Les maris de trois femmes jugées pour leur croyance écrivent des lettres de référence morale au Tribunal

Les pratiquantes de Falun Gong Mmes Jing Lianzhen, Yu Zhaoxia, et Wang Jianhua ont été jugées illégalement par le tribunal du canton de Xianghe, le 15 décembre 2017. Toutes trois résident dans le canton de Xianghe, province du Hebei.

Mme Yu et Mme Wang, épouses de deux frères, sont allées chez Mme Jing dans l’après-midi du 4 février 2017. Elles ont été arrêtées toutes les trois vers 15 h par plus de dix agents de la brigade de la sécurité intérieure, du poste de police du bourg d’Anping et de l’Institut judiciaire du bourg d’Anping. Les agents ont aussi saccagé leurs domiciles.

Mme Yu et Mme Jing sont emprisonnées au Centre de détention de la ville de Sanhe depuis leur arrestation. Laquelle a été approuvée le 16 mars.

Mme Wang a été libérée le lendemain de leur arrestation mais a été de nouveau arrêtée le 17 mars. Elle a aussi été envoyée au centre de détention.

Les familles de Mme Yu et de Mme Jing ont engagé des avocats pour leur défense. Les avocats ont soutenu devant la brigade de la sécurité intérieure de Xianghe et le parquet que pratiquer le Falun Gong est légal et que leurs clientes devraient être libérées.

Le 27 février, l’avocat de Mme Yu a demandé à la rencontrer au centre de détention. La requête a été refusée même après de longues négociations. Deux requêtes supplémentaires ont aussi été refusées. L’avocat a finalement pu rencontrer Mme Yu le 5 avril, après qu’il ait menacé de porter plainte.

Mme Jing a rencontré son avocat le 1er mars.

Au milieu du mois de mai, les familles et les avocats sont allés au parquet de Xianghe pour réexaminer les dossiers, mais ils n’ont pas été autorisés à rencontrer le responsable au département des poursuites.

Une audience préliminaire s’est tenue le 29 août. Les deux avocats participaient à cette réunion. Ils ont été stoppés à la porte du tribunal et leurs serviettes ont été illégalement contrôlées.

Lors de la réunion, les avocats ont discuté avec le juge président." Pratiquer le Falun Gong est légal en Chine. Mme Yu et Mme Jing n’ont pas enfreint la loi, ni commis de crime. Elles devraient être immédiatement acquittées. " lui ont-ils dit

Entre temps, des pratiquants sur place et à l’étranger ont envoyé des lettres et passé des appels téléphoniques au personnel judiciaire les exhortant à prendre une décision juste.

Les maris de Mmes Yu et Jing ont écrit récemment des lettres de référence au tribunal pour attester de la qualité morale, la personnalité et la réputation des accusées.

Lettre du mari de Mme Yu au président du tribunal de Xianghe :

Je suis Wang Sihua, mari de Mme Yu Zhaoxia et je suis résident du bourg d’Anping. J’écris pour vous dire que ma femme est une bonne personne. Elle est innocente. Veuillez examiner les faits et la libérer immédiatement !

Me femme souffrait d’une déchirure d'un muscle lombaire, d'une cardiopathie rhumatismale, d’une hernie discale au niveau lombaire, d’une compression des nerfs, de déformations du pied et de problèmes gastriques. Elle a essayé tous les traitements possibles, y compris les médicaments, l’acupuncture et le qigong, mais rien n’a marché. Elle était affligée par des douleurs constantes et a tenté plusieurs fois de mettre fin à sa vie.

Puis elle a pratiqué le Falun Gong. Une semaine après avoir commencé, tous ses maux ont disparu. Elle a recouvré la santé et a pu s’occuper des tâches ménagères.

Ma femme suit le principe Authenticité-Bonté-Tolérance pour être une bonne personne. Elle prend toujours les autres en considération quand un conflit survient. Ne pensez-vous pas que notre pays a besoin de personnes comme elle ?

Encore une chose dont j'ai pensé que vous aimeriez connaître : ma femme a une bonne relation avec mes parents depuis qu’elle est pratiquante. Ma mère était heureuse de la voir changer et a décidé de pratiquer elle-même le Falun Gong.

Un hiver, nous avons eu une grosse tempête de neige. Plusieurs pratiquants de Falun Gong, y compris ma femme, se sont volontairement levés tôt pour pelleter la neige des routes en pente du village. Ils n’ont pas reçu de compensation pour leur travail. Ils l’ont fait pour la commodité des villageois. Ne dites-vous pas que notre pays a besoin de plus de bonnes personnes comme eux ?

