Paris: Condamner le prélèvement forcé d'organes en Chine

L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme dans le Palais de Chaillot près de la Tour Eiffel, le 10 décembre 1948.


Près de 70 ans plus tard, les pratiquants de Falun Gong en Chine sont encore maltraités pour leur croyance dans les principes d’Authenticité-Bonté-Patience.


Le 9 octobre 2016, les pratiquants en France sont allés sur le Parvis des Droits de l’Homme pour sensibiliser à ces atrocités toujours d’actualité en Chine.


Les pratiquants font la démonstration des exercices du Falun Gong sur le Parvis des Droits de l’Homme..


Une nouvelle forme de mal

Jean Bernard, un enseignant à la retraite, sa femme et leurs amis, ont signé une pétition pour soutenir les pratiquants de Falun Gong. "Je suis enseignant, je sais combien il est important de nous unir et de respecter l'humanité", a dit M. Bernard.


Yvette, une autre passante, a qualifié le prélèvement d’organes à vif sur des pratiquants de Falun Gong en Chine de "répugnant". Elle a dit qu’aucune circonstance ne pouvait justifier que le régime communiste chinois réprime des gens qui pratiquent pacifiquement leur croyance.


"Je sais que beaucoup de mauvaises choses se sont produites en Chine au cours des dernières décennies. Apparemment, le prélèvement forcé d'organes est un autre crime commis par le régime communiste chinois", a-t-elle poursuivi.


Les passants lisent les affiches pour s'infomer davantage à propos du Falun Gong et de la persécution en Chine.


“"Davantage de gens doivent savoir cela ”

Jérôme Brooks travaille dans la recherche et le développement pour le compte d’une entreprise pharmaceutique. Il a dit que les violations des droits de l'homme en Chine sont rarement couvertes par les grands médias. "Si on suit les informations uniquement sur les principales chaînes de radio ou de télévision, on peut ignorer ce qui se passe réellement en Chine."


Réagissant aux prélèvements forcés d'organes à vif sur les pratiquants de Falun Gong en Chine, Jérôme s'est exclamé : "Davantage de gens doivent savoir cela ."


Marie Beique, une touriste du Canada, était très intéressée par les exercices de méditation du Falun Gong. C’était la première fois qu'elle entendait parler de la répression en Chine, mais elle a exprimé son soutien sans partage aux efforts des pratiquants. "Vous devez dire aux autres ce que vous avez vécu à travers des événements comme celui-ci," a-t-elle dit.


Les gens signent les pétitions appelant à l’arrêt de la persécution contre le Falun Gong en Chine.


Version anglaise :
Paris: Speaking Out Against Forced Organ Harvesting in China

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.