Me débarrasser de mon attachement au confort

Mon attachement au confort se manifeste de bien des manières. Je préfère manquer un autobus que de courir un peu pour l'attraper. En faisant le ménage, je fais les tâches les plus faciles.Les fenêtres, le plancher, et les armoires sur le balcon de ma maison sont couverts de poussière. Mon excuse est que je suis trop occupée-je les nettoierais quand j'aurais le temps. Personne ne le verra de toute façon.


Cela m'a fait prendre conscience de mon attachement au confort. Je me suis demandée pourquoi je ne pouvais pas persister à faire les exercices de Falun Gong tous les jours. Pourquoi j’étais toujours fatiguée et que je me plaignais sans cesse?


Pourquoi je ne pouvais pas persister dans la pratique des exercices

J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong il y a 16 ans pour guérir de mes maladies. Je toussais depuis 11 mois et je venais de donner naissance à mon fils. J'ai essayé à la fois la médecine occidentale et les traitements médicaux chinois, mais aucun n'a fonctionné. Finalement, j'ai décidé d'essayer la pratique du Falun Gong.


Je me levais à 4h30 tous les jours et j’allais sur le site de pratique en groupe. Pour moi, ce n'était pas du tout difficile parce que je voulais être débarrassée de mes maladies le plus vite possible.


Après un mois de pratique, mon mari m'a dit: "Il semble que tu ne tousses plus ces temps-ci."


Je savais que le Falun Gong était vraiment efficace pour soigner les maladies. Plus tard, le Maître a purifié davantage mon corps. Je suis devenue plus active en pratiquant les exercices et n'osais pas me relâcher.


J'ai surmonté de nombreuses difficultés pendant mes premiers temps de pratique. J'ai été piquée par les moustiques et j’ai eu de fortes douleurs assise en méditation. Je portais mon bébé d'un an avec moi dans un landau du deuxième étage jusqu’au rez-de-chaussée et jusqu’au site de pratique.


J'ai persisté à me joindre aux exercices en groupe tous les jours au parc. J'avais un fort désir de rester en bonne santé afin de pouvoir prendre soin de mon fils. Ma mère est morte d'une maladie quand j'avais seulement trois ans. Je ne voulais pas laisser mon fils seul comme ce qui m’était arrivé.


Quand mon fils est entré à la maternelle et à l'école primaire, je me suis relâchée. Mon mari et moi emmenions notre fils s'amuser pendant les week-ends, et je pratiquais les exercices cinq fois au lieu de sept fois par semaine.


Plus tard, j'ai dû emmener mon fils à l'école, alors je ne pouvais pas me joindre à la pratique en groupe le matin. Je n'ai pas continué à pratiquer les cinq séries d'exercices seule. Mais je pratiquais tant que j’en avais envie.


Plus tard, j'ai pratiqué les exercices seulement quand j'étais dans un état de karma de maladie.


Je savais que mon état d'esprit était incorrect, mais je ne voulais pas changer. Récemment, j'ai réfléchi davantage à la question. Je me suis posée plusieurs questions et j’ai essayé de trouver la solution.


Je me suis demandée: Pourquoi as-tu commencé à pratiquer le Falun Gong? La réponse: Pour me débarrasser de ma toux.


Je me suis demandée: Est-ce que la toux a cessé? La réponse: Oui.


Je me suis demandée: Tu vas bien? Est-il nécessaire de continuer à pratiquer le Falun Gong? La réponse: Je veux toujours continuer à pratiquer le Falun Gong parce que je veux me libérer pour toujours de la maladie. Je veux également ne plus jamais être impliquée dans des conflits avec les autres. Si tout le monde s'entendait bien, comme ce serait formidable !


Je me suis demandé: Est-ce possible? Tu comprends que tu as peut-être tué des gens, que tu es redevable envers d’autres et que tu as menacé des personnes dans tes vies antérieures. Penses-tu pouvoir rembourser tes dettes uniquement en faisant les exercices ?


J'ai continué à me demander: Même si tu veux rembourser tes dettes en faisant les exercices, combien de temps et combien de fois dois-tu le faire chaque semaine? Es-tu prête à t’asseoir en méditation pendant une heure à chaque fois? Tu restes souvent en méditation une demi-heure, n'est-ce pas? As-tu enduré la douleur ?


