province du Hubei. Labellisé 'Centre d'éducation légal du Hubei', cet établissement est essentiellement un camp de concentration où le traitement des pratiquants n'est pas moins brutal que dans les prisons, les camps de travail ou d'autres lieux où des pratiquants de Falun Gong ont été détenus et torturés.


Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique d’amélioration personnelle basée sur le principe Sincérité-Bonté-Patience( Zhen-Shan-Ren) . Depuis que le Parti communiste chinois a commencé à persécuter le groupe en juillet 1999, un nombre incalculable de pratiquants ont été arrêtés et torturés. Au moins 4 200 morts ont été confirmés causées par la torture en garde à vue.


Sous les ordres du bureau 610 de la province du Hubei, au moins 1 200 pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés et torturés - physiquement et mentalement - dans ce centre de lavage de cerveau depuis février 2002. Pour avoir refusé de renoncer à leur foi, ils ont été soumis à l'isolement, à la tromperie, au lavage de cerveau, à l’humiliation, aux menaces et à la torture.


Lorsque M. Zhang Sifeng du district de Hanyang y a été enfermé, il a fait remarquer qu'il était détenu illégalement. Un agent lui a répondu qu'il ne se souciait que du lavage de cerveau, pas des lois. "Ce que je dis est la loi !" a-t-il hurlé. "Si vous ne me croyez pas, je peux vous enlever un de vos reins tout de suite !"


Détention arbitraire et torture

Comme d'autres centres de lavage de cerveau, le Centre d'éducation légale du Hubei se consacre à forcer les pratiquants à abandonner leurs convictions. Le comité des affaires politiques et légales, une agence gouvernementale qui supervise la persécution du Falun Gong, a fait maintes fois l’éloge de cet établissement.


Sans suivre aucune procédure officielle ni formalité administrative, les fonctionnaires peuvent arrêter n'importe quel pratiquant de la province de Hubei et le détenir dans cet établissement. Cela inclut ceux qui viennent de terminer leurs peines de prison et même un chirurgien qui opérait un patient dans un hôpital. Gardés dans des cellules derrière des barreaux de métal, ils sont surveillés 24h / 24 et soumis au lavage de cerveau de 7h à 22h ou plus tard tous les jours. Les fonctionnaires confisquent leurs montres pour qu’ils perdent la notion du temps et bloquent les signaux des téléphones portables pour les couper du monde extérieur. Ils ne sont pas autorisés à écrire chez eux ni à recevoir des visites de la famille. Les lumières sont toujours allumées, même la nuit.


Mme Cui Hai, qui travaillait auparavant pour la Compagnie Wuhan Chemical Import & Export, a été détenue pendant 70 jours dans l'établissement après son arrestation en octobre 2012. «Suite à la torture, j'étais extrêmement émaciée et plusieurs fois, ma mâchoire inférieure a failli tomber. »Ses cheveux sont devenus gris, elle a perdu la mémoire, tout son corps tremblait et ses membres avaient enflé.


Mme Cui a ensuite été condamnée à cinq ans de prison pour sa foi. Elle a survécu à la torture et aux mauvais traitements pendant son incarcération, avant de mourir le 1 er janvier 2018, moins de trois semaines après sa libération.

Une vraie " prison noire "

Contrairement aux prisons et aux camps de travaux forcés, les centres de lavage de cerveau tels que le centre d'éducation légal du Hubei sont des organisations extrajudiciaires qui opèrent en secret et interdisent les visites aux membres de la famille.


De leur création à leur fonctionnement, ces centres de lavage de cerveau existent en dehors de la loi, car aucune politique gouvernementale ne les autorise. Certains responsables affirment qu'il s'agit d’une sorte de maison d’arrêt. Mais un tribunal doit approuver une maison d’arrêt, alors qu'aucune procédure légale ni formalité administrative n'est nécessaire pour détenir


De plus, les agents et les gardiens de ces établissements ont plus d'autorité que les agents de la force publique ordinaires. Ils peuvent arrêter, détenir et libérer les pratiquants à volonté. Il n'y a pas non plus de limite quant à la durée pendant laquelle une personne peut être détenue. Les responsables surveillent de près les besoins humains fondamentaux - parler, manger, dormir et avoir accès à une toilette - et en privent leurs détenus à volonté. Ils peuvent les battre, les gaver et les choquer avec des matraques électriques sans aucune répercussion.


Fonctionnant comme des installations extrajudiciaires, il y en a dans toute la Chine, dans presque chaque ville et canton et dans de nombreuses communautés. En fait, les bureaux 610 existent à tous les niveaux et ils peuvent tous organiser des sessions de lavage de cerveau à leur guise.


