Comment des collègues m'ont aidée à élever mon xinxing

Il y a de nombreuses années, j'ai été très occupée avec mon travail durant un certain temps. Ma patronne avait travaillé dans une multinationale durant plus de trente ans et était très exigeante.


Sous ma supervision, notre service avait obtenu la première place dans l'un des classements de service trimestriel. Ma chef demanda à notre service d'écrire un article pour le journal interne de l'entreprise afin de montrer comment nous avions obtenu le prix.


J'ai abordé la tâche avec beaucoup de réticence, car j'étais déjà surchargée de travail durant la journée et je participais à des projets de Dafa la nuit, donc écrire l'article était une tâche supplémentaire et malvenue.


Des problèmes de xinxing apparaissent parmi les collègues

Je me suis mise à penser à chaque collègue de mon service, et j’ai réalisé qu’aucun d’entre eux ne pouvait écrire des articles correctement. Mais j’estimais ne pas pouvoir assumer moi-même tout le poids de la responsabilité, alors j’ai assigné la tâche à l’une des responsables du service un mois avant la date limite de soumission.


Ce mois-là, la responsable avait pris un mois de congé pour un voyage à l’étranger. J’attendais qu’elle me montre le brouillon avant de partir mais je fus déçue – elle m’envoya le brouillon un jour seulement avant la date limite. Après l’avoir lu, je ressentis une incontrôlable montée de colère, parce qu’elle avait utilisé te terme “service” comme si c’était une sorte d’obligation laborieuse, complètement dénuée du moindre sens de dévouement. Comment pouvions-nous soumettre un brouillon comme celui-là ?


Remplie de frustration, j’ai continué à la critiquer intérieurement pour la soumission tardive et pour avoir écrit un texte aussi mauvais malgré le fait que je lui avais fourni tous les points principaux à aborder préalablement. Je me suis demandée, pourquoi les autres services étaient tous constitués d’employés compétents alors que j’étais la seule à être entourée d’une bande d’amateurs inefficaces.


Au début, je pensais que je pourrais éditer un peu le brouillon et soumettre l’article en son nom. En le lisant plus attentivement, j’ai réalisé qu’il serait impossible de l’éditer et que je devais réécrire l’article en entier. Alors, j’ai passé tout mon temps libre durant la journée à écrire et finalement, j’avais seulement réussi à produire un article médiocre la veille de la date butoire.


La façon de faire des gens ordinaires ne peut pas s’appliquer pour les pratiquants

J'étais encore abattue en rentrant chez moi ce jour-là, épuisée par le stress et incapable de lâcher prise. Alors, je me suis rappelée que je devais maintenir de plus hautes exigences car j'étais une pratiquante. Par conséquent, j'ai commencé à chercher en moi et essayé d'apprécier les points forts de la responsable.


J'ai pensé que si ma chef devait me demander d’écrire un article et que je n'étais pas capable de le faire, je lui aurais demandé de déléguer le travail à quelqu'un d'autre. Mais ma subordonnée avait accepté d'assumer cette tâche, donc sa capacité à relever un défi était louable. Je l'avais critiquée pour ne pas avoir soumis son brouillon à temps, mais je ne le lui avais pas spécifiquement demandé. Elle avait eu le courage d'assumer cette tâche et de m'aider, toutefois non seulement j'avais échoué à lui exprimer ma gratitude, mais en plus je l'avais critiquée pour la qualité de son aide.


De la perspective du Fa, bien que j'avais le droit de lui déléguer les tâches, je suis avant tout et surtout une pratiquante, et elle était là pour m'aider à regarder en moi dans ma cultivation. Alors, j'aurais dû remercier la responsable au lieu de la critiquer. Si tout ce que je faisais était de me plaindre de l'insuffisance de mes subordonnés, alors en quoi était-ce différent de ceux qui grognent et se plaignent de la vie et du travail ? Les pratiquants ne devraient pas rechercher une vie confortable—ils devraient élever leur xinxing et rembourser leurs dettes karmiques !


Maintenir un état d'esprit pur en écrivant un article

Après être revenue à un esprit droit, mon cœur est redevenu calme. En rentrant chez moi, j'ai complété les tâches pour mon projet de Dafa, émettant les pensées droites à minuit, et rééditant l'article que j'avais écrit durant la journée. Le processus fut très facile, et j'avais presque complètement tout réédité en à peine une demi-heure. Le temps semblait s'être arrêter, et les mots coulaient simplement de mon esprit. J’ai réalisé que cet article aurait dû être écrit par moi dès le début au lieu d'essayer de déléguer ma responsabilité à quelqu'un d'autre et de critiquer autrui.


Le lendemain matin, j'ai demandé à ma chef de jeter un coup d’œil à l’'article avant notre réunion. Alors qu'elle était en train de lire, elle s'exclama, "Je ne savais que vous pouviez écrire!" Lorsqu'elle eut fini de lire tout l'article, elle déclara : "C'est brillant ! Je n'ai même pas eu besoin de rajouter un signe de ponctuation!" Je suis restée calme et non affectée par ses généreux compliments parce que je savais qu'elle ne m'avait pas félicitée pour mes capacités d'écriture – cet article avait été écrit par une pratiquante dans un état d'esprit pur, donc l'énergie et la compassion pouvaient réprimer en elle toute négativité. Parce que ma chef était extrêmement pointilleuse et exigeante, et que n'importe quel article qu'un employé lui aurait présenté aurait été fortement critiqué.


Ce test de xinxing me fit comprendre que rien de ce que les pratiquants rencontrent n'est une simple coïncidence. Tout est méticuleusement arrangé par le Maître afin que nous nous élevions. Tant que nous pouvons faire face au problème avec un esprit droit, chercher en nous et voir le problème en tant que pratiquant, alors le Maître fera se manifester des miracles.


Merci Maître !


Version en anglais :

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.