Il semblait que j'avais identifié mon problème. Je ne réalisais pas vraiment l'importance de faire les exercices, et je ne le traitais pas non plus sérieusement. Au fond de mon cœur, il y avait un Moi obstiné qui ne suivait pas les enseignements du Maître. C'est la raison pour laquelle je me suis relâchée.


Cependant, ce n'était pas le nœud de mon problème. Le point de départ de ma pratique du Falun Gong était égoïste et manifestement l'arrangement des forces anciennes. Les mentalités des êtres de l’ancien univers sont égoïstes. Je souhaite que mon corps humain lors de mon séjour temporaire dans ce monde soit léger et reste jeune. Je veux que les gens autour de moi m’admirent et me félicitent pour paraître plus jeune et ne pas ressembler à une personne de cinquante ans.


Mon être véritable a été trompé par des notions postnatales. J'ai oublié pourquoi j'étais descendue niveau après niveau dans ce monde terrestre. J'ai oublié ma promesse faite à mes êtres. J'ai oublié mes vœux d’aider le Maître dans la rectification de Fa.


Pourquoi je me plains et suis toujours fatiguée

Peut-être que vous ne le croirez pas si je vous dis que je me plaignais d'être fatiguée même en pliant des couvertures. Je me suis soudain rendu compte de ce problème. Je me sentais fatiguée peu importe ce que je faisais. Pourquoi ai-je un tel attachement au confort? Je n'ai pas été gâtée petite par mes parents. Combien pèse une couverture ?


Je me suis calmée et je me suis examinée. J'ai identifié mon attachement au confort ainsi que d'autres attachements humains cachés derrière - la combativité, la jalousie et la compétitivité. Ils se manifestent par mon impression d'injustice.


Je pensais que j’étais traitée injustement à la maison. Quand mon mari part travailler tous les matins, il laisse la couverture et les draps sens dessus dessous. J’arrive à faire le ménage durant la semaine après mon retour du site de pratique, mais pendant les week-ends, il me laisse aussi le faire. Cela me semblait si injuste !


Je pensais que ce n'était pas mon travail. Mon mari était libre pendant les vacances et les week-ends, alors que moi j'étais plus occupée que d'habitude et je devais préparer à manger pour lui.


Ce qui m'a déséquilibrée encore plus était de le voir lui et notre fils regarder un DVD tout en mangeant des amuse-gueules après les repas. Ils laissaient tout sur la table, et c’était à moi de nettoyer.


Je trouvais cela injuste chaque fois que je pensais à la façon dont il me traitait si différemment avant et après notre mariage, donc j'ai ignoré les travaux ménagers autant que j’ai pu. Je trouvais des excuses pour me sentir bien. Je refusais de faire le lit pour lui et me plaignais qu'il avait acheté un matelas si lourd qu'il m’était difficile de le bouger. Que devais-je faire si j’avais mal au dos? Pourquoi devais-je plier la couverture pour lui alors qu'il aurait pu facilement le faire lui-même ?


Le Maître m’a indiqué de me débarrasser de cette mentalité d'injustice et a imprimé les mots suivants dans mon esprit quand que je lisais le Fa :

"Notre école de Loi vise directement le cœur de l’être humain, pouvoir ou non prendre avec légèreté ses intérêts personnels et les conflits entre les gens, voilà la question clé." (Leçon 4, Zhuan Falun)

J’ai été encore plus touchée en lisant une autre phrase. Maître dit :

"Ce que nous perdons est en réalité ce qui est mauvais." (Leçon 4, Zhuan Falun)


Je me suis demandé quelles étaient les mauvaises choses. J'ai trouvé que c'était mon esprit qui voulait lutter contre mon mari. Il me semblait que j'étais simplement paresseuse, que j’avais un attachement au confort, et que je ne voulais pas faire le lit. En fait, c'était plus que cela.


J'ai creusé plus profondément et j’ai identifié mes sentiments ainsi que mes plaintes et mon animosité envers lui. Il me traitait si bien et était prêt à faire n'importe quoi pour moi avant notre mariage, mais maintenant il ne faisait même pas son propre lit.


J'étais consciente que je devais changer mon état d'esprit ou bien la substance serait toujours là. Pourquoi étudions-nous le Fa? C'est pour la cultivation, alors je dois abandonner de nombreux attachements humains. Cependant, j'étais contrariée par mon mari, contrariée par la couverture et les draps éparpillés sur le lit, et réticente à ouvrir ma bouche en rencontrant des touristes chinois qui refusaient d'écouter la vérité au stand. J'étais épuisée en lavant les bols et les plats sales. Je me demandais comment me débarrasser de ces mauvaises pensées et attachements.


