Le comportement de l’enfant reflète l’état d’avancement de ses parents dans leur cultivation-pratique

J’ai eu beaucoup de chance de rencontrer Dafa au printemps 1999. Mon chemin de cultivation et de pratique pendant les dix-neuf dernières années a été truffé d’embûches. C’est en tâtonnant que j’ai avancé jusqu’à aujourd’hui. J’aimerais partager avec vous mes expériences de pratique en compagnie de mon fils.


Rencontrer Dafa

Je suis née dans une famille d’intellectuels. Mes parents m’ont beaucoup gâtée, j’ai eu une enfance heureuse, sans aucun souci. Après le lycée j’ai réussi le concours d’entrée d’une très bonne université de Beijing. Toute ma famille était heureuse, en pensant que mon avenir allait être assuré. Cependant mon destin en avait décidé autrement : comme par hasard, j’ai rencontré un jeune homme sans travail. Sans avoir beaucoup réfléchi, je me suis mariée avec lui. Ce mariage n’avait rien d’heureux car les différences entre nous deux étaient trop importantes. Mes parents étaient contre mon mariage mais ne pouvaient rien faire. J’étais diplômée d’une bonne université, tandis que mon mari n’avait fait que l’école primaire. J’étais issue d’une famille d’intellectuels tandis que lui venait de la campagne. Il aimait fumer et boire, il était souvent impliqué dans des bagarres et des jeux d’argent, tandis que moi, j’aimais la musique et l’art. Bref, nous n’avions aucun centre d’intérêt en commun. Nous parlions peu et nous nous battions souvent. J’avais demandé le divorce à plusieurs reprises mais en vain car il ne voulait pas donner son accord. A l’époque notre fils était encore petit, je ne pouvais que subir, ne sachant quand ce genre de vie pourrait s’arrêter.


Au printemps 1999, un collègue de travail m’a conseillé de pratiquer Falun Dafa. Peu de temps après ma pratique, les maladies qui m’avaient fait souffrir depuis des années, telles la sinusite chronique, l’inflammation des glandes mammaires et les maladies contractées à la suite de mon accouchement ont toutes disparu. De plus, mon teint sombre et jaunâtre était devenu clair et lumineux. Mon état d’esprit avait complètement changé, j’étais redevenue joyeuse.


Dafa est extraordinaire et merveilleux

Un soir, environ une dizaine de jours après avoir appris Dafa, j’ai vu mon livre Zhuan Falun émettre une lumière blanche. Ensuite, j’ai vu tourner devant mes yeux une sorte de ventilateur de la taille d’une roue de voiture. Trois petits Falun s’étaient éjectés du centre de cette roue. Ayant reçu une éducation basée sur l’athéisme, j’avais du mal à croire à ce que je voyais. J’étais envahie par une forte émotion mêlant appréhension et excitation. J’ai compris que c’était un signe d’encouragement de la part du Maître. J’étais alors plus que jamais déterminée à pratiquer Dafa. Depuis ce jour-là, je voyais souvent les caractères dans mon livre devenir des caractères dorés en 3D ou alors des ampoules émettant de la lumière multicolore. Ce livre est un véritable trésor !


À cette époque-là mon fils n’avait que deux ans. Je lui lisais souvent le Fa, je lui faisais écouter les enregistrements des conférences du Maître. Je lui racontais avec des mots simples des histoires des gens qui cultivaient. Je lui inculquais les qualités d’un bon enfant. Mon fils m’écoutait avec intérêt. À deux reprises, lorsque je lisais le Fa sur le bord du lit tandis que mon fils dormait à côté, j’ai vu un enfant ressemblant en tout point à mon fils se lever et se mettre assis à côté de moi, comme s’il voulait étudier le Fa avec moi. J’ai compris que c’était l’esprit originel de mon fils qui voulait étudier le Fa.


L’œil céleste de mon fils fut ouvert peu de temps après qu’il avait commencé à étudier le Fa. Il voyait des Falun de toutes les couleurs ainsi que des divinités qui apparaissaient dans la maison, sur les murs ou sur les nuages. Cela m’encourageait à cultiver et pratiquer avec diligence, et en même temps, à bien élever et guider ce petit disciple de Dafa.


