Mythes : Cartographier notre chemin de retour

Introduction à la série
 

 
Les mythes nous ont toujours fourni un moyen de cartographier l'inconnu. Détail du Lenox Globe, le deuxième ou troisième globe terrestre le plus ancien, qui aurait été créé en 1510. (Domaine public)


Dans cette série, Mythes : Cartographier notre chemin de retour, James Sale revient sur les raisons pour lesquelles les mythes - presque tous ignorés aujourd'hui - demeurent cruciaux pour comprendre notre place dans l'univers, sinon pour notre survie même.

 
Depuis le siècle des Lumières, le savoir a été privilégié aux formes mythiques de compréhension de la réalité. Une gravure de l'édition de 1772 de l'Encyclopédie. La vérité, en haut au centre, est entourée de lumière et dévoilée par les figures à droite, Philosophie et Raison. (Domaine public)


Lentement au début, mais sûrement finalement, le monde moderne est en train de perdre sa capacité à comprendre les mythes. Cela a été comme une avalanche : un petit filet d'eau au début du XVIIe siècle, puis une boule de neige qui s'est accélérée au siècle des Lumières, jusqu'à ce que finalement une vague de mort blanche et gelée nous submerge au XXe et au XXIe siècle, comme un mur détruisant l'âme. Même les dictionnaires témoignent aujourd'hui de cette triste réalité - des mots figés sur une page, tout comme l'échec de notre compréhension de ce qu'est le mythe.


Savez-vous ce qu’est un mythe ? Et pourquoi c'est important à comprendre ? En quoi le comprendre nous aide-t-il aujourd'hui ?


Pour le Shorter Oxford English Dictionary, le mythe est "un récit purement fictif" ; et pour un autre dictionnaire, c'est "une croyance courante qui est fausse ou sans fondement". Ces définitions sont reproduites dans tous les dictionnaires. Le "fait" est que le mythe est maintenant communément compris comme signifiant une histoire qui est fausse, mais que nous aimons quand même parce que nous aimons les histoires ! D'ailleurs, l'origine du mot "mythe" vient d'un mot grec signifiant fable ou récit.


Dans un premier temps, il y a deux points importants à saisir ici : La première est qu'être un mythe n'est donc pas important parce qu'il est faux, non factuel et imaginaire ; et la seconde, que la connaissance réelle est dans un autre domaine, et nous appelons ce domaine "science".


Si ces points semblent théoriques, il faut y repenser, car les conséquences de ces croyances, même si elles sont inconscientes, sont très profondes. Nous voyons les conséquences dans nos systèmes d'éducation, car les mathématiques et les sciences sont de plus en plus considérées comme plus importantes que les sciences humaines et les arts, et le financement va donc de plus en plus dans un sens et non dans l'autre. Nous les voyons dans le respect accordé à la science et aux technologies, alors que les arts - à l'exception des quelques rares stars hollywoodiennes et artistes multi-platines - sont les parents pauvres ; et au Royaume-Uni et dans une moindre mesure aux États-Unis, nous utilisons le terme "poète" comme un terme presque de mépris . Le courant dominant n'accorde pratiquement aucune attention aux poètes !


Mais la réalité est très différente. Car, comme le professeur Brian Cox l'a un jour fait remarquer avec sagacité, "le récit peut être considéré comme un premier acte de l'esprit". Nous ne pouvons comprendre la réalité que par l'histoire. Même la science doit revenir à la narration (ou est-ce une fable, un mythe ?) pour s'expliquer.


Prenez son récit le plus célèbre : Le Big Bang ! Qu'est-ce que c'est que cela ? Hormis une histoire que l'esprit humain comprend. Bien sûr, les scientifiques aiment "imaginer" que, parce que les scientifiques le disent, cela doit être vrai ou doit être une histoire vraie, bien que même pour un observateur occasionnel, l'histoire - par exemple, le cadre temporel - semble changer à mesure qu'elle avance : Dans les années 1990, la théorie était que l'univers avait 15 milliards d'années ; maintenant nous sommes "certains" qu'il a 13,7 milliards d'années. Soyons clairs : 1,3 milliard d'années n'est pas une différence négligeable ! Mais cela s'explique par le mot "progrès", sur lequel nous reviendrons tout à l'heure.


Le mythe n'est pas une fiction dans le sens où il n'est pas vrai, mais une histoire dans laquelle une vérité profonde est communiquée ou incarnée. En fait, les vérités les plus importantes de toutes sont véhiculées par des mythes. Quelles sont ces vérités si profondes et pourquoi n'en sommes-nous pas avertis ?


Premièrement, nous n'en sommes pas conscients parce que nous avons perdu la capacité de voir les mythes et que les vérités elles-mêmes sont invisibles. C'est vrai : Elles sont invisibles. Toutes les choses les plus importantes au monde sont invisibles quand on y pense. La pensée elle-même, soit dit en passant, est également invisible. Nous ne pouvons pas voir la pensée, sauf peut-être dans notre esprit, qui est là où se trouvent l'important, les vérités profondes. Pour donner des exemples : Qu'est-ce qui est plus important que l'amour, ou la bonté, ou les idées, ou nos valeurs. Aucune de ces choses n'est visible, mais nous pouvons facilement mourir pour elles.