Ding Xingqiao, un voyou qui a torturé des pratiquants au centre d'éducation légale du Hubei, a un jour reçu un appel téléphonique de pratiquants de l'extérieur de la Chine lui demandant de ne pas maltraiter les pratiquants. À ce moment-là, Ding maltraitait et essayait de laver le cerveau du pratiquant Zhang Sifeng. Sans hésiter, Ding a nié toute brutalité, affirmant qu'ils ne faisaient que "parler " avec les pratiquants.


M. Zhang Su: Battu et drogué

M. Zhang Su, un entraîneur de tennis de Wuhan, a raconté comment il avait été maltraité dans l’installation du Hubei. "Plusieurs policiers en civil m'ont abordé à un point de vente au détail de billets de train près de chez moi en mai 2011. Ils m'ont pulvérisé quelque chose au visage pour que je ne puisse plus respirer, m'ont assommé et menotté. Personne n'a jamais décliné son identité ni expliqué pourquoi j'avais été arrêté ", a-t-il écrit.


Plus tard dans la journée, M. Zhang a été emmené au centre d'éducation légal du Hubei. Lorsqu'il a protesté contre le lavage de cerveau, les gardes l'ont battu, giflé au visage et menacé de le choquer avec des matraques électriques. Cela a duré environ deux mois et sa tension artérielle a souvent atteint 120/230 mmHg.


Après trois mois, M. Zhang a remarqué que ce qu'il mangeait lui causait de la diarrhée, des palpitations et une oppression à la poitrine. Cela a duré trois mois, au cours desquels il s'est évanoui deux fois. Lors de son examen, il avait des lésions cardiaques, des calculs biliaires et d'autres symptômes similaires à ceux d'une maladie cardiaque. Le médecin a dit qu'il devait être hospitalisé et M. Zhang l'a également demandé.


Mais les fonctionnaires ont rejeté leurs préoccupations et ont poursuivi les séances de lavage de cerveau. Jiang Lili, l'un des membres du personnel, a déclaré qu'il n'était pas nécessaire de discuter de "lois" puisque toutes les branches du système judiciaire - la police, le parquet et les tribunaux - travaillent étroitement avec la Commission des questions politiques et juridiques, qui supervise les 610 bureaux.


" Le parti peut vous écraser comme une fourmi. Vous pourriez être exécuté demain et ce serait considéré comme un suicide. Votre famille ne recevra qu'une boîte de cendres", a souri Jiang. " Ils pourraient aussi vous emmener à l'hôpital et prélever vos organes pour sauver d'autres personnes, comme à Sujiatun. Vous serez ensuite incinéré et votre famille pourrait ne pas recevoir vos cendres. Vous ne pouvez rien y faire."


Centres de lavage de cerveau : historique, financement et fonctionnement

 
Centre d'éducation légal du Hubei à Wuhan, province du Hubei

Le format d'un "centre d'éducation juridique" est enraciné dans la révolution culturelle, lorsque la société est devenue essentiellement sans loi. Bien qu'il ait été aboli en 1979 par le Parquet suprême, l'ancien dirigeant du Parti communiste Jiang Zemin a ressuscité ce format, ainsi que l'agrandissement des prisons, des camps de travail forcé et des centres de détention, afin de persécuter les pratiquants de Falun Gong. Le bureau 610 de Beijing a créé de tels centres en 2001, et tous les bureaux 610 subordonnés de Chine ont emboîté le pas.


Le centre d'éducation juridique du Hubei, également appelé centre de lavage de cerveau de Banqiao, a été créé en février 2002 par le bureau 610 du Hubei. La première liste des personnes arrêtées figurait dans le document 2002-N ° 6 du bureau publié par son directeur de l'époque, Huang Zhaolin. Il a finalement été transféré à son emplacement actuel dans le village de Mahu.


Le financement du centre provient à la fois du budget du gouvernement national et de l'extorsion des populations locales, à savoir les employeurs et les groupes villageois ou de quartier de rue. L'allocation gouvernementale serait de trois millions de yuans par an, et l'extorsion de fonds de la population locale s'élève à environ 20 000 yuans par personne et par session (environ 40 jours). Outre cette "dépense" de base, 610 agents de bureau extorquent également des salaires aux locaux pour deux "gardiens" qui accompagnent le pratiquant pour lui faire subir un lavage de cerveau. Avec environ 20 chambres dans le centre, cela représente environ trois millions de yuans par an, une incitation lucrative pour les fonctionnaires.


Comme mentionné ci-dessus, malgré le fait qu'ils soient étiquetés «installations d'éducation légale», ces centres se concentrent principalement sur le lavage de cerveau pour plusieurs raisons. Premièrement, la " transformation " d'un pratiquant est liée à des bonus pour les membres du personnel. Deuxièmement, les fonctionnaires peuvent signaler leurs "succès"aux bureaux 610 parrains afin de justifier la poursuite ou l'expansion du centre. Troisièmement, avec plus de pratiquants "transformés" et fournissant des informations détaillées sur leurs activités, davantage de pratiquants peuvent être arrêtés pour soutenir le fonctionnement des centres de lavage de cerveau.