Ma femme a dit : " Dans le camp de travail, nous avons été forcées d’empaqueter des baguettes jetables. Les baguettes étaient déversées à même le sol, puis nous les insérions l’une après l’autre dans des étuis de papier. L’ouverture de l'étui devait être mouillée avec de la salive pour qu’elle s’ouvre. Ce n’est pas hygiénique car certaines détenues pouvaient avoir des maladies contagieuses. "

Elle a ajouté : " Les pratiquantes ont refusé de faire cette chose immorale. En conséquence, elles ont été punies en étant forcées à rester debout et soumises à des privations. Nous avons fait une grève de la faim pour protester et avons été gavées." Ne pensez-vous pas que notre pays ne serait pas si gravement contaminé si les gens avaient de la moralité comme ma femme ?

En considérant cette arrestation, elle est simplement allée chez une amie pour une visite. Les agents l’ont menottée sans montrer aucune pièce d'identité. Ils ont aussi illégalement fouillé mon domicile sans mandat de perquisition. Ne diriez-vous pas que les agents ont enfreint la loi et créé de l’instabilité ? "

Ma femme est une bonne personne et devrait être récompensée pour sa bonté. On lui avait diagnostiqué des fibromes utérins et de l'anémie quand elle a été emmenée au centre de détention. Les maladies ont empiré suite à la torture.

Sa vie est à présent en danger. Veuillez l’acquitter immédiatement.

Sincèrement votre, Wang Sihua, le 6oût 2017.


Lettre du mari de Mme Jing au Président de la Cour Pénale :

Je suis Gao Wenhe, mari de Mme Jing et résident du faubourg d’Anping. Je ne suis pas pratiquant de Falun Gong, mais j’en ai bénéficié parce que je soutiens sa pratique.

Ma femme avait de nombreuses maladies. Je l’ai emmenée partout à bicyclette pour des traitements. Nous avons dépensé beaucoup d’argent et ses maladies n’ont pas été guéries du tout.

Après qu’elle a commencé à pratiquer le Falun Gong, elle était en très bonne santé. Elle n’a pas vu de médecin ni pris de médicaments durant les vingt dernières années. Nous avons économisé de grosses sommes de frais médicaux, assez pour construire une nouvelle maison. Elle peut s’occuper des tâches ménagères et de l’exploitation agricole.

Son humeur s’est aussi améliorée. Elle ne contredit plus ma mère. Elle s’est bien occupée d’elle. Elle donne toujours à ma mère la nourriture qu’elle a préparée avant que les autres soient servis.

Je suis un paysan pauvre et illettré. J’ai beaucoup de chance d’avoir épousé une femme aussi bonne que Mme Jing. En me remémorant ses grands changements physiques et spirituels, je n’aurais jamais rêvé pouvoir mener une si bonne vie. Que voyez-vous de mal dans cette pratique de Gong ?

Ma femme est aussi très attentionnée. Il y a eu une grosse tempête de neige une année. Ma femme s’est levée à 3 h et est sortie avec plusieurs pratiquants pour pelleter la neige dans les rues pentues du village. Connaissez-vous quelqu’un qui ferait cette belle action volontairement sans compensation ?

Ma femme a été arrêtée par des agents en civil sans procédure légale, le 14 février 2017. Cher président Zhou, ma femme est une bonne personne. Je ne crois pas qu’elle ferait quelque chose de malhonnête ou du vandalisme. Je ne comprends vraiment pas pourquoi elle a été arrêtée.

Notre pays est une nation de droit. Notre Constitution donne aux citoyens la liberté de religion. Ma femme ne viole pas les lois avec sa croyance. L’Administration de la presse et des publications a déclaré clairement en 2011 qu’imprimer et posséder des livres de Falun Gong est légal.

Je crois profondément que vous prendrez la décision correcte et la libérerez rapidement.

J’ai dicté cette lettre et quelqu’un l’a écrite pour moi. Si quelque chose est inapproprié dans cette lettre, veuillez m’en excuser.

Sincèrement, Gao Wenhe, le 29 octobre 2017


Personnes responsables de la persécution des trois pratiquantes :

Yang Yongli (杨永利), Chef de la brigade de la sécurité intérieure de Xianghe : +086- 13503266006
Liu Jun (刘君), Président, tribunal du canton de Xianghe : +086-13903163558
Zhou Xiaoming (周晓明), Président, Cour pénale de Xianghe : +086-13785593688

Voir également :

L'Administration chinoise de la presse et des publications a abrogé son interdiction de la publication des livres de Falun Gong en 2011


Version chinoise : 香河县三位善良女士被构陷 家人致信法院

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.