Cultiver et pratiquer pendant la persécution

Seulement quelques mois après que j’eus appris à pratiquer Dafa, le 20 juillet 1999, Jiang Zemin commença à persécuter cruellement les pratiquants de Falun Dafa. Après avoir réfléchi longuement j'’étais persuadée que Dafa et le Maître étaient irréprochables. J'ai continué alors à cultiver et pratiquer avec mon fils. Très vite, la police locale commençait à m’importuner chez moi et à mon travail. Mon mari qui ne pratiquait pas avait très peur et nous empêchait de pratiquer. Nous ne pouvions que continuer à pratiquer à son insu.


Afin de clarifier la vérité aux gens, j’emmenais mon fils distribuer des dépliants le soir pendant que mon mari sortait pour jouer aux cartes. À la campagne le soir il n’y avait pas grand monde, les vastes champs de maïs m’effrayaient. Une fois, il était très tard dans la nuit, j’étais en train de distribuer des dépliants avec mon fils lorsque soudain je fus saisie par la peur. À ce moment précis, mon fils m’a dit à haute voix : «Maman, regarde ! Le Maître est devant, assis au bord de la route ! » Ces mots ont tout de suite chassé ma peur. Une autre fois, lorsque nous collions des autocollants le long d’une petite route de campagne, mon fils a dit en pointant le ciel qu’il y avait des monstres verts là-haut. J’ai émis tout de suite la pensée droite. Un petit moment après mon fils a dit que les monstres avaient disparu et que des divinités étaient venues en volant, toutes vêtues de robes rouges. Je pensais que c’était des divinités bienveillantes qui étaient venues pour nous aider. Un autre jour, nous sommes allés dans le village où habitait ma belle-sœur. J’ai déposé un document au portail d’une maison quand soudain un gros chien s’est mis à aboyer furieusement. J’ai pris mon fils par la main et nous avons couru jusqu’à la grande route. Là, mon fils m’a dit avec beaucoup de sérieux : « Maman, pourquoi as-tu peur ? Nous sommes entourés de bouddhas ! » Mon fils n’avait que cinq ans à l’époque. Son calme m’a fait honte. Le Maître a dit : « Un cœur imperturbable domine dix mille agitations ! » (« Enseignement de la Loi à la conférence de Loi au Canada 2005 », dans Enseignement de Fa dans les conférences V) J’ai réalisé que je n’avais pas cru au Maître à cent pour cent, et c’est pour cela que je paniquais face à l’imprévu.


À cause de ma peur, nous avons eu des problèmes. Un soir, nous devions passer par un petit chemin cahoteux pour rentrer à la maison. Il n’y avait pas d’éclairage le long de ce chemin, j’avais toujours peur d’y passer le soir. Ce soir-là, nous rentrions en vélo. Mon fils était assis sur le porte-bagages. Puisque j’avais peur, je voulais passer le plus vite possible. Malheureusement j’ai heurté un gros caillou et nous sommes tous deux tombés par terre. Mon fils a eu très mal et pleurait fort. Quant à moi, j’avais tellement mal à une jambe que je ne pouvais pas me relever. Tout en pleurant mon fils s’est approché de moi en rampant et m'a demandé si j’étais blessée. J’étais extrêmement touchée. Cela a confirmé ce que le Maître a dit : c’est en ramassant des gadins que nous avançons. Depuis cet événement où j’ai ramassé un gros gadin je n’ai plus peur de passer par ce chemin.


Dans la vie quotidienne je suis très économe, j’utilise l’argent économisé pour imprimer des documents pour clarifier la vérité. Une fois mon fils réclamait un repas au McDonald’s. Je lui ai dit : un yuan suffit pour faire un CD pour clarifier la vérité. Un CD peut sauver beaucoup de gens. Un repas au McDo coûte au moins une vingtaine de yuan, combien de personnes cet argent pourrait sauver ? Puis, je lui ai raconté une histoire parue sur le site Minghui : les parents d’un garçon de sept ans ont été incarcérés à cause de leur pratique de Falun Dafa. Le garçon vit alors avec sa vieille grand-mère. Ils sont très pauvres, n’ayant que des pâtes et des légumes salés à manger. Mais le garçon ne se plaint jamais, en pensant que ses parents ont encore moins à manger que lui. En entendant cette histoire, mon fils dit, les yeux remplis de larmes, « Maman, je ne veux plus manger au McDo. On utilise cet argent pour acheter des CD ! » Je lui ai quand même acheté une glace à deux yuan, il était très content.