Au-delà des invisibilités déjà mentionnées, de la plus haute importance sont, dans la tradition occidentale, Dieu dont on dit qu'il est "éternel, immortel, invisible, et le seul sage" - et dans la tradition orientale, le Tao. Le Tao dans la première ligne du "Tao Te Ching" va au-delà de l'invisibilité, car il dit : "Le Tao dont on peut parler n'est pas le Tao éternel". Invisible ? Inaudible et muet aussi.


 
"Le vol d'Icare" de Jacob Peter Gowy. Le mythe d'Icare démontre le danger de l'orgueil. (Domaine public)


Ainsi, les mythes rendent l'invisible visible, afin que nous, en tant qu'humains, puissions comprendre plus facilement à quoi ressemble la réalité - le Tao, la nature de Dieu - et ainsi modifier notre être et notre comportement en conséquence afin d'éviter ce que les Grecs appelaient hubris, l'orgueil. Hubris est ce qui nous détruit.


Donc, oui, il est important de pouvoir comprendre le mythe, car notre propre avenir en dépend. L'ancien "Livre des Morts" égyptien dit : "Tout le monde qui se trouve en bas a été mis en ordre et rempli de contenu par les choses qui sont placées en haut ; car les choses en bas n'ont pas le pouvoir de mettre en ordre le monde en haut." Un rappel clair de la mortalité et de la nature humaine et de ses limites.


Pour être plus clair sur ce que je dis, souvenez-vous du jardin d'Éden ? Rappelez-vous qu'il y avait deux arbres : l'Arbre de la connaissance et l'Arbre de vie. Malheureusement, l'homme a choisi l'Arbre de la Connaissance. Qu'est-ce que cela signifie ? L'homme a étendu la main et a choisi les faits, les données, la certitude ou le visible plutôt que l'Arbre de vie, qui était l'imaginatif, la confiance, l'incertain ou l'invisible.

 
Adam et Ève choisissant le fruit de l'Arbre de la Connaissance. Une femme-serpent se tord autour de l'Arbre de la Connaissance alors qu'Adam et Ève s'étendent dans les branches. Gravure de Theodor de Bry (1528-1598) d'après Jodocus van Winghe (1544-1603). (Domaine public)


Mais ce qui est clair dans l'histoire, c'est que le choix de la connaissance est la mort. Le mot "science" lui-même signifie étymologiquement "savoir", et qui pourrait nier que la planète entière est en train de s'orienter de façon précaire vers son propre Armageddon généré par la science ? De telles connaissances ont pollué la planète, inventé des armes biologiques et atomiques, et bien plus encore.


Alors que les États-Unis, la Corée du Nord et la Russie, sans parler de la Chine, font des bruits de sabre chacun à leur façon (et ce n'est pas pour attribuer le blâme), ne sentons-nous pas le danger dans lequel le monde entier se trouve ?


L'ironie, c'est que la science a créé ses propres mythes (bien que les scientifiques ne puissent pas accepter leurs points de vue comme des mythes) pour perpétuer sa propre suprématie, et ainsi éviter un véritable et minutieux examen et la responsabilité. Le plus pernicieux d'entre eux est le mythe du progrès.


Les anciens croyaient que nous avions un âge d'or dans le passé, mais les modernes rejettent tout cela - superstition ! car l'âge d'or est à venir. Toujours à venir, mais n'arrivant jamais, bien sûr. Et parallèlement au progrès de la science, nous avons aussi une politique progressiste, qui en est arrivée à signifier : Laissons l'anarchie générale s'installer et faisons n'importe quoi.


 
Même Genghis Khan aurait été impressionné par la sauvagerie et la science de la destruction semées dans la Seconde Guerre mondiale. Une statue de Genghis Khan à Oulan-Bator. (CC BY 2.0)


Nous avons aussi une histoire stupide et progressiste du monde qui présuppose que les choses s'améliorent malgré l'évidence de deux guerres mondiales et d'horreurs d'une ampleur jamais vue auparavant. Même Alexandre le Grand ou Genghis Khan auraient été impressionnés par la sauvagerie et la destruction de la seconde guerre menée par des hommes qui partageaient tous le concept de "progrès", de "guerres pour mettre fin à toutes les guerres" et de "plus jamais ça".


Les conséquences de ne pas tenir compte ou de ne pas comprendre les mythes sont donc profondes, et j'aimerais explorer certains mythes et en tirer quelques implications pour notre compréhension du monde moderne et ce que cela signifie pour nous.


James Sale est un homme d'affaires anglais et le créateur de Motivational Maps, qui opère dans 14 pays. Il est l'auteur de plus de 40 livres de grands éditeurs internationaux, dont Macmillan, Pearson et Routledge, sur la gestion, l'éducation et la poésie. En tant que poète, il a remporté le premier prix du concours 2017 de la Société des poètes classiques.


Version originale

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.