Maître nous dit dans Zhuan Falun:

"Ce que nous perdons est en réalité ce qui est mauvais ; qu’est-ce que c’est ? C’est le karma, il va de pair avec les différents attachements humains."

"Pour enlever ce qui est mauvais, il faut d’abord changer votre cœur."


Déterminée à changer en suivant les principes du Fa

Comment puis-je changer d'état d’esprit? Je crois que la première chose est de changer ma mentalité à être attachée au confort.


Maître dit:

"Vous devez vous imposer à vous-même des exigences strictes." (Leçon 9, Zhuan Falun)


Je trouve que souvent je ne veux pas faire les choses, même si elles ne me prennent que quelques minutes. Je ne veux pas m’avancer pour dire quelques mots de plus en parlant aux gens des faits sur le Falun Gong. Je trouve des excuses chez moi pour tout ce que je ne suis pas disposée à changer, comme "c'est une perte de temps de faire un lit", ou "ils sont pressés de monter dans le bus, alors je vais leur parler la prochaine fois."


J’ai réfléchi à mon état de cultivation. J’ai choisi de pratiquer la cultivation, alors je me lève tôt pour faire les exercices, vais sur des sites touristiques pour clarifier la vérité, et j’ai rejoint une plate-forme pour appeler les gens enChine. Je sens le devoir sacré de suivre le Maître pour sauver les gens.


Cependant, je me sentais fatiguée en faisant autant de choses chaque jour. Je voulais que ma famille m'aide, mais ils ne voulaient pas me donner un coup de main. Je me suis ainsi sentie injustement traitée, et j'ai fait les choses avec un état d’esprit laxiste. Je me suis demandé: "Ai-je atteint un niveau élevé en tant que pratiquante de Dafa?"


J'ai réalisé que je ne m'étais pas imposée des exigences plus élevées. Tout ce que j'ai fait, c'est me plaindre auprès des membres de ma famille qui ne pratiquent et cultivent pas. Pourquoi? Je me suis rendue compte que c'était parce que je n'avais pas abandonné mon attachement au confort.


J'ai partagé cela avec d'autres pratiquants et leur ai demandé pourquoi je me sentais souvent fatiguée et me plaignais tout le temps. Un pratiquant m'a suggéré de ne pas penser que j’étais fatiguée. Une fois que j'ai eu cette pensée, je ne me sentais plus fatiguée. Un autre pratiquant a dit qu'il s’asseyait en méditation ou envoyait des pensées droites quand il se sentait fatigué.


Chaque fois que j'entendais leur partage, je prenais conscience de mon état de cultivation. J'apprécie vraiment l'arrangement du Maître pour que d’ autres pratiquants m’aident.


Je me suis rendue compte du sérieux d’abandonner le confort et j’étais déterminée à pratiquer la cultivation véritable. Les forces anciennes profitent de mes insuffisances pour m'empêcher de cultiver et pratiquer. Si je les reconnais, cela équivaut à m’enfermer dans une cage.


Maître dit :

Pourquoi est-ce que certaines personnes restent longtemps sans pouvoir éliminer ces karmas de pensée ? C’est parce qu’elles n’essaient pas de distinguer lesquelles sont leurs propres pensées. Pourquoi est-ce qu’on te demande de te cultiver ? En premier lieu, tu dois éliminer tes pensées pas bonnes en te cultivant. La raison pour laquelle tu parviens à te débarrasser de ces choses pas bonnes, c'est que tu nies qu'elles sont toi, c’est absolument crucial. C’est parce que tu nies qu'elles sont toi que tu peux les éliminer. En fait, elles ne sont vraiment pas toi. Ce sont les différentes conceptions ou même du karma formés en faisant des choses après ta naissance, ce sont ces choses."

"Ce que veut une personne dépend d’elle-même, c’est seulement les choses dont tu ne veux pas qu'on peut éliminer pour toi." (Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de l'Ouest des États-Unis, 21 et 22 février 1999)


Ce qui précède est ma compréhension personnelle. Si vous trouvez quelque chose qui n'est pas en phase avec le Fa, veuillez l’indiquer avec compassion.


Traduit de l’anglais :
Getting Rid of My Attachment to Comfort

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.