Mon chemin de cultivation à Singapour

Je suis originaire de France. J’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa il y a 12 ans.
Pendant quelque temps, j’ai eu la chance de vivre à Singapour et c’était une période heureuse de ma pratique decultivationdu Falun Dafa. Je ne travaillais pas, et mon enfant était à l’école toute la journée donc je disposais de beaucoup de temps pour pratiquer les exercices, étudier le Fa et clarifier la vérité. Parce que je passais beaucoup de temps dans les transports en commun, j’étudiais le Fa ou écoutais les conférences audio de Maître Li Hongzhi, fondateur du Falun Dafa, pendant plusieurs heures chaque jour. J’ai tout lu tout le Fa du Maître durant ces mois à Singapour. Je suis quelqu’un qui lit lentement donc c’était presque un exploit. Je suis aussi devenue plus concentrée à mesure que j’étudiais davantage le Fa, qu’importe où je me trouvais, même si c’était l’heure de rush et que le tram ou le bus était plein à craquer.


Etant à ce point immergée dans le Fa, je clarifiais les faits à toute personne que je rencontrais.


Traiter une perturbation sur le site de pratique

Après être arrivée à Singapour je suis allée plusieurs fois par semaine à une pratique aux jardins botaniques de Singapour. C’est un magnifique site de pratique sur un belvédère avec une vue sur les Jardins, face à l’entrée principale. Le site de pratique a été établi il y a environ 20 ans. On pouvait entendre la belle musique des exercices dans la quiétude de la nuit. Nous commencions la pratique avant 5 heures chaque matin.


Une heure plus tard une femme chinoise vêtue de blanc et pratiquant une espèce d’art martial ou qigong est venue s’installer juste à côté de nous pour s’échauffer avec sa musique à plein volume. La première fois que cela s’est produit j’ai admiré combien les pratiquants locaux de notre groupe étaient calmes et tolérants. Mais après quelques temps j’ai trouvé que j’avais du mal à me concentrer sur ma pratique quand elle venait. Même si le jardin botanique était très grand elle venait à moins d’un mètre ou 2 derrière nous et faisait tourner vigoureusement ses bras et ses jambes pendant une heure. Plus j’y pensais et plus je pensais que cela n’était pas juste. Même si elle était intimidante, je pensais qu’avec l’aide du Maître je pouvais tenter quelque chose. Donc un jour après notre pratique, je lui ai parlé. Elle a feint de ne pas comprendre l’anglais mais quoiqu’il en soit je lui ai dit que sa musique était trop forte, que ce qu’elle faisait n’était pas respectueux et pas bon pour elle non-plus.


Après quoi je suis allée à un autre site de pratique qui correspondait mieux à mon emploi du temps de famille.


Un jour j’ai rencontré une pratiquante qui va au site de pratique des jardins botaniques de Singapour. Je lui ai dit que j’avais parlé à la femme perturbatrice en blanc. Alors la pratiquante a dit " C’est pour cela ! Cette personne avait fait cela pendant 10 ans mais plus maintenant. "


Pratiquer sur un site touristique

Les pratiquants locaux m’ont appelée plusieurs fois pour que je me joigne à eux à cet autre site de pratique. Comme j’’étais la seule pratiquante occidentale à Singapour, ils ont dit que ce serait bien de montrer aux touristes chinois que les gens en Europe pratiquent aussi le Falun Dafa. Ce site de pratique a une vue magnifique sur la mer de Chine méridionnale et il y a un afflux continuel de bus y amenant des touristes de Chine continentale. Les pratiquants sont là chaque jour et portent des teeshirt jaunes avec l’adresse mail du Falun Dafa. Cependant en raison de la pression du parti communiste chinois (PCC), ils ne sont pas autorisés à parler aux touristes chinois pour clarifier la vérité ou leur distribuer des documents.


