“ Disciple de Dafa” – ce titre sacré

De temps à autre quelqu’un me demande : "Comment avez-vous commencé à pratiquer le Falun Dafa : " Nous avons tous une histoire et bien-sûr elles ont souvent l’air d’une coïncidence. Mais en tant que pratiquants, nous savons qu’il n’y a pas de coïncidences. Nos vies sont prédestinées et tout a été bien arrangé. Et pourtant mon histoire se déroule comme beaucoup d’autres - comme une rencontre fortuite.


C’était un dimanche matin. Je finissais mon café. Mon mari lisait le journal. Il a dit à voix haute : " Le Festival international continue sur le champ de foire. Chaque année nous disons que nous y allons et n’y sommes jamais allés. Aujourd’hui est le dernier jour. " J’ai saisis ce moment pour faire preuve de spontanéité. Je me suis levée et j’ai dit "Ok, allons-y. "


En déambulant dans les allées au festival, quelqu’un m’a tendu un dépliant. J’y ai jeté un coup d’œil et j’ai trébuché sur des mots que je n’avais vu jusque-là – Falun Dafa. Qu’était-ce au juste ? Presque aussitôt, on m’a tendu un DVD dans une pochette en papier. En le prenant j’ai été un peu suspicieuse et j’ai dit " Est-ce gratuit ?" "Oui- c’est gratuit," m’a répondu la charmante asiatique. J’ai lancé un regard au stand tout en continuant à marcher – pensant à quel point c’était agréable de ne pas être pressée davantage. Au stand, je me souviens avoir vu le mot " Énergie " et pensé – qui ne souhaite pas avoir davantage d’énergie ? Il y avait sur le dépliant la photo de quelqu’un en méditation et je me suis souvenue comment j’avais appris la méditation transcendantale au collège puis l’avoir pratiquée pendant de nombreuses années. J’avais toujours l’intention d’y revenir, mais ce que j’avais trouvé de plus proche était la profonde relaxation dans laquelle nous étions guidés après le cours de yoga. J’ai glissé le DVD et le dépliant dans mon sac.


Je les ai regardés de plus près ce soir-là. J’ai visionné le DVD. Je n’étais pas du genre à beaucoup regarder les nouvelles et la rubrique loisirs était habituellement la seule que je lisais. Mais pourtant, j’ai été surprise de ne pas avoir entendu parler jusque-là de la persécution sévissant en Chine. Comment une telle chose pouvait-t-elle avoir lieu sans que j’en ai la moindre idée. Moins d’une semaine plus tard, je regardais le journal du week-end – Section loisirs – et j’ai vu qu’un cours était offert gratuitement. C’était le Falun Dafa. Deux fois en une même semaine mon attention était attirée par quelque chose dont j’ignorais l’existence jusque-là.


L’univers me signifiait certainement de vérifier cela. J’ai appelé et écrit les renseignements sur le cours, et j’y ai assisté. Apparemment c’était pour la plupart des Chinois qui pratiquaient cela, mais il y avait aussi de nombreux occidentaux, comme moi, venus apprendre.


Eh bien cela m’a réveillée, parce que après ce premier cours, je me suis sentie appelée à y retourner chaque semaine. Les autres occidentaux allaient et venaient.


Pendant des années je m’étais intéressée à des méthodes alternatives pour la santé et la guérison. J’ai étudié la nutrition, l’herbologie, la réflexologie, l’iridologie, etc, et le yoga. Je pensais que cela pourrait être un merveilleux complément pour ma pratique de yoga. On m’a parlé du livre Zhuan Falun et que nous commencerions bientôt à le lire ensemble après les exercices. J’ai pris les devants et m’en suis commandée un exemplaire.


En attendant que mon livre arrive, j’ai décidé de visionner les conférences sur mon ordinateur. M’éclipsant dans la soirée, j’ai mis mes écouteurs et j’ai regardé la Première conférence.


