Un homme du Jiangsu condamné pour sa foi meurt un jour après l'expiration de sa peine de prison

M. Zhu Xinghe a commencé à cracher des caillots de sang le matin du 23 juin 2018 et il est décédé dans l'après-midi, à l'âge de 54 ans.


Le décès de M. Zhu est survenu un jour seulement après l'expiration de sa peine de trois ans et demi de prison. Il avait été condamné à tort pour la deuxième fois en 2014 pour son refus de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Bien qu'il ait été libéré pour raison médicale en juin 2016, il était étroitement contrôlé et surveillé, et la pression mentale ajoutée à la détérioration de la santé lui ont finalement coûté la vie.


Arrestations répétées et deux peines de prison

M. Zhu, qui vivait dans la ville de Jiangyin, a été arrêté une première fois en novembre 1999, deux mois après le début de la persécution du Falun Gong. Sa deuxième arrestation a eu lieu en 2001 et a été suivie d'un an et demi de travaux forcés. Tandis qu'il était détenu dans un camp de travail local, il a été électrocuté avec des matraques électriques pour son refus de chanter des chansons faisant l'éloge du régime. Les gardes ont ordonné aux détenus de chanter encore plus fort pour couvrir ses cris de douleur.


M. Zhu a été arrêté à nouveau en avril 2004, après avoir été signalé pour avoir envoyé des SMS indiquant que la pratique du Falun Gong était totalement légale. Il a engagé un avocat, qui a subi des pressions pour qu’il cesse de le représenter.


M. Zhu a été condamné à cinq ans de prison et a été brutalement torturé dans la prison de Wuxi. Durant son emprisonnement, on l’a brièvement sorti de la prison et détenu dans un centre de lavage de cerveau local pendant cinq mois.


La police locale a de nouveau pris M. Zhu pour cible le 21 février 2012 et l'a envoyé au même centre de lavage de cerveau, où il a été détenu pendant quatre mois.


M. Zhu a été arrêté en juin 2014 mais libéré sous caution 48 heures plus tard, après qu'un examen médical ait révélé qu'il avait une thrombocytopénie (faible numération plaquettaire) et une splénomégalie (rate hypertrophiée). Une femme du parquet local l'a appelé le 3 novembre 2014 pour dire qu'ils se préparaient à le poursuivre.


Il a été renvoyé en détention le 22 décembre 2014 et a reçu un mandat d'arrêt officiel le 29 janvier 2015. Moins de quatre mois plus tard, il a été condamné à une peine d'emprisonnement de trois ans et demie à compter du 22 décembre 2014.


Les gardes de la prison de Suzhou ont soumis M. Zhu à diverses formes d'abus, après quoi il a développé une cirrhose du foie et une ascite hépatique. Il a obtenu une libération conditionnelle et a été libéré le 6 juillet 2016. Son bureau judiciaire local a été chargé de le surveiller chez lui.


L'état de M. Zhu s'est soudainement aggravé le matin du 23 juin 2018, le lendemain de l'expiration de sa peine d'emprisonnement. Il est mort dans l'après-midi après plusieurs quintes d’hemoptysie.


Voir également (en chinois)
http://www.minghui.org/mh/articles/2018/7/18/江苏省江阴市法轮功学员朱星河在迫害中离世-371203.html>江苏省江阴市法轮功学员朱星河在迫害中离世

Version anglaise
Jiangsu Man Convicted for His Faith Dies One Day after Second Prison Term Expires

Version chinoise :
江苏法轮功学员朱星河被迫害致死

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.