Sensibiliser à la persécution du Falun Gong à l'extérieur du Parlement européen

Un groupe de méditants s'est tranquillement rassemblé devant le Parlement européen le 28 novembre. Leurs banderoles ont attiré l'attention sur la persécution du Parti communiste chinois à l'encontre du Falun Dafa, y compris le massacre de pratiquants pour leurs organes.


Dans une résolution de décembre 2013, le Parlement européen s'est déclaré "profondément préoccupé par les informations persistantes et crédibles faisant état de prélèvements d'organes systématiques et autorisés par l'État sur des prisonniers d'opinion non consentants en République populaire de Chine, notamment sur un grand nombre de pratiquants du Falun Gong emprisonnés pour leurs convictions religieuses, ainsi que de membres d'autres groupes religieux et ethniques minoritaires".


Cependant, les crimes de prélèvement forcé d'organes n'ont pas cessé, selon les principaux organismes de recherche et experts en la matière. Le rapport annuel 2018 de la Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC) s'est dit préoccupé par les informations selon lesquelles " de nombreuses transplantations d'organes en Chine ont utilisé les organes de prisonniers détenus, y compris des pratiquants du Falun Gong ".


Les pratiquants ont organisé un rassemblement pacifique pour sensibiliser l'opinion à cette question et exhorter le Parlement européen à prendre de nouvelles mesures pour mettre un terme aux meurtres et à la persécution qui durent depuis 19 ans.


 
Dans le cadre de leurs efforts continus pour mettre fin à la persécution en Chine, les pratiquants de Falun Dafa en Belgique sensibilisent le public aux crimes de prélèvement forcé d'organes devant le Parlement européen le 28 novembre.


Soutien du personnel du Parlement

Bruno a dit qu'il avait beaucoup appris sur les questions qui se posent en Chine grâce à son travail au Parlement. Il a dit : "Je soutiens votre liberté de croyance. J'appuie la résolution contre le prélèvement forcé d'organes en Chine."


Alis voulait en savoir plus sur le prélèvement forcé d'organes en Chine et a dit : "Mon travail est de traiter avec la Chine. J'aimerais en savoir plus." Il a dit que même s'il estimait que l'arrêt de la pratique de tuer pour des organes pourrait rencontrer de la résistance, il fallait y mettre fin.


Jack, un autre membre du personnel, a dit à un pratiquant que le monde entier a besoin de tolérance. Il a remercié les pratiquants pour l'importante contribution au monde apportée par les principes de véracité, de bonté et de tolérance du Falun Gong.


Soutien des visiteurs

 
Un groupe d'étudiantes françaises a entendu parler de la persécution en Chine et a dit : "Nous soutenons vos efforts !"
 
Aprés avoir appris la persécution, des visiteurs de Bulgarie ont exprimé leur soutien pour mettre fin aux crimes et ont pris des documents d'information pour s'informer davantage .
 
Danuta Mikusa-Osliselo (à droite) et Michael Biauk (à gauche) sont venus pour une réunion au Parlement européen. Ils travaillent pour une organisation non gouvernementale de protection des animaux en Pologne. Ils espèrent qu'un plus grand nombre de personnes pourront en apprendre davantage sur la persécution et aider à y mettre fin.
 
Mme Elrler se rendait au travail et a vu des pratiquants à l'extérieur de l'édifice du Parlement. Elle a dit qu'elle était très touchée de les voir braver le mauvais temps pour une bonne cause. Elle s'est arrêtée pour en savoir plus sur la persécution et a dit : "Je pense que votre sensibilisation en vaut la peine et est très importante."

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.