Une femme du Hebei meurt subitement en garde à vue — Ses organes ont été extraits

Une femme de 64 ans qui est décédée subitement, dans des circonstances suspectes, alors qu'elle était en garde à vue, a subi une extraction de ses organes internes par les autorités.


Mme Ma Guilan a été arrêtée le 4 juillet 2018 pour avoir parlé au public du Falun Gong, une pratique du corps et de l'esprit qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis juillet 1999.


Elle a été envoyée au centre de détention de la ville de Qinhuangdao, où on a appris le 17 septembre qu'elle était tombée soudainement malade vers 6 heures du matin et est morte quelques heures plus tard avoir été amenée à l'hôpital de la police de Qinhuangdao vers 8 heures du matin.


Selon des gens de l’intérieur, plusieurs agents du gouvernement dont l'identité est inconnue sont venus à l'hôpital, lui ont ouvert l'abdomen et ont prélevé ses organes internes pour de soi-disant examens. On ne savait pas où ils ont emmené ses organes.


Les membres de la famille de Mme Ma ont refusé de fournir des informations sur son cas au correspondant de Minghui, craignant probablement des représailles du gouvernement. Il n'était pas clair s'ils savaient qu'on lui avait prélevé ses organes.


Un mois avant la mort mystérieuse de Mme Ma, deux autres détenus (dont il a été confirmé qu'ils ne pratiquaient pas le Falun Gong) sont également morts dans des conditions suspectes.


Certains pratiquants de Falun Gong de la région soupçonnent que les trois morts suspectes pourraient avoir quelque chose à voir avec le prélèvement d'organes autorisé par l’état de la Chine, en particulier avec la confirmation du prélèvement des organes de Mme Ma.


Selon divers rapports publiés ces dernières années, les hôpitaux chinois continuent à pratiquer un grand nombre de transplantations d'organes à la demande, en l’absence d’un système de don d'organes établi. Des chercheurs en droits de l'homme ont conclu que la plupart des organes provenaient de pratiquants de Falun Gong vivants et non consentants, qui ont été soumis de manière vulnérable à toutes sortes de tortures inhumaines après avoir été capturés.


À la suite du décès de Mme Ma, le centre de détention a opéré un remaniement du personnel et de nombreux nouveaux employés ont été intégrés.


Voir également :

Une femme du Hebei meurt en détention deux mois après son arrestation pour ses convictions

Version anglaise :
Hebei Woman Dies Suddenly While in Custody—Organs Extracted

Version chinoise :
河北秦皇岛市马桂兰被迫害致死-内脏被取走

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.