Un séminaire au Parlement européen, aborde 'la guerre du Parti communiste chinois contre la religion'

 


Un séminaire intitulé La liberté de culte en Chine a eu lieu le 23 janvier au Parlement européen, à Bruxelles.


Trois eurodéputés, M. Bastiaan Belder, parlementaire néerlandais du groupe des Conservateurs et Réformistes européens (ECR), M. Christian Dan Preda, de nationalité roumaine , du Parti populaire européen (PPE), et M. Josef Weidenholzer, de nationalité autrichienne, représentant l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates ont accueilli et successivement donné la parole à M. Bob Fu, M. Kuzzat Altay, au père Bernardo Cervellera, à M. Willy Fautré et au journaliste Marco Respenti.


Outre différentes personnalités parmi lesquels l’ambassadeur du bureau de représentation de Taipei en union européenne et un représentant de Sa Sainteté le dalaï-lama, l’assistance comptait aussi des journalistes, des représentants d’organisations non-gouvernementales (ONG), et des exilés chinois, tibétains et ouïghour.


D'après l'article de Marco Respenti dans BITTER WINTER (https://fr.bitterwinter.org/droit-de-douane-ethique-pour-chine-pour-vaincre-le-silence/) :


"Les intervenants se sont tous exprimés d’une seule voix. On mène en ce moment en Chine une guerre contre la religion et la communauté internationale doit agir très vite pour y mettre un terme.


" M. Fu, pasteur sino-américain et président-fondateur (en 2002) de ChinaAid, une association évangélique établie à Midland au Texas qui propose une assistance juridique aux chrétiens en Chine, a souligné que notre devoir fondamental à tous était de ne jamais oublier ceux qui sont dans la souffrance... M. Fu a rappelé que les camps de " transformation par l’éducation " au Xinjiang s’apparentent aux camps de concentration nazis, et qu’au sujet des Ouïghours et des autres minorités musulmanes, le PCC emploie littéralement la funeste expression nazie de " solution finale " qui a été imaginée pour évoquer le génocide des Juifs, puis a présenté le deuxième intervenant, M. Altay, qui a été contraint de fuir la Chine en 2005 à l’âge de 19 ans. Cet entrepreneur, qui est le président-fondateur d’une entreprise à Fairfax en Virginie dont le nom, "Uyghur ", parle de lui-même, a entendu son père lui dire : " Mon fils, ils m’emmènent. " Puis l’homme de 67 ans a disparu, comme aspiré dans le marais des camps du Xinjiang où, d’après les Nations unies, 1,5 million de personnes sont emprisonnées."


" Le père Cervellera, que beaucoup considèrent comme le plus grand expert catholique de la Chine, a révélé qu’après l’accord Chine-Vatican signé en 2018, rien n’avait changé pour les catholiques persécutés … ' La destruction de croix et d’églises, les sessions d’endoctrinement, les arrestations, ont continué exactement comme avant l’accord, voire pire qu’avant '. "


" Après avoir présenté Bitter Winter et ses actions" déclare alors le journaliste, " j’ai exprimé l’une de mes plus profondes convictions : ' Le PCC considère Dieu comme son ennemi suprême.' Pourquoi ? Parce que Dieu est le rival direct du PCC. On contraint de plus en plus les croyants à retirer et détruire les icônes religieuses et à les remplacer par des portraits de Mao Zedong et de Xi Jinping. Ce sont des dieux jaloux […] Dieu doit disparaître. En attendant, ce sont les croyants que l’État chinois fait disparaître.' ".


L'article continue avec la prise de parole de Willy Fautré cofondateur et directeur de Droits de l’homme sans frontières, une ONG basée à Bruxelles, laquelle, selon le journaliste, "a approfondi le sujet en se focalisant sur la persécution dont sont victimes des religions telles que le bouddhisme et le taoïsme…. Il a ensuite abordé la question de la répression brutale des nouveaux mouvements religieux comme Falun Gong et l’Église de Dieu Tout-Puissant (EDTP) … M. Fautré a donné plus de poids à la sordide réalité de cette persécution au travers des arrestations arbitraires, des assassinats extrajudiciaires et des prélèvements d’organes forcés. "


L’article s’achève, en citant les conclusions de M. Weidenholzer: " Nous ne pouvons accepter ce qui se passe actuellement en Chine. Nous avons besoin de plus d’informations et nous devons être plus directs. " Le journaliste rappelant pour finir que " Le silence et la frilosité sont les meilleurs alliés du PCC."


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.