Pire que les camps de concentration

Les centres de lavage de cerveau qui ciblent les pratiquants de Falun Gong partagent de nombreuses similitudes avec les camps de concentration de l'Allemagne nazie et de l'Union soviétique au XX e siècle.


Etat dans l’ Etat . Les centres de lavage de cerveau sont des entités extrajudiciaires sous la direction des bureaux 610. Les fonctionnaires ne sont pas liés par la loi et aucun autre organisme gouvernemental n'est autorisé à intervenir.


Perte de dignité. Comme dans les prisons et les camps de travaux forcés, les pratiquants sont souvent maltraités physiquement et mentalement. Gavés, forcés à absorber des substances inconnues, privés de sommeil, privés de l’accès à des toilettes et humiliés.


Secret . Les centres de lavage de cerveau fonctionnent uniquement sous le bureau 610. Les membres de la famille ne sont pas autorisés à s’y rendre et les bâtiments sont souvent banalisés, en particulier après l'abolition du système de camp de travail en 2013.


Les fonctionnaires. Une fois que les fonctionnaires réussissent à forcer certains pratiquants à renoncer à leur croyance, ils les contraignent à en «transformer» d'autres, en utilisant la force, les menaces ou des incitations financières.


L'intensité du lavage de cerveau, par contre, dépasse celle des camps de concentration du passé. Les détenus sont souvent obligés de chanter des chansons faisant l'éloge du Parti communiste. Lorsque M. Lu Songming de la ville de Huangshi a refusé de céder, il a été forcé de dire : "Monsieur, je veux manger la nourriture fournie par le Parti " avant de recevoir quoi que ce soit à manger ou, " Monsieur, je veux utiliser les toilettes fournies par le Parti "avant d’être autorisé à utiliser les toilettes. C’est également arrivé à d'autres pratiquants.


Abus systématique du corps et de l'âme

Un autre centre de lavage de cerveau dans la province du Hubei est le centre de lavage de cerveau Haikou à Wuhan. Toutes les salles de Haikou ont des caméras pour surveiller les pratiquants à tout moment. Des hautparleurs diffusent toute la journée une propagande calomniant le Falun Gong et son fondateur. Des phrases diffamant le Falun Gong sont écrites sur les tables, les plancher et les chaises. Mme Dai Juzhen du district de Dongxihu a été emmenée là-bas le 9 août 2017. Trois jours plus tard, elle était en danger de mort en raison de l'hypertension artérielle et de l'hyperglycémie. Sa famille pense qu'elle a été droguée dans l'établissement.


M Zhang Weijie a été arrêté au travail le 5 mai 2011 et emmené au centre d'éducation légale du Hubei. Un voyou, Deng Qun, lui a décrit le programme du centre de lavage de cerveau: Rester immobile pendant un long moment, être battu, privé de nourriture, gavé, privé de sommeil, être suspendu en hauteur, drogué, et choqué avec des matraques électriques. Le gavage avait lieu deux fois par jour, au cours duquel des voyous ne cessaient d’insérer et de retirer les tubes pour augmenter la douleur. Les pratiquants recevaient deux seaux à la fois, deux fois plus que ce que l'estomac peut contenir. "Alors que la nourriture liquide remontait et se répandait sur tout le sol, les voyous la tamponnaient avec du papier journal et l'étalaient sur mon visage et ma tête tout en me frappant. À ce moment-là, tout le monde riait du spectacle ",s’est rappelé M. Zhang.


Lorsque la peine de camp de travail de Mme Wang Yujie a pris fin le 11 mars 2011, le bureau 610 de Xintao l'a emmenée au centre d'éducation légale du Hubei. Au bout de deux mois, elle était souvent en transe et atteinte de troubles mentaux. Elle est décédée quelques mois plus tard le 3 septembre, à l'âge de 24 ans.


Voir également

M. Zhang Su empoisonné et battu dans un centre de lavage de cerveau, les policiers menacent de prélever ses organes

J'ai vu des gardiens biser la mâchoire d'un pratiquant au Centre de lavage de cerveau de Tangxunhu

Former Business Manager Released from Prison, Dies 19 Days Later On New Year’s Day


Articles correspondants en chinois :

现代法西斯集中营-“湖北省法制教育所”的罪恶

对湖北省板桥洗脑班罪恶的调查报告(一)

Version anglaise :
Brainwashing Centers in Hubei Province: “What I Say Is Law”

Version chinoise :
揭露湖北省关押迫害法轮功学员的集中营

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.