Quelques pratiquants m’ont dit ce que les touristes chinois commentaient souvent : " Les gens pratiquent aussi le Falun Dafa en Europe ? " en me voyant. Dans un premier temps je trouvais inconfortable de faire les exercices à seulement 1 ou 2 mètres du sentier empreinté par les touristes.
Je trouvais aussi déplaisant de ressentir distinctement être épiée par un homme se faisant passer pour un touriste mais que je voyais fréquemment. Cela me rappelait aussi combien il était facile pour nous les pratiquants vivant hors de Chine de pratiquer ouvertement et librement. En tant qu’occidentale nous n’avons pas idée de combien il doit être dur de vivre avec la pression constante du PCC. Le comportement étrange de cette personne sur ce site touristique m’a laissée entrevoir cela et m’a rappelé de chérir notre environnement de cultivation. Nous pouvons pratiquer ouvertement et clarifier la vérité sans avoir à regarder derrière nous. Cette prise de conscience m’a aussi aidée à être plus diligente.


J’ai réalisé que mon visage non chinois produisait un effet important sur les touristes chinois, alors finalement, je suis venue à ce site de pratique quasiment tous les jours pour faire les exercices, ce qui en fin de compte avait le pouvoir de clarifier la vérité.


Comme il l’est dit dans cet article : Pratiquants occidentaux : une opportunité sans précédent » "Nos visages non chinois ont immédiatement la possibilité de faire éclater en morceaux couche après couche la propagande du parti qui empoisonne les esprits de tant de personnes."


N’est-ce pas pour cela que nous sommes ici, après tout ? Pour aider le Maître à sauver d’avantages? »
Quand les touristes chinois me voyaient, cela les faisait réfléchir et ils commençaient à parler entre eux. Quand ils sortent de Chine et visitent les sites touristiques ils voient souvent des pratiquants et même des pratiquants non-chinois ! Cela fait éclater les mensonges qui sont dits en Chine.


Bien sûr il y avait parfois des réactions négatives mais pas beaucoup. C’était plutôt des réactions de surprise de voir des pratiquants et une pratiquante non chinoise. Parce que j’étais curieuse, j’ai souvent ouvert les yeux pour voir ce qui se passait pendant que nous faisions les exercices et les touristes étaient encore plus surpris de voir mes yeux bleus. J’ai vu beaucoup de gens faire le signe du pouce levé, me sourire, faire semblant de prendre des photos de fleurs, mais prenant de photos de nous les pratiquants de Falun Gong. Souvent ils posaient devant nous pour leurs photos. Quelques-uns restaient autour de nous aussi longtemps que possible avant de retourner à leur bus, ou attendaient que les autres soient suffisamment éloignés pour montrer leur soutien. Une fois, une famille de quatre nous a fait le signe du pouce levé et quand les autres touristes s’étaient bien éloignés, le jeune homme a crié très fort « Falun Dafa Hao ! » deux fois. Une autre fois, quand nous faisions la méditation assise, une femme et son fils adulte se sont tenus devant nous durant tout le temps, avec leurs mains en position de Heshi (paumes pressées ensemble devant la poitrine), un sourire calme sur leurs visages. J’étais très émue.


Donner un flyer à la duchesse Kate

Un gratuit était déposé devant ma porte chaque jour. Donc je le lisais afin de mieux comprendre mon nouvel environnement à Singapour et de mieux clarifier la vérité. Un jour j’ai appris que le Prince William et la Duchesse Kate viendraient visiter Singapour. Ma première pensée a été : si j’ai reçu cette information, c’est qu’il doit y avoir une raison. Donc j’ai rencontré une pratiquante locale pour parler de quelle serait la meilleure façon d’établir un contact avec le couple royal. Quand nous sommes parties elle m’a dit de ne pas mettre trop d’énergie là dedans. Elle pensait probablement que les chances de les rencontrer étaient très minces.


Le lendemain j’attendais au milieu d’une foule de fans britanniques espérant approcher le couple royal. Le soleil était très chaud. J’étais entourée de personnes excitées tenant de petits drapeaux britanniques. Il y avait 8 rangs de personnes autour de moi et les barrières de sécurité. J’ai sérieusement questionné mon bon sens et pensé à laisser tomber et rentrer à la maison. Ensuite j’ai demandé l’aide du Maître.