J’étais fascinée. Jamais je n’avais entendu parler de telles choses. Je me suis retrouvée en train d’acquiescer et de sourire. Le temps passant, je ne pouvais en croire mes yeux et je me suis assise bien droite. Je pensais – Wouah ! Ça ne ressemble à rien de ce qu’ai pu entendre ou lire jusque-là. J’étais accrochée. Chaque soir qui a suivi- lorsque cela était possible – je m’éclipsais de nouveau et je regardais une autre conférence. C’était ce que je cherchais depuis si longtemps, c’était cela, il n’y avait plus à retourner en arrière.


Après avoir appris les principes de Dafa – Authenticité-Bonté-Tolérance, j’ai encore une fois pensé – assez simple !. Avec l’encouragement d’un autre pratiquant, il n’a pas fallu longtemps avant que je commence à étudier le Fa sur une base régulière et à lire tous les autres livres et conférences de Dafa disponibles sur le site de Dafa. J’absorbais tant si rapidement et m’éveillant chaque semaine. J’ai laissé tomber les suppléments alimentaires, la médecine, la chiropractie et oui- même le yoga ; Cela n’est pas arrivé tout d’un coup. C’est arrivé progressivement. Chaque semaine il y avait de plus en plus de compréhensions. Je voulais les écrire, mais il y avait juste trop de choses rebondissant dans mon cerveau chaque jour pour les coucher sur le papier.


Une chose que j’ai remarquée au début était que je pouvais sentir l’énergie comme un courant doux et lent circulant à travers mon corps. Au début, je ne le remarquais que lorsque je lisais le Fa, ou en essayant de réciter Lunyu de mémoire, mais plus souvent, lorsque je restais un moment tranquille, je pouvais le sentir. Il y avait des semaines où c’était particulièrement fort et lorsque je m’étendais je sentais comme si j’étais sur faible vibration. Cela m’a encouragée dans ma pratique. Je n’ai pas vécu d’événements exceptionnels ou de guérisons, mais je me sentais comme une personne différente à tous les égards. Je n’ai pas parlé de ma pratique à trop de gens. Parce que pour dire vrai, j’essayais encore toute seule d’en envelopper mon cerveau. Et je ne me sentais pas de parler à un trop haut niveau. J’entendais des remarques des autres comme : Ces personnes chinoise ne pensent-elles pas que tu es bizarre à toujours être avec eux. Pourquoi est-ce mieux que le yoga ? Tu veux juste être chinoise – n’est-ce pas ? Je disais que c’était la cultivation. Ici en occident ce n’est pas un terme commun et je recevais des regards inexpressifs. Alors j’ajoutais, Falun Dafa est pratiqué dans le monde entier à présent – pas simplement en Chine. Les regards inexpressifs se transformaient en roulements d’yeux.


Je me suis impliquée de plus en plus dans des activités pour promouvoir Falun Dafa, telles que des parades et des stands à des événements communautaires. Je me suis finalement impliquée dans la promotion de Shen Yun. J’ai distribué des dépliants de porte en porte, ai demandé à des commerces d’afficher un poster dans leurs vitrines, ai travaillé aux stands de billets à des événements et dans des centres commerciaux.Puis nous sommes allés dans de grand cabinets d’avocats, de comptables puis dans les universités. Au début on nous recevait avec un peu de réticence, mais comme nous avions sur chaque flyer des labels pour les personnes concernées, ils acceptaient nos dépliants. Au cours des années ils sont devenus plus amicaux, disant “Merci nous ferons en sorte que chacun en ait un.” Bientôt partout où nous allions, les gens souriaient et étaient polis. On nous refusait très rarement. Nous savions que le Maître nous guidait.


Les années semblaient passer rapidement. J’ai ressenti de plus en plus une distance entre moi-même et ceux qui n’étaient pas pratiquants de Dafa. Et je ne pouvais pas imaginer ce qu’avait été ma vie avant de réaliser que je suis disciple de Dafa. Je sais que le Fa a toujours été en moi – à attendre.


Je suis devenue consciente qu’il y a beaucoup de tentatives d’interférer avec ma cultivation. Je savais que mes difficultés dans cette vie étaient le résultat du karma du passé – un passé révolu. J’ai compris que je traversais des épreuves et des tribulations constamment. Pendant un moment je suis devenue anxieuse – me demandant quelle serait la prochaine tribulation. Grâce à l’étude du Fa j’en suis venue à comprendre que quelle qu’elle soit, je pouvais passer l’épreuve parce que je suis disciple de Dafa et que rien ne peut interférer avec moi. Rien ne m’arrêterait. Ce qui m’a le plus aidée est une étude du Fa régulière.


