Le conseil municipal de Vienne, Autriche, adopte une résolution condamnant le marché illégal d’organes en Chine

Le 17 avril 2017, le Conseil municipal de Vienne a adopté à l'unanimité, une résolution condamnant le marché illégal d'organes approuvé par l'état en Chine. La résolution était l'initiative les Conseillers Gudrun Kugler, Peter Florianschütz, et El-Nagashi Faika.


La Conseillère Gudrun Kugler (au centre) est un des sponsors de la résolution.

La résolution du Conseil municipal de Vienne condamne le système de prélèvement d'organes approuvé par l'État en Chine, en particulier le prélèvement à grande échelle d'organes sur des pratiquants de Falun Gong.


Le Conseil invite le gouvernement autrichien à intervenir et à prendre des mesures pour assurer que les transplantations illégales d'organes en Chine soient ouvertement discutées et sanctionnées.


Il suggère de créer un comité international pour enquêter sur la situation de la transplantation d'organes en Chine et empêcher le commerce illégal d'organes. Il appelle également la communauté internationale à exhorter la Chine à relâcher tous les prisonniers d'opinion non violents.


La résolution note que le prélèvement illégal d'organes est un crime et une violation des droits humains fondamentaux ; que la Chine arrive seconde dans le monde s'agissant du nombre de greffes juste après les Etats-Unis ; et que bien que le gouvernement chinois prétende que les organes proviennent de donneurs consentants, il existe des preuves probantes qu'un grand nombre de personnes sont tuées pour leurs organes.


D'après les documents officiels de la Chine, environ 10,000 transplantations d'organes sont effectuées chaque année. Cependant, comparé à d'autres pays, le temps d'attente pour un organe est extrêmement court, et les sources des dizaines de milliers d'organes transplantés restent inexpliquées.


Un rapport d'audition de 2016 du Parlement européen, a trouvé des preuves systémiques et fiables, que des centaines de milliers de personnes ont été tuées ces 15 dernières années en résultat du prélèvement forcé d'organes.


D'après la résolution, les donneurs non consentants sont des personnes qui ont été torturées dans les camps de travaux forcés et des prisonniers condamnés à mort. Ils comprennent des pratiquants de Falun Gong, des fidèles religieux et des minorités telles que les Tibétains et les Ouighours.


Le gouvernement chinois autorise les prélèvements forcés d'organes sur lesquels règne un secret absolu. Bien que le gouvernement chinois ait annoncé en 2015 avoir mis fin au prélèvement d'organes sur des prisonniers condamnés à mort, cela n'a pas cessé.


Version anglaise :
Austria: Vienna City Coudncil Passes Resolution Condemning Illegal Organ Trade in China

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.