Quand le Prince William et la Duchesse Kate sont finalement arrivés, la foule m’a poussée en avant et il n’y avait que 3 rangs de personnes devant moi. Le couple royal est sorti de leur voiture et ils ont dit quelques mots aimables et personnels à de nombreuses personnes. Ils marchaient lentement et près de la foule, donc j’avais mon bras tendu avec un flyer de Falun Dafa. Le prince William est passé sans prendre le flyer, puis la Duchesse Kate est arrivée et elle a pris le flyer. J’ai maintenu des pensées droites pour que le Prince William et la Duchesse Kate lisent plus tard le flyer. Merci Maître !


Clarifier la vérité dans diverses circonstances

Les pratiquants locaux étaient toujours fiers de m’aider à comprendre la culture traditionnelle chinoise et très disposés à m’expliquer les coutumes locales, à me procurer les documents et à m’expliquer la meilleure façon d’approcher les gens. En clarifiant la vérité je devais apprendre à reconnaître rapidement le pays d’origine, le groupe ethnique et le langage des gens pour savoir quel document leur donner et comment s’adresser à eux.


Il y a une grande diversité dans la population à Singapour. Des gens viennent chaque jour de Malaisie pour travailler ici. Je pouvais habituellement parler anglais avec eux mais je devais être avertis qu’ils étaient probablement musulmans et moins disposés à écouter, mais j’obtiendrai de meilleurs résultats avec le temps. Un jour nous étions dans un restaurant très simple sur la plage. Notre serveuse était une jeune femme. Sa tête et son cops étaient couverts. Je lui ai donnée un flyer et lui ai parlé du Falun Dafa. Elle était enthousiaste et ouverte elle m’a même demandée de lui montrer les exercices. A côté de nous il y avait aussi une table de touristes attendant de passer commande aussi je les ai invités à se joindre à nous et nous avons pratiqué le 1er exercice avec la jeune serveuse pendant que ses jeunes collègues, elles aussi voilées et complètement couvertes, nous regardaient et riaient. Comme c’était sur son temps de travail, notre serveuse s’est absentée, mais elle est revenue après quelques minutes pour continuer les exercices.


J’ai pris le bus plusieurs fois dans la journée quand je vivais à Singapour. Je donnais toujours des documents de clarification au conducteur. Beaucoup d’entre eux viennent de Chine. Une fois, j’étais prête à descendre par l’arrière du bus quand le conducteur s’est levé de son siège, m’a fait un signe et a crié fort et avec joie, "Merci !"


Il y a beaucoup de très grands chantiers de constructions à Singapour. La plupart des ouvriers viennent principalement de Chine ou d’Inde. J’ai essayé d’observer les moments de changement d’équipes et je me tenais à proximité pour leur donner les documents de clarification de la vérité.


Parois les ouvriers chinois faisaient la queue pour recevoir les documents. Aussi bien les ouvriers chinois qu’Indiens étaient non seulement contents de recevoir l’information mais aussi impatients et très reconnaissants. Ce sont de gros travailleurs et la population la plus réceptive que j’ai rencontrée à Singapour.


Je me suis aussi jointe aux pratiquants locaux qui distribuaient de la documentation et clarifiaient la vérité aux gens à une station de métro une fois par semaine quand il y a beaucoup de migrants chinois de Chine continentale dont c’est le jour de repos.


Ma famille a aussi voyagé dans différents pays de l’Asie du sud-est. Donc je m’arrangeais à l’avance pour avoir les documents dans la langue appropriée et quand cela était possible, je rencontrais les pratiquants locaux à mon arrivée dans le pays. Nous étions contents de partager nos expériences et mes compagnons de pratique étaient toujours accueillants et très disposés à m’aider à comprendre l’environnement local. Les pratiquants vietnamiens sont plutôt jeunes et éduqués et ont récemment appris Dafa sur l’Internet.


C’était une telle joie de rencontrer toutes ces personnes, compagnons de pratique et non-pratiquants tout pareil. J’ai le fort sentiment de marcher sur le chemin que le Maître a arrangé pour moi et d’apporter le Fa ou de clarifier la vérité à de nombreuses personnes que je rencontre. Je le fais avec un grand enthousiasme et une joie dans mon cœur. C’était facile. Je marchais juste sur le chemin qui se présentait de lui-même. Je considérais que chaque personne rencontrée était supposée entendre les faits à propos de Dafa et de la persécution.