Être condamnée illégalement

Un jour en fin d’année 2004, après avoir accompagné mon fils à l’école, je fus kidnappée par des policiers en civil. Après avoir été incarcérée pendant un an dans un centre de lavage de cerveaux je fus condamnée à un an et demi de prison pour « appartenir à une organisation sectaire ayant pour but d’empêcher l'application de la loi. » Mon fils avait sept ans, n’ayant jamais été séparé de moi jusque là. Ce fut un énorme choque pour lui, qui devait désormais vivre séparé de sa maman.


Au début il demandait à son père tous les jours : « Quand est-ce que maman rentre ? » son père lui répondait par le silence. Puis, en voyant son père pleurer tous les jours et sa grand-mère submergée par l’immense chagrin, il commençait à les réconforter comme s’il était un adulte : « Ne soyez pas si tristes, maman va bientôt rentrer à la maison. » Il faisait même à manger pour eux de temps en temps. Pendant cette période son père buvait souvent afin d’oublier son chagrin. Parfois il rentrait le soir à la maison complètement ivre et n’arrivait pas à se tenir debout. Mon fils voulait l’aider mais ils finissaient par tomber par terre tous les deux, mon fils coincé sous le corps de son père. Il ne pouvait se libérer que lorsque son père se réveillait tard dans la nuit. Parfois en se réveillant dans la nuit, mon fils caressait la couverture imprégnée de l’odeur de sa maman, il pleurait à voix étouffée de peur que son père l’entende et s’inquiète pour lui. Cependant, le jour où ma première lettre envoyée depuis la prison arriva, il ne put plus se retenir et pleura à chaudes larmes.


Après mon arrestation, personne ne pouvait accompagner mon fils à l’école, ni aller le chercher à la sortie. Il enviait beaucoup les enfants qui étaient accompagnés par leurs parents. Un an après mon incarcération j’ai enfin vu mon fils au parloir de la prison. Mes larmes ne s’arrêtaient pas de couler, je ne savais pas quoi lui dire. Mais mon fils était très fort, il avait ses yeux mouillés mais ses larmes ne coulaient pas. Plus tard, ma mère m’a dit qu’ils s’étaient mis d’accord sur la route pour venir me voir.


Mon fils avait demandé à sa grand-mère et son père de ne pas pleurer afin de ne pas me rendre triste. S’il n’avait pas cultivé et pratiqué depuis tout petit, il ne saurait pas si bien se dominer car, normalement, les enfants de son âge sont encore en train de se faire cajoler par leur maman.


À la sortie de prison, j’ai continué à cultiver et pratiquer avec mon enfant.

Le lendemain de ma sortie de prison, mon mari m’a conduite au tribunal pour demander le divorce. Face à son extrême froideur j’ai compris que le sentiment de l’homme n’était pas fiable. J’ai donné mon accord. Au moment où le jugement fut prononcé, mon fils a demandé de vivre avec moi, ce qui a beaucoup surpris son père. Notre divorce a tout de même apporté quelque chose de réconfortant à mon fils : il sait désormais que ses parents l’aiment tous les deux car nous nous disputions pour sa garde au tribunal, alors que certains de ses camarades de classe sont devenus des enfants indésirables lors du divorce de leurs parents.


Avant d’être persécutée j’enseignais dans une université et vivais bien. Ces années de persécution et le divorce m’ont laissée dans le dénuement le plus total. Mes parents m’ont aidée un peu financièrement. J’ai loué un appartement et trouvé un autre travail. Avec mon fils, nous avons commencé une nouvelle vie.


À cette époque-là, mon fils était entré au lycée. Notre appartement était tout près de son lycée, il pouvait rentrer à la maison tous les jours. Mais tous les soirs, en rentrant, il disait qu’il n’y avait pas de devoirs ou alors qu’il les avait déjà faits au lycée, puis il se mettait à jouer aux jeux sur l’ordinateur. Quelques fois il ne rentrait pas le soir, en prétextant qu’il voulait réviser ses cours chez un camarade de classe. Il m’a avoué plus tard qu’il avait en fait passé ces nuits dans des cybercafés. Il avait aussi appris à danser le hip-hop, sa coiffure était étrange et moche, il portait des boucles d’oreilles et voulait même se faire tatouer. Je sentais souvent une odeur de cigarettes sur lui, parfois celle de l’alcool. Il s’était fait une petite amie, proférait des gros mots, et ne prenait rien au sérieux. J’étais très en colère mais ne savais pas quoi faire. La tante et l’oncle de mon fils ainsi que les voisins m’ont tous dit que je ne pouvais rien faire, et que je devrais plutôt prendre soin de moi-même. Ils m’ont aussi dit que pendant mon absence le professeur principal de mon fils était souvent venu voir mon mari car mon fils avait de mauvais résultats scolaires et il se bagarrait. Mon mari l’avait frappé avec un bâton jusqu’à ce que le bâton se casse mais sans le moindre effet. Finalement mon mari avait renoncé à son éducation et était parti vivre avec une autre femme.