J’ai commencé tôt à lire Zhuan Falunquotidiennement, et remarqué une amélioration de ma compréhension très rapidement. Lire d’autres livres et conférences de Dafa complétait mon étude, et à ce jour j’étudie le Fa chaque jour. Je lis à voix haute avec les autres la plupart du temps et ne le recommanderai jamais assez.


Je me réveille habituellement avec la phrase " Falun Dafa est bon" et le sourire aux lèvres. Mais certains jours je ne suis pas aussi optimiste ! Outre les épreuves et les tribulations et une multitude d’autres interférences, j’ai des attachements ! Tellement, tellement d’attachements à abandonner. Bien sûr j’ai un outil magique : regarder à l’intérieur. Pas votre habituel - rien dans les manches – un truc magique de salon, mais c’est magique et quelque chose que je dois faire tout le temps. Et ce n’est pas facile, mais vous savez ce qu’ils disent – pratique, pratique, pratique. Certains attachements, je savais les avoir dès le début – la sentimentalité, l’attachement au confort et la peur. Ce que je ne réalisais pas étaient combien de mes attachements étaient cachés- profondément. Et lorsque ils levaient leur vilaine tête j’étais stupéfaite. Comment pouvais-je avoir cet attachement ? Et juste quand je pensais que j’avais prise sur un d’entre eux, je découvrais que non. J’en avais des couches et des couches à abandonner.


Je comparais mon chemin de cultivation à celui d’un randonneur. Le chemin changeait constamment. Quelquefois il était étroit , et il y avait des hauts et des bas, des rochers à escalader, des courants à traverser. Parfois il était houleux et toutes sortes d’obstacles se tenaient à l’affût le long du chemin, apparaissant quand je m’y attendais le moins. Et plus souvent que je ne veux l’admettre, je me retrouvais à trébucher et à tomber face la première. Au début c’était déstabilisant et je devenais hésitante. Mais j’apprenais toujours des enseignements du Maître. Ne restez pas là par terre- relevez- vous ! Je me relevais donc et continuais. Cela n’a pas été facile. Certains jours sont extrêmement difficiles. Ce sont les jours où je me rappelle à moi-même de sourire quand je n’en ai pas envie, et de toujours me souvenir que je suis UNE DISCIPLE DE DAFA.


Il n’y a pas de mots pour décrire combien ce titre est fabuleux et pas de mots pour exprimer à quel point je suis honorée.


Je suis reconnaissante pour tous les disciples de Dafa que j’ai connus au cours de mes années de cultivation. Que ce soit en m’enseignant les exercices ou en lisant le Fa avec moi de près ou de loin. Peut-être m’avez-vous aidée à corriger un mouvement d’exercice alors que j’étais encore en train d’apprendre. Peut-être m’avez-vous encouragée en me racontant une histoire sur les merveilles de Dafa. Peut-être avons- nous travaillé ensemble à un événement. Peut-être m’avez-vous offert des raviolis pour le Nouvel an chinois. Peut-être avons-nous voyagé ensemble pour aller à une conférence de Fa. Peut-être n’avons-nous jamais parlé en raison de la barrière de la langue, mais seulement échangé un signe de tête ou un sourire. Peut-être ai-je juste été encouragée par votre présence et votre diligence. Vous savez qui vous êtes et vous m’avez tous influencée et avez une part dans ma cultivation et je suis reconnaissante à vous tous – et à tous les disciples de Dafa. Après tout ne sommes-nous pas UN SEUL CORPS.


Le seul véritablement constant sur mon chemin de cultivation est bien sûr le Maître. Le Maître est toujours avec moi. Je sens l’encouragement du Maître chaque jour. Il ne semble jamais suffisant de dire merci- un petit mot – mais je n’en ai pas d’autres. Ma gratitude va bien au-delà des mots.


Merci Maître, MERCI !


“Dafa Disciple” – This Sacred Title


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.