Nous avons le luxe d’être libres d’agir dans un environnement sûr et nous devrions en profiter pleinement. C’est une chose à chérir.


Maintenant que je suis de retour en Europe je sors souvent dans la rue avec un compagne de pratique chinoise pour donner des documents aux touristes chinois. Elle leur parle et s'ils ne parlent pas anglais je leur parle aussi.


Nous remarquons souvent combien il est plus facile rencontrer les touristes chinois quand nous sommes toutes les deux ensemble. C’est comme si un plus un est davantage que deux quand nous travaillons à deux.


Croire en Dafa et passer des tests

Avant de pratiquer le Falun Dafa j'avais des problèmes de tachycardie; mon cœur se mettait soudain à battre à 240 battements par minute sans raison apparente à n'importe quel moment et souvent pendant 2 ou 3 heures. C'était inconfortable et épuisant. Je devais m’allonger et attendre que mon cœur se calme.


Après avoir commencé à pratiquer Falun Dafa c’est arrivé de moins en moins souvent. Une fois par an je vais en randonnée avec mon mari dans les Alpes. L'année dernière nous étions déjà à plusieurs heures de toutes routes quand je suis tout à coup tombée par terre et mon mari a été effrayé. Mon cœur battait à toute vitesse.


Mon mari n'est pas un pratiquant mais il a ordonné : "Fais ta méditation !" D'abord, j'ai envoyé des pensées droites, mais j’ai réalisé que je devrais faire le 5e exercice. C'est une des rares fois où non seulement mes jambes ne m’ont pas fait mal mais où j'étais dans ce très bel état de paix. Je me sentais en sécurité. Je devais juste avoir confiance en Maître et croire en Dafa. Mon esprit était incroyablement calme. Je n'ai ressenti aucuns symptômes de tachycardie. C’est seulement quand je me suis focalisée sur les battements de mon cœur je me suis rendue compte qu’ en effet il battait encore très vite. J’ai été assise dans ce merveilleux état pendant une heure et juste 2 minutes avant la fin du 5e exercice j'ai soudainement senti mes pensées défiler à nouveau donc j’ai su que mon cœur venait de revenir à son rythme normal.


Pendant cette heure je voulais que mon mari sache que tout allait bien et qu’il ne s’inquiète pas (il pensait à appeler un hélicoptère) mais je savais aussi qu'il était plus important de rester dans cet état de calme. Après quoi je me suis levée et j’ ai continué à marcher. Au lieu de me sentir épuisée, comme je l’étais dans le passé après de tels symptômes, je me sentais rafraîchie avec un esprit aiguisé, me sentant calme, remplie d’énergie et pleine de gratitude pour le Maître et Dafa. Ce test était vraiment un cadeau.


Peu de temps après cette expérience, j'ai commencé à ressentir des crampes dans mes jambes pendant le 3ème ou 4ème exercice et cela interférait avec la pratique du 5ème exercice. Alors un jour pendant le 5ème exercice cette pensée m’est venue à l’ esprit, "je suis une pratiquante et vous ne perturberez pas ma pratique." Étonnamment, les crampes n’ont désormais plus fait partie de moi. Elles sont venues peut-être deux fois et ont disparu pendant le 5ème exercice mais elles n'ont pas affecté ma pratique.


Ces deux événements étaient vraiment pour tester jusqu’à quel point je me considère comme une pratiquante et combien je crois en Dafa.


Je sais que mon égo est encore très grand et que j’ai beaucoup d’attachements à éliminer. J’essaie aussi de rejeter mes pensées négatives et de me rappeler quand elles viennent de ne pas les considérer comme faisant partie de moi. Tout cela va mieux depuis que je suis capable de lire une conférence de Zhuan Falun – ou l’équivalent- par jour depuis une année maintenant.


Merci Maître !


Version anglaise :
My Cultivation Path in Singapore

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.