Un couple de Tianjin comparait à nouveau devant le tribunal ; de nouveaux avocats défendent leur droit de pratiquer le Falun Gong

La seconde audience dans le procès d’un jeune couple de Tianjin a finalement eu lieu le 13 septembre, après des mois de reports répétés par le Tribunal de Dongli.


M. Zhou Xiangyang et sa femme, Mme Li Shanshan, ont été inculpés d’utiliser une secte pour porter atteinte à l’application de la loi,prétexte standard utilisé par le régime communiste chinois pour incriminer et emprisonner les pratiquants de Falun Gong.


M. Zhou et Mme Li

Le couple a été arrêté le 2 mars 2015, à peine deux ans après qu’ils aient été réunis suite à une longue décennie de séparation. Simplement pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, M. Zhou a été emprisonné pendant 9 ans, et Mme Li a purgé plus de trois ans dans un camp de travail forcé avant la réunification du couple.


Les quatre avocats représentant le couple ont fait valoir qu’aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong et que leurs clients n’auraient jamais dû être poursuivis pour l’exercice de leur droit constitutionnel de liberté de croyance. Ils ont demandé l’acquittement du couple, mais la juge a mis fin à l’audience après sept heures sans émettre de verdict.


Nouvelle audience précédée par la violation de la procédure légale par le juge

Le couple a comparu au Tribunal pour la première fois le 30 novembre 2015. L’avocat de Mme Li n’avait pas été en mesure de la défendre ce jour-là, et l’avocat de M. Zhou avait été interrompu de façon répétée par la juge Zhang Yaling alors qu’il tentait de présenter ses arguments de défense.


M. Zhou voulait une représentation légale appropriée pour eux deux, sa femme et lui-même, donc il a décidé de récuser son avocat au beau milieu de l’audience. Selon la loi, la juge présidente aurait dû suspendre la séance et permettre aux accusés d’engager de nouveaux avocats et d’ajourner l’audience à une date ultérieure.


La juge Zhang, cependant, a fait poursuivre la séance.


Le couple a déposé plainte contre la juge Zhang un mois plus tard, et le Tribunal de Dongli a accepté de leur accorder un second procès. La Juge Zhang, cependant, n’a cessé de repousser la date de la nouvelle comparution, plus récemment un mois et demi avant l’éventuelle audience.


M. Zhang Zanning, l’un des nouveaux avocats du couple, était déjà arrivé à Tianjin le 31 juillet de cette année quand il a reçu un appel téléphonique de la juge Zhang. Elle l’a informé de l’annulation soudaine de l’audience prévue pour le 2 août.


M. Zhang a protesté contre les reports répétés et argumenté que, selon la loi, ses clients devraient être libérés sous caution. Sa requête a été rejetée.


M. Zhou et Mme Li ont été conduits au palais de justice le 13 septembre dans deux véhicules de police. La juge Zhang était encore la présidente du second procès.


Accès limité pour un soi-disant procès public

Le procès était supposé être ouvert au public, mais seuls les membres de la famille ont été autorisés à se tenir dans la tribune.


Alors que les mères respectives du couple assistaient au procès, le père de M. Zhou n’a pas été autorisé à entrer. Il avait fait un voyage de plusieurs centaines de kilomètres jusqu’à Tianjin pour voir son fils, qu’il n’avait pas vu depuis plus d’un an.


Le père de M. Zhou attendant à l’extérieur du Palais de Justice.


Les sympathisants surveillés et intimidés

Le palais de justice était lourdement gardé le 13, avec plus de 100 fonctionnaires de police en uniforme et en civil patrouillant dans les alentours du tribunal.

Des policiers à l’extérieur du Palais de Justice

Des fonctionnaires de police interrogeant les gens sur place

Des policiers en civil

De nombreuses personnes, y compris des gens de la ville de résidence du couple dans la Province du Hebei, sont venues pour montrer leur soutien. Parce qu’elles ont été interdites d’assister au procès, elles ont attendu à l’extérieur au cours du déroulement du procès.


La police a essayé de les chasser. Ils ont entouré un vieil homme et son petit-fils pour les intimider. Le garçon a été si effrayé qu’il s’est évanoui. Un pratiquant de Falun Gong, qui était également là, a réprimandé la police et les a empêchés de continuer à harceler l’enfant et son grand-père.


Une pratiquante a été arrêtée pour avoir pris des photos des fonctionnaires de police qui patrouillaient. Elle n’a été relâchée qu’à la fin de l’audience.


Les familles offrent des fleurs aux avocats

Les deux mères de M. Zhou et de Mme Li ont été impressionnées par la défense des avocats et pour leur audace en présentant un plaidoyer de non–culpabilité, elles leur ont offert des fleurs à la fin de l’audience.

Les quatre avocats (de gauche à droite): M. Zhang Zanning, M. Chang Boyang, M. Yu Wenshang et M. Zhang Keke


Voir également :

On a Hunger Strike over a Year, Mr. Zhou Xiangyang Being Force-Fed
Surveillance Leads to More Arrests and Trial Without Legal Representation
Young Couple Arrested Again after 10 Years Spent Trying to Rescue Each Other from Prison
Ms. Li Shanshan Leaves Labor Camp with Dignity after Closure of Hebei Women's Forced Labor Camp
Young Couple Subjected to Extreme Torture and Forced to be Apart
A Young Couple's Journey: Zhou Xiangyang's Fiancee Appeals Seven Years for His Release


Version chinoise :
周向阳、李珊珊再次被非法庭审(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.