Un pratiquant canadien : Un vœu se réalise

Je viens d'une petite ville de la côte est du Canada appelée Hampton, dans la province du Nouveau-Brunswick. Après avoir terminé mes études secondaires en 1998, j'ai commencé à étudier l'informatique à l'Université du Nouveau-Brunswick (UNB). À mi-parcours de la deuxième année du programme, j’étais moins concentré et je ne réussissais pas bien dans certains cours. Je me laissais emporter par le mauvais courant de la vie universitaire, passant trop de temps à sortir et à faire la fête avec des amis et pas assez à étudier. Je sentais aussi que quelque chose manquait dans ma vie, et les cours auxquels j'assistais ne répondaient pas à mes nombreuses questions.


Une nuit je suis resté éveillé en réfléchissant à ce que je devais faire de ma vie ? J'ai commencé par me demander ce que j'aimais vraiment et ce que je trouvais vraiment intéressant ? La réponse qui m'est venue était que j'aimais l'idée de trouver quelque chose qui pourrait m'aider à devenir une meilleure personne. Si je pouvais apprendre à m'améliorer et à devenir meilleur, je serais capable de naviguer dans le monde, quel que soit le domaine d'études ou le plan de carrière que la vie me réservait. Comme je pratique les arts martiaux depuis l'âge de 16 ans, j'ai senti qu'il devait y avoir quelque chose dans les arts martiaux traditionnels chinois qui pourraient me conduire dans la bonne direction. J'ai décidé à ce moment-là que je suivrais mon cœur afin de réaliser ce vœu.


Quelques mois plus tard, mon université organisait un voyage d'échange de camps d'été en Chine. Je pensais que cela pourrait être une bonne occasion de donner suite à mon vœu, alors je me suis inscrit au camp d'été de trois semaines.


Tout au long du voyage, je demandais sans arrêt aux professeurs chinois comment je pouvais apprendre le qigong, car c'était le but de mon voyage. En général, les enseignants mentionnaient des choses comme les arts martiaux et le Tai Chi, mais ils disaient qu'ils ne savaient pas où je pourrais apprendre le qigong. Cependant, le dernier jour du voyage, l'un des professeurs chinois s'est assis à côté de moi dans la salle de classe, alors que les étudiants terminaient notre dernière leçon de calligraphie. Cette enseignante a murmuré, à voix très basse qu'elle savait que je cherchais une pratique et a commencé à me dire comment il y avait une pratique qui avait été interdite par le gouvernement. Quand j'ai entendu cela, ma première pensée a été que cela devait être une pratique très bonne et très puissante. Comment une pratique de cette civilisation ancienne et mystique pouvait-elle être interdite, me suis-je dit ? J’étais aussi très curieux quant à pourquoi ce professeur l’avait chuchoté si secrètement. J'avais besoin de savoir ce qu’était cette pratique, alors je lui ai demandé de m’en dire le nom. Elle a chuchoté lentement :"Falun Gong". " Répétez", ai-je demandé, parce que je voulais être sûr de pouvoir m'en souvenir. Après la troisième répétition, j'ai senti que cela pénétrait et le nom "Falun Gong" s'est clairement gravé dans ma mémoire. Peu après cette conversation, le cours s’est terminé et la classe est sortie pour prendre une photo pour célébrer la fin du camp d'été.


Quand je suis retourné au Canada, je suis allé en ligne et j'ai cherché les mots Falun Gong. J'ai trouvé le site www.falundafa.org et ai commencé à lire les livres. J'ai rapidement remarqué des changements dans ma pensée. Un jour, j'étais assis sur le canapé à regarder la télévision au sous-sol, et ma sœur est venue et m'a frappé à l'épaule sans raison. Cela n’aurait pas été un gros problème, sauf que je m’étais récemment disloqué et blessé cette épaule en faisant du sport, alors c’était encore très douloureux. J'ai perdu mon sang-froid et je lui ai répondu avec colère, mais aussitôt, un passage du livre, Falun Gong m'a traversé l'esprit : " Comme le rappelle ce vieux dicton : " Face à un outrage, l’homme du commun dégaine son épée et se bat. " Quand une personne ordinaire se sent humiliée, elle saisit son arme, elle se répand en injures, elle en vient aux mains."


J'ai réalisé à ce moment que j'avais tort et je me suis excusé auprès de ma sœur. Je sentais que l'enseignement était très puissant et pouvais sentir son impact sur mon esprit.


