Nouvelle tardive : Une femme de Guangxi est morte en 2017 après avoir bu une eau douteuse

Mme Tang Xiaoyan a eu très mal à la tête après avoir bu une bouteille d'eau que la police lui a donnée à la suite de son arrestation le 28 août 2015 pour avoir porté plainte contre Jiang Zemin, le chef de l'ancien régime communiste ayant initié la persécution du Falun Gong en 1999.


Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique du corps et de l’esprit fondée sur le principes de Sincérité-Bonté-Tolérance.


Mme Tang, qui était de la ville de Guilin, province du Guangxi, a d'abord pensé que ses maux de tête avaient été provoqués par la police qui lui avait frappé la tête contre le mur et lui avait forcé le bras derrière le dos quand ils l'avaient arrêtée. Elle a bu davantage d'eau, essayant de se calmer


Alors qu'elle buvait, un policier est venu et l'a arrêtée : "Ne buvez pas ça ! Ne buvez pas ça ! A-t-il dit. Il a ensuite ordonné à un autre policier de prendre l'eau.


"Vous n’aurez probablement plus beaucoup de temps à vivre." lui a dit un troisième policier.


La police a ensuite soumis son cas au procureur, qui l'a ensuite rejeté, invoquant des preuves insuffisantes. La police l’a ensuite assignée à résidence pendant 12 mois.


La santé de Mme Tang s'est détériorée rapidement. Elle a perdu la mémoire, l'ouïe et la vision. Elle souffrait également de somnolence constante et d'incontinence.


En mars 2017, peu après le Nouvel An chinois, Mme Tang a soudainement perdu le contrôle de ses intestins et a perdu connaissance. Elle est décédée deux jours plus tard lorsque tous ses organes ont lâché. Elle avait 69 ans.


Retrouver la santé en pratiquant le Falun Gong, persécutée pour avoir refusé d’y renoncer


Mme Tang est née dans une famille d'intellectuels très connue et respectée par la population locale. Son père était physicien et vice-chancelier de l'Université normale du Guangxi. Son oncle, Tang Xianzhi, était un éducateur renommé et le fondateur de plusieurs universités de la province du Guangxi.


Mme Tang souffrait de diabète, de kystes ovariens et d'endométriose, parmi de nombreux autres maux.


On lui a retiré l'utérus et les ovaires pour éviter les complications, mais l'opération a entraîné des effets secondaires, notamment des problèmes hormonaux et un trouble neurologique. Elle a pratiqué de nombreuses écoles de qigong pour tenter d'améliorer sa santé, mais aucune d'elles n'a eu beaucoup d'effet sur elle.


Un membre de sa famille lui a ultérieurement présenté le Falun Gong. Son insomnie, son déséquilibre hormonal et ses acouphènes (bourdonnement d’oreilles) ont rapidement disparu. Son diabète s'est également amélioré au point qu'elle n'a plus eu besoin de médicaments ni d'injections d'insuline.


Cependant, après que le régime communiste a commencé à persécuter le Falun Gong, Mme Tang a été harcelée à plusieurs reprises et arrêtée pour son refus d’abandonner sa foi. Beaucoup de ses problèmes de santé qui avaient été guéris par la pratique du Falun Gong ont réapparu, en particulier son diabète.


Elle a développé des complications pendant sa détention et s’est trouvée à plusieurs reprises dans un état critique.


Mme Tang a été arrêtée une première fois le 22 juillet 1999, alors qu'elle rendait visite à une compagne de pratique. Elle a été détenue pendant trois jours, accusée de « trouble à l'ordre public».
Elle a de nouveau été arrêtée en mai 2001. La police est entrée par effraction chez elle et a fouillé son domicile devant son père, âgé de 80 ans.


Elle a été détenue au centre de détention local pendant un mois, puis condamnée à un camp de travail forcé pour " atteinte à l'application de la loi ". Mais elle a développé une acidocétose diabétique, une complication grave du diabète, alors qu'elle était toujours en détention et a dû être hospitalisée. Elle a ensuite été libérée pour raisons médicales.


Les autorités l'ont emmenée dans un centre de lavage de cerveau en mai 2005. Les gardes l'ont giflée au visage lorsqu'elle a refusé d'écrire des déclarations renonçant à sa foi. Ils l'ont également privée de sommeil, lui ont refusé de l'eau et ont placé une ampoule très brillante devant ses yeux.


Mme Tang a souffert d'acidocétose et a de nouveau été hospitalisée avant la fin de la session de lavage de cerveau. Les médecins ont émis deux avis «d'état critique».


Elle a été arrêtée pour la quatrième fois en 2010 et envoyée dans un camp de travail forcé pendant un an. A cause du manque de soins médicaux appropriés dans le camp, elle a dû être emmenée à nouveau à l'hôpital pour acidocétose.


Version anglaise :
Belated News: Guangxi Woman Died in 2017 after Drinking Suspicious Water

Version chinoise :
桂林法轮功学员唐晓雁被迫害离世已两年

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.