Mon fils a changé

Quant à l’éducation de mon fils, j’étais très impatiente au début. Quand il ne m’écoutait pas je le grondais fermement et le sermonnais avec des théories creuses, sans aucun effet. Un jour, il a même osé me répondre, en me reprochant de l’avoir mis dans cet état à cause de ma pratique de Dafa. En entendant cela j’étais furieuse et voulais le frapper. Il m'a pris par les deux poignets et m'a jetée sur le lit. Puis, il s’est enfui dans un cybercafé. J’ai éclaté en sanglots. Quand je me suis calmée, j’ai ouvert le livre Zhuan Falun et suis tombée comme par hasard sur la section « Cultivation et troubles mentaux » de la sixième leçon. Il y avait ces phrases : « Pas mal de gens sont devenus la proie du Futi (possession par des esprits) parce qu’ils manquent de droiture d’esprit. Ils ne sont plus sous le contrôle de leur Zhuyishi (conscience principale) et ils interprètent cela comme un effet du Gong. Leur corps est contrôlé par des esprits malins, ils sont dans un état anormal et poussent des cris et des hurlements. » Avant je m’étais persuadée que ce phénomène de « troubles mentaux » ne me concernait pas, alors que j’étais bel et bien piégée par le sentiment pour mon fils, à tel point que mon esprit de démon avait pris le dessus, et m’avait amenée à pousser des cris et des hurlements sans aucune retenue dans le conflit avec mon fils. Ma conscience principale n’arrivait plus à me contrôler. Ces quelques phrases du Maître m’ont frappée profondément. J’ai commencé à chercher vers l’intérieur calmement. En fait, je suis en partie responsable de l’état de mon fils. Mon incarcération lui a infligé tant de souffrance, même si cela a pour cause la persécution de Falun Gong ordonnée par Jiang Zemin.


Depuis ce jour-là mon tempérament a changé, ainsi que mon attitude envers mon fils. Je voyais plus facilement ses points forts. Je l’encourageais plus volontiers. Je ne le sermonnais plus. Je le considérais comme une personne ordinaire que je devais sauver. Je lui parlais d’un ton calme, sollicitant son avis avec beaucoup de patience. Sachant que son état actuel n’était qu’une illusion, j’émettais souvent la pensée droite pour éliminer les esprits malveillants de son espace qui l’incitaient à faire de mauvaises choses. Aussi, je lui racontais des histoires de culture traditionnelle chinoise ainsi que des histoires de cultivation et de pratique. Petit à petit son regard se radoucissait. Son cœur s’est ouvert à moi. Il me confiait volontiers sa pensée et ses problèmes. Très vite, il a recommencé à étudier le Fa avec moi. Il s’efforçait de se contrôler, mais il continuait à fumer et à boire en cachette, et il jouait toujours aux jeux. J’ai essayé de garder mon sang-froid, en prêtant plus attention à ses études et à son bien-être quotidien, lui faisant ainsi sentir la chaleur familiale et l’amour maternel. Il m’a avoué qu’il était devenu insensible ces dernières années, et qu’il ne supportait pas toutes mes bonnes intentions. Je savais que cela était dû à son manque d’amour maternel ces dernières années.


En entrant en classe de Première, les résultats scolaires de mon fils sont passés des derniers de la classe à parmi les premiers. Il a été élu « élève modèle » à deux reprises. Son professeur principal et ses camarades de classe étaient très surpris de son changement. Quant à la raison de son changement, il disait que c’était grâce à l’éducation de sa mère. Son professeur lui demanda : « Ta maman t’aide pour tes devoirs tous les soirs ? » Il répondit : « Non. Maman s’occupe plutôt de mon éducation morale », laissant le professeur très perplexe. A vrai dire, aujourd’hui, l’éducation morale n’est plus qu’une formalité dans les établissements scolaires. Les enseignants, les élèves ainsi que leurs parents ne se soucient que des résultats et des classements, alors que l’éducation morale est primordiale pour les enfants.