Une année est passée et j'ai lu le livre Falun Gong plusieurs fois, mais je n'avais pas essayé les exercices parce que je voulais m'assurer d’apprendre les mouvements correctement, mais il n'y avait pas de groupe de pratique dans ma ville natale ou à proximité. Sur le site Web, je pouvais voir qu’il y avait deux options. Je pouvais aller à Halifax, ce qui était l'option la plus proche. Cependant, beaucoup de mes amis du secondaire fréquentaient une université là-bas et je pensais qu'il pourrait être plus difficile pour moi de me concentrer sur l'apprentissage de la pratique et d’apporter un changement fondamental dans mon style de vie si je me laissais distraire dans cet environnement.


L’autre option la plus proche était Montréal, qui se trouve à environ 10 heures en voiture de là où j’habite. Cependant, un de mes bons amis vivait à Montréal à l’époque et s’entraînait pour devenir un athlète olympique. Se rendre à Montréal semblait être la meilleure option, car il serait également plus facile de mener une vie saine et positive avec cet ami qui suivait un programme d'entraînement rigoureux.


Mon ami avait un petit studio au sous-sol près du stade olympique de Montréal et il a accepté de partager sa chambre avec moi. Une fois installé, j'ai appelé le site de pratique local pour avoir confirmation de l’horaire des exercices de groupe le samedi matin. Je ne savais comment trouver mon chemin dans Montréal, alors j'ai étudié la carte, reçu des instructions de mon ami et j'ai établi un plan pour arriver à temps au site de pratique.


Au moment où je suis sorti du métro à l'arrêt le plus proche, il était presque l'heure, alors j'ai commencé à courir vers le site de pratique. Je suis arrivé juste à temps. Nous nous sommes assis pour commencer la méditation assise. J'étais à bout de souffle et mon cœur battait la chamade. J'ai respiré profondément et j'ai commencé à écouter les instructions données par l'assistant du site de pratique.


Dans les instructions de préparation pour le cinquième exercice, il y a une ligne disant : "i> C’est le cœur de compassion qui émerge en eux.
" ( La Grande Voie de l’Accomplissement ) À ce moment, mon cœur s’est rempli de miséricorde et de compassion envers toutes les personnes qui souffrent dans le monde. Après les gestes de main il y a la position en forme de sphère de Renforcer les pouvoirs surnaturels. Dès que j'ai maintenu cette position, un sentiment de joie incroyable a imprégné mon être. "Tu es enfin en train de le faire, tu le fais enfin" chantonnait une voix venant de l’intérieur.


La douleur dans mes jambes est devenue très intense, mais j'ai continué à penser à ce qui est dit dans Falun Gong à propos de la substance noire qui se déplace vers les jambes pendant la méditation.

" Quand on reste longtemps à pratiquer la méditation en lotus, on a mal aux jambes, et
certains ont une douleur atroce. Celui qui a l’œil céleste ouvert à un niveau élevé peut voir, au moment où la douleur devient très aiguë, un grand amas de matière noire qui se détache de l’intérieur et de l’extérieur du corps. Quand on est assis en lotus, la douleur semble si vive, si lancinante. Mais les pratiquants doués d’un bon sens de l’éveil s’accrochent sans défaire leurs jambes.
"


Plusieurs semaines plus tard, après avoir pratiqué et lu avec le groupe, j'ai commencé à distribuer des dépliants dans le quartier chinois. Au début, j'ai simplement écouté ce que les autres pratiquants disaient et lu les dépliants pour me familiariser avec leur contenu. .J'ai ensuite commencé à avoir des conversations basiques avec les gens et à répondre à leurs questions.


Après six mois à Montréal, je suis retourné dans ma ville natale. Avant de quitter Montréal, j'ai rempli un sac de voyage de dépliants et de documents de clarification de la vérité pour les ramener afin que je puisse continuer à faire connaître aux gens cette merveilleuse pratique.


Peu de temps après mon retour dans ma ville natale, j'ai commencé à travailler à temps plein et j’utilisais mon temps libre le soir pour pratiquer dans le parc et distribuer des dépliants et parler aux gens de la pratique. Une nuit, peu de temps après avoir commencé cette routine, j'ai rêvé que je volais dans l'univers. Je l'ai pris comme un signe que mon niveau s’était élevé. J'ai continué à pratiquer dans le parc et à distribuer des dépliants pour que plus de gens sachent ce qu'est le Falun Dafa et comment il est persécuté injustement en Chine. Parfois, je ressentais une forte énergie au sommet de la tête à chaque fois que j'avais une conversation positive et productive avec quelqu'un au sujet de Falun Dafa. Je rêvais plus souvent que je volais dans l'univers, et chaque fois, il semblait que je montais de plus en plus haut. J'étais encouragé, car il me semblait que plus je pratiquais et suivais les enseignements, plus mon niveau s'élevait.


Version en anglais :
Canadian Practitioner: A Wish Becomes Reality

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.