Les idées ont des conséquences—Revisiter le classique de Richard Weaver

Commentaire
 

 
Lanternes en papier sur le fleuve en face du Dôme de la Bombe Atomique, lors des activités du 70ème anniversaire, commémorant le bombardement atomique d’Hiroshima, au Japon


Les événements du milieu du 20e siècle ont ébranlé le monde et fait voler en éclats l'optimisme suscité par la fin de la "guerre qui mettra fin à toutes les guerres" et le boom économique des années 1920.


La Seconde Guerre mondiale, l'Holocauste, les bombes atomiques larguées sur les civils d'Hiroshima et de Nagasaki, la Grande Dépression, l'expansion massive du New Deal* et la montée du communisme totalitaire ont ébranlé les fondations mêmes de ce que beaucoup croyaient être le cours inévitable de l'Histoire.


Après la Seconde Guerre mondiale, beaucoup ont cherché à comprendre le nouveau monde dont ils avaient hérité, et certains ont entrepris de renforcer le bien pouvant encore l'être au sein de la tourmente. Richard M. Weaver a été un de ces intellectuels les plus conséquents.


Professeur d'anglais à l'Université de Chicago, Weaver a grandi en Caroline du Nord. Jeune homme, il a été socialiste, mais alors qu’il étudiait la philosophie, la rhétorique et les lettres américaines, il s'est déplacé vers la droite et est devenu l'un des plus importants des premiers traditionalistes conservateurs à écrire après la Seconde Guerre mondiale. Son but avoué était de diagnostiquer les maladies du monde moderne et d’essayer de sauver ce qui pourrait encore l'être de la civilisation qui avait été si dévastée par le XXe siècle.


En 1948, Weaver a publié son livre le plus influent. Il souhaitait l’appeler " L'effrayante Descente ", mais son éditeur a décidé qu’il devrait s’intituler " Les idées ont des conséquences ". Ce titre plus large et plus accessible est resté. De nos jours, il peut servir de rappel essentiel que quand de nouvelles idées et valeurs semblent être rejetées sans même être prises en considération, elles pourraient avoir des conséquences radicales et dangereuses pour d'autres idées, institutions, habitudes et coutumes que nous apprécions également.


La racine

Beaucoup trop d’entre nous attribuent tous nos problèmes sociétaux à certains développements récents ou personnes ... Mais l’esprit de Weaver est remonté loin dans les profondeurs de l’histoire intellectuelle à la recherche des origines des problèmes modernes. À savoir, il a attribué nos problèmes à une source fort peu sexy et apolitique, William d'Occam, le frère franciscain et penseur britannique du XIVe siècle, qui est à l'origine du "nominalisme"


Tel que Weaver le conçoit, nos problèmes modernes ont débuté avec l’attaque d’Occam contre les vérités universelles, qui a conduit à un relativisme et un déni de vérité qui menace les fondements mêmes d'une société civilisée.


Il l'énonce ainsi : "Pendant quatre siècles, chaque homme a été non seulement son propre prêtre, mais aussi son propre professeur d'éthique, et la conséquence en est une anarchie qui menace jusqu’à ce consensus minimal de valeur nécessaire à l'État politique".


Weaver l'a dit il y a 70 ans, mais l'accent du débat entre Occam et Weaver résonne encore plus fortement dans la société d'aujourd'hui - du mariage gai et de la " fluidité des sexes " aux droits à la propriété privée et à la conscience religieuse.


Solutions

Le livre de Weaver est divisé en deux parties—La première retraçant l’histoire du déclin de l’occident en raison des idées issues de l’attaque originelle contre les vérités universelles, et la seconde donnant une idée de moyens vers la restauration de l’ordre.


Premièrement, en défendant le droit de l'individu à la propriété privée, parce que dans la détention de ses propres biens, une personne peut trouver des moyens de défendre sa vie privée, de se battre pour la vérité et de trouver un refuge contre un État envahissant. En d'autres termes, la propriété nous donne un endroit d'où nous pouvons prendre position.


Deuxièmement, affirme-t-il, nous devons reprendre le langage à ceux qui l'ont réduit à des sentiments, l'ont déformé à des fins politiques et l'ont dépouillé du sens commun avec lequel nous pouvons chercher la vérité et discuter de nos différences.


Troisièmement, pour contrer l’égoïsme de l’homme moderne, nous devons retourner à un état de piété—piété envers la nature, envers nos voisins et envers le passé. Il y a beaucoup de sagesse à trouver dans le diagnostic de Weaver et dans ses prescriptions.


Au-delà des particularités de ce travail important et stimulant, le titre de Weaver nous rappelle que les idées peuvent être des choses puissantes à caresser - aussi bien pour causer de grands dommages que pour servir le progrès.


Que nous relisions ou non le formidable travail de Weaver au 21e siècle (et nous pourrions en tirer profit), nous devrions au moins l’utiliser pour nous encourager tous à penser—à sérieusement penser—aux conséquences potentielles des nouvelles idées, et de penser à elles, non seulement au travers du prisme des politiques passagères et de nos propres émotions, mais en termes de la santé à long terme de la civilisation elle-même.


Les événements du XXe siècle devraient nous rappeler à tous à quel point la civilisation est proche de la limite et à quel point les mauvaises idées peuvent être lourdes de conséquences.


*****


*Le New Deal (" Nouvelle donne " en français) est le nom donné par le président américain Franklin Delano Roosevelt à sa politique interventionniste mise en place pour lutter contre les effets de la Grande Dépression aux États-Unis.


Gary L. Gregg est titulaire de la chaire Mitch McConnell en leadership à l'Université de Louisville, où il est également directeur du McConnell Center for Political Leadership. Il est l'auteur ou l'éditeur d'une douzaine de livres, dont ses romans pour jeunes adultes publiés sous le titre "The Remnant Chronicles".


Les points de vue exprimés dans cet article ne sont que les opinions de l’auteur.


Version anglaise :
Ideas DO Have Consequences—Revisiting Richard Weaver’s Classic

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.