Tout en faisant des progrès dans ses études scolaires mon fils a aussi abandonné sa coiffure étrange et a opté pour une coiffure classique. Il a aussi commencé à adopter une bonne conduite. Mais il avait toujours du mal à se passer de cigarettes et d’alcool. Je lui ai dit qu’il était sous l’emprise des démons qu’il fallait éliminer avec détermination. Je lui ai aussi dit de demander l’aide au Maître. Alors, dès qu’il avait envie de fumer il résistait. Très vite, il a réussi à arrêter de fumer. Quant à l’alcool, il a arrêté d’en boire sans grande difficulté car sa dépendance n’était pas très grande. Pendant ses sevrages, il a eu des maux de gorge et la diarrhée. Il savait que c’était le Maître qui était en train de purifier son corps. Tous les maux ont disparu au bout d’une semaine.


Il ne lui restait plus que l’addiction aux jeux. Même s’il jouait moins qu’avant, je sentais qu’il y pensait tout le temps. Je lui ai fait lire des articles publiés sur le site Minghui au sujet des effets pernicieux des jeux vidéo. Un jour, en pleine nuit, il a eu très mal au ventre, si mal qu’il n’arrêtait pas de crier. En même temps, ses mains ont gonflé horriblement. Je lui ai dit alors que c’était à cause des jeux vidéo. Il ne m'a crue qu’à moitié.


Pendant cette période, j’avais l’habitude d’émettre la pensée droite dans la chambre de mon fils. A deux reprises, après avoir émis la pensée droite à midi, alors que je m’étais allongée sur son lit pour me reposer, je fus réveillée par des démons qui me pinçaient. J’étais très perplexe, ne comprenant pas pourquoi les démons étaient si féroces alors que je venais d’émettre la pensée droite. Soudain, j’ai réalisé que c’était parce que la chambre de mon fils n’était pas propre. C’était dans sa chambre qu’il jouait à des jeux. Par conséquent, les murs, le sol, les meubles, tout l’espace étaient colonisés par des esprits malsains venant d’autres espaces et des démons de toutes sortes. J’ai donc tout de suite émis la pensée droite pour les éliminer. J’ai ressenti que le Maître était à mes côtés pour me soutenir. Une puissante énergie sortait de ma paume. Le Falun tournait à vive allure dans mon œil céleste.


Peu de temps après, mon fils m’a annoncé qu’il avait donné sa carte de jeux à un ami et qu’il avait décidé d’abandonner les jeux définitivement. J’étais très contente pour lui et en même temps très reconnaissante envers notre Maître qui avait aidé mon fils à se débarrasser de cette addiction. Comme chacun le sait, les jeux vidéo sont devenus un gros problème de société. Beaucoup de parents se sentent désemparés devant ce fléau qui empoisonne la vie de nos enfants. Falun Dafa est tout-puissant. Je remercie vivement notre grand Maître pour la grâce qu’il a accordée à mon fils et à moi.


Aujourd’hui mon fils est entré à l’université. Il ne fume plus, ne boit plus et ne joue plus aux jeux. Il sait rester indifférent devant toutes sortes de tentations. Il a été élu délégué de la classe, et il est toujours prêt à rendre service aux autres. À chaque fois qu’il rencontre des problèmes, il cherche à l’intérieur de lui-même. Il a même une fois intégré le principe de « Zhen–Shan–Ren » dans son discours lors d’un concours d’éloquence organisé par l’université.


Depuis dix-neuf ans, la persécution infligée aux pratiquants de Dafa a fait subir d’inimaginables malheurs et épreuves aux enfants des pratiquants. Ces enfants étaient des jeunes disciples qui étudiaient le Fa et pratiquaient avec leurs parents. À cause de la persécution, beaucoup d’entre eux ont abandonné le Fa suite à l’incarcération de leurs parents. À la sortie de prison, lorsque les parents retrouvent leurs enfants, ces derniers ont souvent tellement changé qu’ils ne savent plus quoi en faire si ce n’est que d’éprouver un immense remords. En réalité, le comportement de l’enfant est le reflet de l’état d’avancement de ses parents dans leur cultivation et pratique. J’espère que mon expérience que j’ai relatée aujourd’hui pourra être utile aux autres pratiquants.

Merci Maître ! Le Maître n’a pas épargné sa peine !


Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2018/6/25/我和儿子的修炼故事-370189.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.